L'Ami Commun - Tome II

Lire ebook L'Ami Commun - Tome II
Auteur: Charles Dickens

L'Ami Commun - Tome II
DEUXIÈME PARTIE – GENS DE MÊME FARINE –
(Suite)
    XIV – DE FERME PROPOS
    Le travail que Rokesmith avait fait toute la
nuit n’était pas de nature à lui procurer un sommeil paisible. Il
dormit cependant un peu vers le matin, et se leva plus affermi que
jamais dans sa résolution. C’était bien décidé : le repos de
mister et de missis Boffin ne serait troublé par aucun revenant.
Muet et invisible, le spectre de John Harmon veillerait quelque
temps encore sur la fortune qu’il avait abandonnée, puis il
quitterait ces lieux où l’on menait une existence à laquelle il ne
pouvait prendre part.
    Le secrétaire repassa dans son esprit tout ce
qu’il s’était dit la veille. Ainsi qu’il arrive à bien des gens, il
en était venu là sans s’apercevoir des forces accumulées de tous
les incidents qu’avaient fait naître les circonstances. Lorsque
dominé par la crainte qu’il devait au souvenir de ses premières
années, lorsque effrayé du mal dont la fortune de son père avait
toujours été la cause ou le prétexte, il avait conçu l’idée de sa
première supercherie, ses intentions étaient pures. Le fait en
lui-même paraissait innocent : cela durerait à peine quelques
jours, peut-être quelques heures. La seule personne qui s’y trouvât
mêlée était la jeune fille que lui imposait un caprice ; il
n’avait à l’égard de miss Wilfer que les projets les plus honnêtes.
S’il avait vu, par exemple, qu’elle en aimait un autre, que la
pensée de ce mariage la rendait malheureuse, il se serait
dit : n’employons pas cette fortune maudite à créer de
nouvelles misères, et laissons-la aux seuls amis que nous ayons
eus, ma sœur et moi, quand nous étions enfants.
    Lorsque plus tard, par suite du piége où il
était tombé, il vit sa mort affichée sur tous les murs, il accepta
vaguement le concours que les circonstances apportaient à ses
projets, sans voir qu’il consacrait ainsi le passage de sa fortune
entre les mains de mister Boffin. Quand il eut retrouvé ses anciens
amis plus fidèles, plus dévoués que jamais ; quand, du poste
de confiance qu’il occupait auprès d’eux, il put apprécier leur âme
généreuse et ne leur découvrit pas de défauts, il se demanda s’il
devait les dépouiller d’un argent dont ils faisaient si bon usage,
et ne vit aucune raison de leur infliger cette épreuve.
    Il avait entendu dire à miss Wilfer elle-même,
le soir où il était venu arrêter son logement, que ce mariage
n’aurait été pour elle qu’une affaire d’intérêt. Après un an de
relations quotidiennes, il avait essayé de lui ouvrir son
cœur ; et non-seulement elle avait rejeté ses avances, mais
elle s’en était offensée.
    Lui convenait-il d’avoir assez peu de fierté
pour acheter celle qu’il aimait, ou d’être assez lâche pour la
punir de ce qu’elle ne l’aimait pas ? Et cependant s’il se
faisait connaître il ne pouvait recouvrer son héritage qu’en ayant
cette honte, ou y

Lire des autres livres

Carnets secrets d'un cambrioleur
C’était la gouvernante irlandaise, Olivia Oldfoks, qui désirait transmettre à Peggy une invitation au nom de sa patronne, Madame Irina Shelton-Shieldrake. Elle ne put d’ailleurs en dire davantage, car le petit Richie lui arracha le combiné des mains et, d’un ton impérieux, ordonna à Peggy de lui pas... Puis...
Eight Hundred Leagues on the Amazon
THE EVENING OF THE FIFTH OF JUNE WHILE THE master's house was being constructed, Joam Garral was also busied in the arrangement of the out-buildings, comprising the kitchen, and offices in which provisions of all kinds were intended to be stored. In the first place, there was an important stock of t... Puis...
Assassin's Creed Brotherhood
La paix règne sur Rome. Le pape est fort. Il a soumis la Romagne. C’est à la fois un soldat et un homme de Dieu, et peut-être qu’avec lui toute l’Italie connaîtra enfin la paix. Et bien que l’Espagne contrôle le sud, Ferdinand et Isabelle sont nos amis. Ezio savait que Leonardo aimait son travail.... Puis...
Les rôdeurs de la nuit
À défaut de pouvoir entrer, rien ne vous empêche de glisser un coup d'œil discret pour vous faire une petite idée de l'agencement des pièces à l'étage et pour que votre ascension n'ait pas été totalement inutile. La fenêtre qui se trouve juste devant vous donne sur une galerie. Vous apercevez, au pr... Puis...
Cela m'est demeuré comme un rêve horrible, où mes sensations étaient si singulières, si troublées, qu'il me serait difficile de les noter exactement. Ce qui rendit ma torture affreuse, c'était que j'espérais toujours un brusque réveil. Et, à mesure que l'heure du convoi approchait, l'épouvante m'étr... Puis...