Le cri de l'oie blanche

Lire ebook Le cri de l'oie blanche
Le cri de l'oie blanche
d’emporter.
    Ils entendirent le crissement des freins et le
train s’immobilisa presque. Émilie leur demanda d’attendre le dernier
soubresaut. Les wagons s’entrechoquèrent, les uns après les autres. Émilie
pensa que le train, comme un dinosaure de métal, venait de s’affaler devant la
gare. D’un signe de tête, elle fit comprendre aux enfants qu’ils pouvaient se
lever. Elle prit Rolande, invita les autres à se diriger vers la porte que le
chef de train s’efforçait d’ouvrir à grands coups de poing et de jurons. Ils
s’agglutinèrent derrière lui, attendant impatiemment qu’il réussisse, ce qui ne
tarda pas. Il sauta sur le trottoir de bois et tendit la main pour les aider à
descendre. Les filles acceptèrent son aide. Les garçons feignirent de ne pas
voir le bras tendu et sautèrent de la dernière marche avec plaisir. Émilie jeta
un dernier regard en direction de leurs banquettes afin de s’assurer qu’ils
n’avaient rien oublié ; elle descendit la dernière en souriant au chef de
train et lui donna un pourboire. Il la remercia et lui demanda si quelqu’un
viendrait les chercher. Émilie feignit de lui dévoiler un grand secret en
répondant par la négative, s’empressant d’ajouter, joie dans la voix, qu’elle
voulait faire une surprise à sa famille. Le chef de train hocha la tête, lui
rendit son sourire et tapota la joue de Rolande.
    Émilie regarda le train s’abreuver puis
quitter Saint-Tite. Les enfants n’avaient pas encore bougé. Ils surveillaient
leur mère, attendant un geste qui leur indiquerait la direction à suivre. Dès
que le dernier wagon leur eut dégagé la vue, elle désigna une maison qui leur
faisait presque face.
    – C’est là qu’on va rester.
    Les enfants poussèrent des cris de joie.
Émilie se demanda pourquoi les enfants avaient toujours cette manie de crier de
joie sans véritable raison. Elle sourit, haussa les épaules et leur demanda de
la suivre. Ils traversèrent la voie, sautillant par-dessus les rails, humectant
leurs bottines de la rosée agglutinée aux herbes folles qui se dandinaient
entre les traverses. À chacun des sauts d’Émilie, Rolande éclatait de son gros
rire de plaisir, oubliant que son estomac était encore vide.
    Émilie aperçut le camion de son voisin de
Shawinigan, son déménageur, et soupira. Il était au rendez-vous. Émilien,
malgré le poids des bagages qu’il transportait, partit en courant. Il contourna
le camion et ne vit personne. Il déposa les valises et les boîtes et monta sur
le marchepied. Les deux hommes dormaient profondément, étendus sur la banquette
avant. Il fit signe à ses frères et sœurs de se taire et d’approcher doucement.
Ils le suivirent, puis, se bousculant pour regarder à travers les vitres des
portières, éclatèrent de rire, ce qui réveilla les hommes instantanément.
Émilie fut la dernière arrivée. Elle salua son voisin d’un sourire plus que
joyeux, lui demanda s’il avait eu de la difficulté

Lire des autres livres

Fiora et le Téméraire
Seul Salvestro franchissait, deux fois le jour, la porte de celle-ci pour apporter des repas mais sans jamais rien voir de ce qui se passait derrière ceux-là. Galeotto avait été chargé d’assurer le commandement et de veiller à l’ordre dans Thionville. Il s’en acquittait avec hargne, serrant les poin... Puis...
Il n’y a plus là que des rochers nus, éclatants comme l’acier sous les rayons de l’astre des nuits, et… sur le plateau désert… une ombre dansante… celle de Mystère qui ouvre une gueule formidable… une gueule que je vois aboyer… Mais l’entends-je ?… Oui, en vérité… il semble que je l’entends… Je... Puis...
Jérusalem
  De Jéricho, où nous avons passé la nuit, la mer Morte semble tout près ; en quelques minutes, croirait-on, il serait aisé d’atteindre sa nappe tranquille, – qui est ce matin d’un bleu à peine teinté d’ardoise, sous un ciel dégagé de toutes les nuées d’hier. Et, pour s’y rendre à che... Puis...
La mort blanche
Elles ne sont pas de même nature. Rien ne les unit : ni joie, ni souffrance, ni même la mort vivante que certains prennent pour la paix. L’une vient de l’enfer, l’autre du ciel. Par la piété vous trouvez la grâce; par la violence vous en êtes a jamais écarté.Sermon du Père Michael.Avec un curieux se... Puis...
Le baron, suivi du comte, traversa une longue file d’appartements remarquables par leur lourde somptuosité et leur fastueux mauvais goût, et arriva jusqu’au boudoir de Mme Danglars, petite pièce octogone tendue de satin rose recouvert de mousseline des Indes ; les fauteuils étaient en vieu... Puis...