Le Bal Des Maudits - T 1

Lire ebook Le Bal Des Maudits - T 1
Auteur: Irwin Shaw

Le Bal Des Maudits - T 1
 
1
     
     
     
    LA ville brillait dans le crépuscule neigeux comme une vitrine de Noël ; les lumières du chemin de fer électrique luisaient, minuscules et gaies, au pied de la pente blanche, parmi les collines ouatées de l’hiver tyrolien. Brillamment vêtus, skieurs et indigènes échangeaient de larges sourires en se croisant dans les rues drapées de neige ; des couronnes pendaient aux portes et aux fenêtres des maisons brunes et blanches, car on était à la veille des promesses de l’année 1938.
    Margaret Freemantle remontait la colline et écoutait la neige se tasser en craquant sous ses chaussures de ski. Elle souriait au crépuscule et aux voix des enfants qui chantaient, derrière elle, quelque part dans le village. Il pleuvait lorsqu’elle avait quitté Vienne ce matin, et les gens hâtaient le pas en rasant les murs, avec cet air de morne contrainte que fait naître la pluie dans les rues des grandes villes. Et, parce qu’elle était jeune et jolie et parce qu’elle était en vacances, les collines abruptes et le ciel clair, la bonne neige immaculée et la gaieté athlétique et débonnaire des villageois lui semblaient autant de cadeaux personnels.
    Ses jambes détendues et agréablement lasses projetaient dans leur sillage des petits blocs de neige grise. Les deux cherry brandy qu’elle avait bus après le skiage de l’après-midi avaient réchauffé sa gorge, et elle sentait leur chaleur se répandre sous ses sweaters en longues ramifications, jusqu’à ses épaules et ses bras.
    –  Dort oben am Berge, da wettert der Wind (1) , chantaient les voix des enfants, incisives et claires dans l’air raréfié.
    –  Da sitzet Maria, und wieget ihr Kind (2) , chanta doucement Margaret.
    Son allemand était hésitant, et elle était heureuse non seulement de la mélodie et de la délicatesse de la chanson, mais aussi de sa propre audace de chanter en allemand.
    C’était une grande jeune fille mince, au visage allongé, aux yeux verts, à la racine du nez saupoudrée de ce que Joseph appelait « des tache s de son américaines ». Joseph arrivait le lendemain par le train du matin et, en pensant à lui, elle souri t
    À la porte de son hôtel, elle s’arrêta pour jeter un dernier regard aux nobles montagnes et aux lumières clignotantes. Elle respira profondément l’air du crépuscule. Puis elle ouvrit la porte et entra.
    La salle commune du petit hôtel était, ornée de gui et de verdure et saturée de généreuses odeurs culinaires. C’était une pièce d’une simplicité dénudée, meublée de cuir et de chêne massif, propre de cette propreté spectaculaire courante dans les villages de montagne, aussi réelle et palpable que les meubles eux-mêmes.
    M me  Langerman traversait la pièce, portant avec précaution un énorme bol à punch de verre à facettes, son visage rond et cramoisi plissé par la concentration. Elle s’arrêta en voyant Margaret et, rayonnante, posa le bol sur une table.
    – 

Lire des autres livres

Guy de Maupassant : Oeuvres complètes
Blérot était mon ami d’enfance, mon plus cher camarade ; nous n’avions rien de secret. Nous étions liés par une amitié profonde des cœurs et des esprits, une intimité fraternelle, une confiance absolue l’un dans l’autre. Il me disait ses plus délicates pensées, jusqu’à ces petites hontes de la consc... Puis...
Suite italienne
Pas de pitié pour les maladroits ! II. Pas de pitié pour les maladroits ! Le soleil était haut dans le ciel. L’heure de raidi était venue et le paysan qui, sa fourche à l’épaule, se hâtait de rentrer chez lui pour se rafraîchir et faire une sieste bien gagnée, était décidé à ne poin... Puis...
The Ties That Bind
On Sunday morning she stood in the kitchen making coffee while she waited for Garth to get out of the shower and wondered where the time had gone. The week ahead seemed endless. She was going to have to get used to Sundays, she told herself bracingly."Smells good," Garth remarked, sauntering into th... Puis...
Méduse
Un instant plus tard le magnéplane ralentissait à l’entrée de la station de Brooklyn Bridge et il se leva. Un observateur attentif eût sans doute noté une marque rougeâtre sous sa nuque, mais il n’eut qu’à regarder autour de lui pour s’assurer que nul ne s’intéressait à lui. Il descendit et se dirig... Puis...
Trouble dans les andains
LA FAUNE DES TÉNÈBRES Fabre, dans ses ouvrages si souvent décriés et tant jamais bien compris, peint le cancrelat en ces termes : « – C’est un sale bestiau qui pond au printemps et se reproduit dans les égouts. » Il n’a pas tort. La preuve en est que les longs couloirs obscurs sont pleins de cancrel... Puis...