Le Bal Des Maudits - T 1

Lire ebook Le Bal Des Maudits - T 1
Auteur: Irwin Shaw

Le Bal Des Maudits - T 1
 
1
     
     
     
    LA ville brillait dans le crépuscule neigeux comme une vitrine de Noël ; les lumières du chemin de fer électrique luisaient, minuscules et gaies, au pied de la pente blanche, parmi les collines ouatées de l’hiver tyrolien. Brillamment vêtus, skieurs et indigènes échangeaient de larges sourires en se croisant dans les rues drapées de neige ; des couronnes pendaient aux portes et aux fenêtres des maisons brunes et blanches, car on était à la veille des promesses de l’année 1938.
    Margaret Freemantle remontait la colline et écoutait la neige se tasser en craquant sous ses chaussures de ski. Elle souriait au crépuscule et aux voix des enfants qui chantaient, derrière elle, quelque part dans le village. Il pleuvait lorsqu’elle avait quitté Vienne ce matin, et les gens hâtaient le pas en rasant les murs, avec cet air de morne contrainte que fait naître la pluie dans les rues des grandes villes. Et, parce qu’elle était jeune et jolie et parce qu’elle était en vacances, les collines abruptes et le ciel clair, la bonne neige immaculée et la gaieté athlétique et débonnaire des villageois lui semblaient autant de cadeaux personnels.
    Ses jambes détendues et agréablement lasses projetaient dans leur sillage des petits blocs de neige grise. Les deux cherry brandy qu’elle avait bus après le skiage de l’après-midi avaient réchauffé sa gorge, et elle sentait leur chaleur se répandre sous ses sweaters en longues ramifications, jusqu’à ses épaules et ses bras.
    –  Dort oben am Berge, da wettert der Wind (1) , chantaient les voix des enfants, incisives et claires dans l’air raréfié.
    –  Da sitzet Maria, und wieget ihr Kind (2) , chanta doucement Margaret.
    Son allemand était hésitant, et elle était heureuse non seulement de la mélodie et de la délicatesse de la chanson, mais aussi de sa propre audace de chanter en allemand.
    C’était une grande jeune fille mince, au visage allongé, aux yeux verts, à la racine du nez saupoudrée de ce que Joseph appelait « des tache s de son américaines ». Joseph arrivait le lendemain par le train du matin et, en pensant à lui, elle souri t
    À la porte de son hôtel, elle s’arrêta pour jeter un dernier regard aux nobles montagnes et aux lumières clignotantes. Elle respira profondément l’air du crépuscule. Puis elle ouvrit la porte et entra.
    La salle commune du petit hôtel était, ornée de gui et de verdure et saturée de généreuses odeurs culinaires. C’était une pièce d’une simplicité dénudée, meublée de cuir et de chêne massif, propre de cette propreté spectaculaire courante dans les villages de montagne, aussi réelle et palpable que les meubles eux-mêmes.
    M me  Langerman traversait la pièce, portant avec précaution un énorme bol à punch de verre à facettes, son visage rond et cramoisi plissé par la concentration. Elle s’arrêta en voyant Margaret et, rayonnante, posa le bol sur une table.
    – 

Lire des autres livres

La Furie du capitaine
Si Tavi n’avait pas été à cheval, il aurait à peine réussi à tenir le rythme, malgré tout l’entraînement à la marche par voie de terre qu’il s’était imposé aux côtés de ses propres hommes. Dans les faits, Acteon suivit l’ancien esclave à un petit galop paresseux, et les kilomètres défilèrent. L’esca... Puis...
La couronne et la tiare
Son gros nez sensible aux atteintes du froid rutilait dans une face exsangue où venaient de se creuser quelques rides supplémentaires. – L’avez-vous vu fleureter avec Jeanne de Naples ? – Non, monseigneur. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’y eut aucun courtisement entre elle et le roi. – A-t-elle p... Puis...
Barnabé Rudge - Tome I
Quand chacun d'eux entrait séparément pour occuper la place qui lui était échue en partage dans le coin de la cheminée, John, avec une lenteur de débit très frappante et un chuchotement apoplectique, lui communiquait que M. Chester était seul dans l'appartement d'en haut, et qu'il y attendait M... Puis...
Victoria Line, Central Line
They had assured each other that it would be ridiculous to try to compete with Jane after all these years and considering all the money she had. Very immature really to try on fine feathers and glad rags – like children dressing up and playing games. Yet when they met at the station they were almost... Puis...
Rock Hard Heat
Jenna sighed and floated on her back in the creek. It had a current that kept her on a gentle spin in the pool formed by erosion over eons. She hadn’t felt this relaxed in forever. The last time might have been before her accident this past winter when she threw caution to the wind and accepted Chet... Puis...