L'amour du métier

Lire ebook L'amour du métier
Auteur: Lawrence Block

L'amour du métier
1
     
    Répond au nom de « Soldat »
     
    Keller prit un vol United pour se rendre à Portland. Entre New York JFK et Chicago O’Hare, il lut un magazine, puis il déjeuna pendant l’escale et regarda le film durant le trajet Chicago-Portland. Il était 14 h 45, heure locale, lorsqu’il descendit de l’appareil avec son bagage à main. Il n’avait qu’une heure à attendre avant la correspondance pour Roseburg.
    Mais en apercevant la taille de l’avion, il se rendit au comptoir Hertz et annonça qu’il désirait louer une voiture pour quelques jours. Il montra son permis de conduire et une carte de crédit, moyennant quoi on lui confia une Ford Taurus avec 4 000 kilomètres au compteur. Il ne prit même pas la peine d’essayer de se faire rembourser son billet Portland-Roseburg.
    L’employé de chez Hertz lui expliqua comment rejoindre l’autoroute 1-5. Keller pointa la voiture dans la bonne direction et régla le limiteur de vitesse 5 km/h au-dessus de celle autorisée. Tout le monde roulait bien plus vite que ça, mais il n’était pas pressé et ne tenait pas à ce qu’on regarde de trop près son permis. Ce document était certes parfaitement valable, mais pourquoi chercher les ennuis ?
    Il faisait encore jour quand il emprunta la deuxième bretelle de sortie pour Roseburg. Il avait une réservation au Douglas Inn, un hôtel Best Western situé dans Stephens Street. Il n’eut aucun mal à le trouver. On l’avait installé dans une chambre du rez-de-chaussée donnant sur la rue, il demanda qu’on la change contre une autre en étage à l’arrière du bâtiment.
    Il défit ses bagages et prit une douche. Dans l’annuaire téléphonique figurait un plan du centre-ville ; il l’étudia pour se repérer, puis il arracha la feuille et l’emporta quand il sortit faire un tour. La petite imprimerie se trouvait à quelques centaines de mètres de là, dans Jackson Street, à deux numéros du coin de la rue, entre un débit de tabac et un photographe dont la vitrine était remplie de photos de mariage. Une pancarte dans la vitrine de l’imprimerie Quick Print proposait une offre spéciale sur les faire-part de mariage, sans doute pour attirer l’attention des futurs mariés qui venaient discuter avec le photographe d’à côté.
    Le Quick Print était fermé, évidemment, tout comme le débit de tabac, le photographe et la bijouterie à crédit installée à côté du photographe et, pour autant que Keller pouvait en juger, tous les autres commerces du quartier. Il ne s’éternisa pas. Deux rues plus loin, il dénicha un restaurant mexicain à l’aspect assez miteux pour être authentique. Il acheta un journal local au distributeur situé devant l’entrée et le lut en mangeant ses enchiladas au poulet. La nourriture était bonne et ridiculement bon marché. Si ce restaurant se trouvait à New York, pensa-t-il, tout y serait trois ou quatre fois plus cher et les gens feraient la queue pour y manger.
    La serveuse

Lire des autres livres

Il avait touché là pour faire le plein d’eau. Le second jour, peu après l’aube, comme il reposait sur sa couchette, son second vint l’informer qu’une voile étrangère entrait dans la baie. À cette époque, les navires n’étaient pas aussi nombreux qu’à présent dans ces eaux. Il se leva, s’habilla et mo... Puis...
Girlfriend dans le coma
Tous les deux avaient loué une petite maison des années cinquante au bout de Moyne Drive, à un jet de pierre de la famille de Karen, non loin de chez Linus et Wendy. En mars, pendant une fête de fin de tournage, j’avais trouvé deux seringues, des tampons de coton souillés, ainsi de suite, dans la po... Puis...
Apocalypses
Il possédait des flottes et des palais ; des chevaux de course ; des villes. En fait, il possédait tant de biens, qu’il sembla parfois plus rapide à ceux qui à la fin furent chargés de les énumérer (lorsque les événements de cette histoire eurent atteint leur monstrueuse conclusion) de faire la list... Puis...
Body Guard
par Unknown
Dear God! Had it only been that morning that she had lain like this in his arms? No, not like this. Tonight was different and far more dangerous. Tonight her body and her mind were crying out with a compassion that was evolving into passion. She could not understand how the borders between the two h... Puis...
All of You
He had put on long flannel pants, and when I walked into the room, he stopped pacing and looked at me. Desire immediately flashed through his eyes at the sight of me standing in his bedroom covered only in a towel. “God, you’re beautiful. I can’t get over it,” he said as he walked over to me and cup... Puis...