L'Ami Commun - Tome II

Lire ebook L'Ami Commun - Tome II
Auteur: Charles Dickens
XIV – DE FERME PROPOS
    L e travail que Rokesmith avait fait toute la nuit n’était pas de nature à lui procurer un sommeil paisible. Il dormit cependant un peu vers le matin, et se leva plus affermi que jamais dans sa résolution. C’était bien décidé : le repos de mister et de missis Boffin ne serait troublé par aucun revenant. Muet et invisible, le spectre de John Harmon veillerait quelque temps encore sur la fortune qu’il avait abandonnée, puis il quitterait ces lieux où l’on menait une existence à laquelle il ne pouvait prendre part.
    Le secrétaire repassa dans son esprit tout ce qu’il s’était dit la veille. Ainsi qu’il arrive à bien des gens, il en était venu là sans s’apercevoir des forces accumulées de tous les incidents qu’avaient fait naître les circonstances. Lorsque dominé par la crainte qu’il devait au souvenir de ses premières années, lorsque effrayé du mal dont la fortune de son père avait toujours été la cause ou le prétexte, il avait conçu l’idée de sa première supercherie, ses intentions étaient pures. Le fait en lui-même paraissait innocent : cela durerait à peine quelques jours, peut-être quelques heures. La seule personne qui s’y trouvât mêlée était la jeune fille que lui imposait un caprice ; il n’avait à l’égard de miss Wilfer que les projets les plus honnêtes. S’il avait vu, par exemple, qu’elle en aimait un autre, que la pensée de ce mariage la rendait malheureuse, il se serait dit : n’employons pas cette fortune maudite à créer de nouvelles misères, et laissons-la aux seuls amis que nous ayons eus, ma sœur et moi, quand nous étions enfants.
    Lorsque plus tard, par suite du piége où il était tombé, il vit sa mort affichée sur tous les murs, il accepta vaguement le concours que les circonstances apportaient à ses projets, sans voir qu’il consacrait ainsi le passage de sa fortune entre les mains de mister Boffin. Quand il eut retrouvé ses anciens amis plus fidèles, plus dévoués que jamais ; quand, du poste de confiance qu’il occupait auprès d’eux, il put apprécier leur âme généreuse et ne leur découvrit pas de défauts, il se demanda s’il devait les dépouiller d’un argent dont ils faisaient si bon usage, et ne vit aucune raison de leur infliger cette épreuve.
    Il avait entendu dire à miss Wilfer elle-même, le soir où il était venu arrêter son logement, que ce mariage n’aurait été pour elle qu’une affaire d’intérêt. Après un an de relations quotidiennes, il avait essayé de lui ouvrir son cœur ; et non-seulement elle avait rejeté ses avances, mais elle s’en était offensée.
    Lui convenait-il d’avoir assez peu de fierté pour acheter celle qu’il aimait, ou d’être assez lâche pour la punir de ce qu’elle ne l’aimait pas ? Et cependant s’il se faisait connaître il ne pouvait recouvrer son héritage qu’en ayant cette honte, ou y renoncer qu’en commettant cette bassesse.
    Une autre

Lire des autres livres

Vos bœufs ne sont pas ferrés ? — Non, monsieur : chez nous, on ne les ferre pas plus que les moutons. — Vous passerez demain matin à la forge. Allez ! L’homme qui terminait ainsi son premier entretien avec Gilbert Cloquet, dans le petit bureau tapissé de papier vert et noir, avait la physionomie obs... Puis...
La Porte des Mondes
NOUS SURESTIMONS NOS FORCES   Ce soir-là, je dînai avec Topiltzin et dînai bien. Avant de rentrer à l’hôtel pour dormir, je me mis à la recherche de Quéquex. Je ne pouvais pas quitter Tenochtitlan sans l’avoir revu. Comment trouve-t-on un mage bedonnant dans une ville de neuf millions d’âmes quand o... Puis...
Murder in Mesopotamia
“No! No!” Dr. Leidner sprang up and walked up and down in an agitated manner. “It's impossible what you say, Reilly. Absolutely impossible. One of us? Why, every single member of the expedition was devoted to Louise!” A queer little expression pulled down the corners of Dr. Reilly's mouth. Under... Puis...
Le dossier Holmes-Dracula - Saberhagen Fred
Sherlock Holmes, en robe de chambre et pantoufles, me posa cette question tandis qu'il se tenait devant le feu dans notre salon. Il était bientôt minuit, une heure après le dénouement des incidents à la taverne de Barley. Une pluie glacée avait commencé à crépiter sur nos fenêtres, et les mains de H... Puis...
Dust to Dust
par Tami Hoag
Kate Conlan stared at Kovac. Rene Russo might be this good-looking on her best day, he thought. She combed an errant strand of hair behind her ear. A wry smile pulled up one corner of her sexy mouth. “I’m so flattered you thought of me, Sam. Come on in,” she said, stepping back from the door. “John... Puis...