Le Conseil des Troubles

Lire ebook Le Conseil des Troubles
Le Conseil des Troubles
1.
    DÉCEMBRE 1692...

    Ce jour maussade, où devait se dérouler un événement terrifiant et si grandement extraordinaire, ne semblait point se distinguer des autres si ce n'est en cela, peut-être, qu'il était le premier des quatre dimanches de l'Avent où l'Église prépare la célébration de Noël.
    Cette fin de journée paraissait donc semblable à celles, grises, mornes et pluvieuses, qui se succédaient dans le royaume des lys.
    Pourtant, en quelques instants, le ciel s'assombrit, virant au noir avec une inquiétante rapidité. Soudain, une bourrasque de grêle surprit les malheureux qui n'avaient su trouver un abri.
    Cet automne finissant s'avérait en tous points déplorable. Il pleuvait depuis des semaines presque sans interruption et la plupart des chemins se trouvaient si détrempés qu'on hésitait à s'y aventurer. Les routes elles-mêmes étaient sillonnées de profondes ornières où clapotait une eau boueuse si bien que les passagers des carrosses souffraient, craignant à chaque instant que la voiture ne verse.
    La grêle cessa bientôt, remplacée par une pluie glacée qui annonçait, en ce début de décembre, une nouvelle soirée froide et brumeuse.
    Nombreux, dans le royaume, étaient ceux qui voyaient une profonde similitude entre ce temps détestable et le règne déclinant de Louis le Quatorzième. La guerre, dite « guerre de la Ligue d'Augsbourg », allait entrer en sa sixième année. Ce n'était certes pas la plus meurtrière de ce règne sanglant mais elle devait tout de même se solder par 700 000 morts.
    L'armée royale comptait près de 300 000 hommes et on ne cessait de procéder à de nouvelles levées. Artisans, paysans et ouvriers arrachés à leurs activités appauvrissaient le pays et c'était autant de familles qu'on laissait en un cruel désarroi.
    La formidable puissance de la France en guerre contre toute l'Europe s'épuisait vainement et l'hiver qui s'annonçait d'une impitoyable et exceptionnelle rudesse terrorisait des millions de malheureux qui se savaient promis au froid, aux impôts exorbitants, aux épidémies, à la famine et à la mort.
    ***
    Haut perchés sur le donjon au toit en poivrière d'un vieux mais solide château, ceux qui paraissaient trois ouvriers s'appliquaient à la pose d'un dernier rang d'ardoises.
    Les chemises de toile, trempées, leur collaient à la peau mais ces hommes rudes ne semblaient pas même s'en apercevoir.
    Détail singulier : tous trois portaient de hautes bottes de cavalerie qui leur montaient aux genoux et l'on n'avait pas souvenir, en quelque lieu que ce fût du royaume, d'ouvriers si curieusement bottés.
    Celui qui se prénommait Tancrède présenta l'ultime ardoise. Du premier coup, le jugement se révélait juste, l'ardoise occupant aussitôt sa place exacte et l'on n'y pouvait rien redire tant l'alignement du rang paraissait parfait.
    C'était un homme de trente ans, grand et mince, les cheveux châtain clair, le visage osseux : pommettes saillantes,

Lire des autres livres

L'eau dort 1
par Glen Cook
En dehors de son extraordinaire odeur de propreté. La pluie était tombée presque toute la nuit. Et en dehors encore de l’expression hébétée des gens des rues qui avaient survécu à la plus effroyable des nuits. Non. C’était une sensation qui vous coupait le souffle, et elle ne faisait que croître à l... Puis...
Taltos
par Rice,Anne
Ash sommeillait, le visage contre le hublot. Il aperçut les phares des voitures se dirigeant vers lui, deux berlines allemandes noires qui allaient le conduire avec son escorte jusqu’à Donnelaith. Le voyage n’avait plus rien à voir avec les expéditions à cheval d’autrefois. Il en était content. Non... Puis...
Des rêves plein la tête
  La mère remarqua l'air buté de sa fille et devina immédiatement que la rencontre avec les parents de Gérard ne s'était pas très bien déroulée.   — Comment est sa mère ? demanda-t-elle.   — Pas mal fraîche, se contenta de répondre Laurette en se versant un verre d'eau.   — Son père ?   — Je le sais... Puis...
Tsippora
Durant plus d’une année, Tsippora et Moïse allèrent de disputes en apaisements. D’abord, ils s’évitèrent avec soin durant des jours et des jours. Puis, lors d’une nuit de pleine lune, le sol frémit à nouveau. La cour de Jethro fut en émoi, chacun se précipita dans l’obscurité du dehors, yeux et orei... Puis...
Trahison
Dormir occupait une grande partie de mon temps, bien entendu, mais le sommeil ne me reposait guère : impossible de m’allonger de tout mon long. À mesure que le navire faisait voile vers le nord, le froid s’insinua dans ma cellule. Lorsqu’il repartit au sud, elle devint une étuve où mon corps mais au... Puis...