Le Bal Des Maudits - T 1

Lire ebook Le Bal Des Maudits - T 1
Auteur: Irwin Shaw

Le Bal Des Maudits - T 1
regard croisa celui de Margaret. Elle lui sourit.
    –  Chantez, dit-elle.
    Il lui rendit gravement son sourire et leva son verre. Elle le vit se mettre docilement à chanter, bien que la confusion ambiante ne lui permît pas d’entendre le son de sa voix.
    Avec l’heure et le punch et la proximité d’une nouvelle année, la party était devenue moins formaliste. Dans les coins sombres de la pièce, des couples s’embrassaient, des mains s’égaraient, les voix montaient, plus fortes et plus confiantes, et Margaret avait peine à suivre et à comprendre les chansons pleines d’argot et de sens cachés qui faisaient glousser les femmes, et provoquaient le rire des hommes.
    Juste avant minuit, le vieux Langerman monta sur une chaise, réclama le silence, fit un signe à l’accordéoniste, déclama d’un ton légèrement incertain :
    –  En tant que vétéran du Front de l’Ouest, blessé trois fois de 1915 à 1918, j’aimerais que vous chantiez maintenant avec moi.
    Il fit un nouveau signe à l’accordéoniste, qui plaqua les accords préliminaires de Deutschland, Deutschland uber Alles. C’était la première fois que Margaret entendait chanter cette chanson en Autriche, mais une bonne allemande la lui avait apprise quand elle avait cinq ans. Elle se souvenait toujours des paroles et les chanta avec eux, se sentant vaguement grise, et intelligente, et internationale. Frédérick la serra plus étroitement et l’embrassa sur le front, enchanté de voir qu’elle connaissait la chanson, et le vieux Langerman, toujours sur sa chaise, leva son verre et proposa un toast.
    –  À l’Amérique ! Aux jeunes Américaines !
    Margaret vida son verre d’un trait et s’inclina.
    –  Au nom des jeunes Américaines, dit-elle courtoisement, permettez-moi de vous dire que je suis enchantée.
    Frédérick l’embrassa dans le cou, mais, avant qu’elle ait pu décider de ce qu’il convenait de faire à cet égard, l’accordéoniste plaqua de nouveaux accords primitifs, et toutes les voix, triomphantes et rauques, se remirent à chanter en chœur. Un instant, Margaret ne reconnut pas la chanson. Elle en avait entendu des fragments, une fois ou deux, à Vienne, mais les voix mâles et tonitruantes, épaissies par l’alcool, rendaient presque inintelligibles les paroles allemandes.
    Frédérick la tenait toujours, raide et tendu près d’elle, et elle sentait se durcir ses muscles, dans la passion de la chanson. Elle regarda attentivement ses lèvres, et, finalement, la reconnut.
    –  Die Fahne hoch, die Reihen fest geschlossen, chantait-il, S. À. m arschiert in ruhig festen Schrit Kameraden die Rotfront und Reaktion erschlossen.
    Margaret écouta, et son visage se tendit. Elle ferma les yeux, à demi suffoquée par l’écrasante musique et essaya de repousser Frédérick. Mais son bras était verrouillé autour d’elle, et elle resta immobile et écouta. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle chercha le regard du professeur de ski. Il

Lire des autres livres

La mère Simon, revenue dans la chambre, s'endormait doucement. Des coups de cloche la réveillèrent ; on sortait des vêpres. Le délire de Félicité tomba. En songeant à la procession, elle la voyait, comme si elle l'eût suivie. Tous les enfants des écoles, les chantres et les pompiers marchaien... Puis...
The Vittra Attacks (Trylle Bonus)
It was too damn early for this kind of thing, but the only way he’d convinced Jen and Kyra to let him wait in the SUV was because he’d sold himself as the getaway driver. If they came back, hauling that girl along as a prisoner, and Loki wasn’t alert enough to speed off, he’d be in serious trouble.... Puis...
The Raven's Shadow
Nonetheless they bore it stoically, taking turns to drive the mules, and at the end of each night’s travel divided the chores of making camp and tending the beasts. Gair lent his strength and reach wherever they were useful, whether that was excavating a latrine pit in the bone-hard earth or rigging... Puis...
La grande vadrouille
Mais au lieu de citrouilles, en descendirent quatre hommes dépenaillés.Deux d’entre eux furent dirigés vers la salle d’hôpital où les attendaient des lits confortables ; c’étaient les Anglais. Quant aux deux autres, sœur Marie-Odile leur fournit des vélos, modèles pour dames ou ecclésiastiques.Stani... Puis...
What the Night Knows
On a double lot, they had generous grounds for a city house and distance from their neighbors. Made of brick and painted white, with black shutters and a black slate roof, the place appeared Georgian, but it was not a scrupulous example of the style. John parked in the underground garage, between Ni... Puis...