Le Bal Des Maudits - T 1

Lire ebook Le Bal Des Maudits - T 1
Auteur: Irwin Shaw

Le Bal Des Maudits - T 1
C’est plus correct, plus raffiné.
    Il était sûr de lui ; il se moquait d’elle.
    –  Elles sont presque toutes comme ça.
    –  Je le dirai à votre mère, souill a Margaret. Je jure que je le lui dirai.
    Frédérick rit doucement.
    –  Dites-le à ma mère, approuva-t-il. Pourquoi croyez-vous qu’elle réserve toujours cette chambre aux jolies jeunes filles, juste au-dessus du hangar, où il est si simple de pénétrer par la fenêtre ?
    « Ce n’est pas possible, pensa Margare t, c ette petite femme ronde, cramoisie, rayonnante, qui avait pendu des crucifix dans les chambres ; cette petite femme propre, laborieuse et « pratiquante » !… » Soudain, Margaret se remémora le visage d e M lle Langerman lorsque la chanson les avait tous empoignés, dans la pièce du rez-de-chaussée, le regard sauvage, obstiné, le visage transpirant et sensuel balayé par la rude musique. « C’est possible, pensa Margaret, ce petit imbécile de dix-huit ans ne peut pas l’avoir inventé… »
    –  Combien de fois, demanda-t-elle vivement, repoussant le plus possible l’imminent danger, combien de fois êtes-vous entré ici de cette manière ?
    Il sourit, et elle distingua l’éclat de ses dents blanches. Sa main resta un instant immobile.
    –  Assez souvent, répondit-il, évidemment très content de lui-même, mais je deviens de plus en plus difficile. C’est une dure escalade, et le toit du hangar est glissant, avec toute cette neige. Il faut qu’elles soient très jolies, comme toi, pour que je me décide à le faire.
    La main reprit son périple, insistante, et experte, et douce. Ses propres mains étaient clouées sous elle par le bras de Frédérick. Elle se sentait faible et enflammée, profanée et dissoute à la fois. Elle roula la tête et les épaules et tenta de remuer les jambes, mais n’y parvint pas. Frédérick la tenait étroitement serrée, lui souriait, excité et heureux de sa résistance.
    –  Tu es si jolie, chuchotait-il. Et ton corps est si agréable.
    –  Je vais crier, je vous préviens.
    –  Ce sera terrible pour toi si tu cries, dit Frédérick. Terrible ! Ma mère te traitera de tous les noms devant les autres invités et exigera que tu sortes immédiatement de sa maison, pour avoir attiré son petit garçon de dix-huit ans dans ta chambre et essayé de lui causer des ennuis. On en parlera dans toute la ville, et ton ami arrive demain…
    Sa voix était amusée et confidentielle.
    –  Je vous conseille vraiment de ne pas crier.
    Margaret ferma les yeux et se tint tranquille. U n instant, elle vit les invités de la party sous les traits de conspirateurs obscènes et ricaneurs, complotant contre elle, dans leur forteresse neigeuse, sous le couvert de leur santé, de leur propreté montagnardes.
    Soudain, Frédérick roula dans le lit et se coucha sur elle. Ses vêtements étaient ouverts ; elle sentait contre elle la peau douce et chaude de sa poitrine. Il était énorme. Elle se sentait

Lire des autres livres

Grave Surprise
The Cleveland was discreet. I was not going to want to see our credit card bill when it came next month.A valet took our car, and we rolled into the lobby in a flurry of baggage and desperation, anxious to get away from the reporters who’d actually followed us to the new hotel. The staff was as cour... Puis...
Les yeux d'émeraude
Il avait déjà subi des revers de fortune. Personne ne peut gagner à tous les coups mais, par le passé, sa chance n'avait jamais tardé à refaire surface. Cette fois, c'était différent. Tout ce qu'il entreprenait tournait mal. Sa chance ne se satisfaisait pas de l'abandonner : elle faisait son possibl... Puis...
Oeuvres complètes
Degas s’est montré singulièrement chiche. Il s’est contenté d’exposer une vue de coulisses, un monsieur serrant de près une femme lui étreignant presque les jambes entre ses cuisses, derrière un portant illuminé par le rouge brasier de la salle qu’on entrevoit et quelques dessins et esquisses représ... Puis...
Grand-père
Pourtant, nous sommes des Picasso, des Picasso comme lui. Des Picasso que l’on montre du doigt. — Tu vois, ce petit garçon et cette petite fille sont les petits-enfants de Picasso. — Le peintre milliardaire ? — Tu en connais un autre ? Les petits-enfants du peintre milliardaire alors que nous traîno... Puis...
His Love (The Billionaire Dom Diaries, #4)
Her question was a rhetorical one, but I was still trying to work my way through an answer. There was a part of me that felt that my mother was finally getting her comeuppance. That whatever dark plans that simmered in Cole's head, whatever needs itched in his fingertips, were exactly what she deser... Puis...