L'Ami commun - Tome II

Lire ebook L'Ami commun - Tome II
Auteur: Charles Dickens
entendre parler.
    – Mister Harmon ! dit Bradley, qui aurait été bien plus surpris s’il avait su à qui il avait affaire, mister Harmon celui qui a été assassiné et retrouvé dans la Tamise ?
    – Précisément.
    – Ce n’est pas lui…
    – Non, interrompit le secrétaire en souriant, ce n’est pas lui qui vous a recommandé. Mister Boffin a su qui vous étiez par mister Lightwood, un solicitor que vous connaissez probablement.
    – Très-peu ; et ne désire pas le connaître davantage. Non pas que j’aie à lui reprocher quelque chose ; mais j’ai des griefs réels contre son meilleur ami. » Il parvint à se contenir, toutefois à grand’peine, et ce fut avec difficulté qu’il articula ces mots, tant la colère le gagnait chaque fois que le souvenir d’Eugène lui revenait à l’esprit.
    Le secrétaire devinant qu’il y avait là quelque blessure se disposait à changer de conversation ; mais Bradley s’y cramponna avec sa maladresse habituelle. « Je n’ai, dit-il, aucun motif de cacher le nom de cet individu : la personne dont j’ai à me plaindre est un mister Wrayburn : » Rokesmith n’avait pas oublié ce gentleman. Parmi les souvenirs confus qu’il avait gardés de sa démarche au bureau de police, alors qu’il se débattait contre l’influence du narcotique, il ne revoyait pas les traits d’Eugène ; mais il se rappelait son nom, sa manière de parler et d’agir, l’examen qu’il avait fait du corps, la place qu’il occupait, les paroles qu’il avait dites. « Et la sœur du jeune Hexam, comment l’appelle-t-on ? demanda le secrétaire pour parler d’autre chose.
    – Elle se nomme Lizzie, répliqua le maître de pension, dont la figure se contracta vivement.
    – N’est-ce pas une jeune fille remarquable, sous le rapport du caractère ? reprit Rokesmith.
    – Assez pour être bien supérieure à mister Wrayburn, répondit Bradley. À vrai dire, il suffirait pour cela d’une personne médiocre. Mais puis-je vous demander, monsieur, pourquoi vous avez rapproché ces deux noms ? J’espère que ma question n’est pas indiscrète.
    – Simple hasard, répondit Rokesmith. Croyant voir qu’il vous était peu agréable de parler de mister Wrayburn, j’ai voulu changer de conversation, et ne l’ai pas fait d’une manière satisfaisante.
    – La connaissez-vous ? demanda Bradley.
    – Pas du tout.
    – Alors ce n’est pas ce qu’il aurait dit qui a été cause du rapprochement de ces deux noms ?
    – Vous pouvez-en être sûr.
    – Si je prends la liberté de vous demander cela, dit Bradley après avoir regardé le tapis, c’est que, dans son insolente fatuité, il est capable de tenir les propos les plus extravagants. J’espère, monsieur, que vous ne vous méprenez pas sur le sens de mes paroles. Je… Je porte le… plus grand intérêt au frère ainsi qu’à la sœur ; et ce sujet éveille en moi des sentiments très-profonds et très-vifs. » Il tira son

Lire des autres livres

Monsieur Thorpe et autres nouvelles
Il entrait directement dans le bureau de M. Péronnet, sans même jeter un coup d’œil sur le guichet derrière lequel je me tenais. Les deux hommes ressortaient souvent ensemble, s’attardaient dans l’antichambre transformée en hall. Je les observais à travers le grillage et je me disais, chaque fois, q... Puis...
Our Darkest Day
Cozens #210 Pte S. Farlow #80 found Pte T. Francis #2584 Pte J. Gordon #1130 Pte H. Haslam #1390 found Pte A. Johnson #2203 Pte F. Livingston #1168 found Pte S. O’Donnell #314 Pte E. Oliver #316 Pte W. O’Donnell #319 Pte F. Parry #320 found Pte H. Pollard #324 found Cpl J. Ross #1216 found Pte G. Sm... Puis...
Magyk
20"; panose-1: 2 7 7 4 7 5 5 2 3 3 } @font-face { font-family: "Mona Lisa Solid ITC TT"; panose-1: 0 0 4 0 0 0 0 0 0 0 } @font-face { font-family: Monaco; panose-1: 2 0 5 0 0 0 0 0 0 0 } @font-face { font-family: "Monotype Sorts"; panose-1: 1 1 6 1 1 1 1 1 1 1 } @font-face { font-family: "MS Referen... Puis...
La Tempête
Il devait ce nom à un ancêtre qui avait été trouvé, âgé de quelques jours, à la lisière d’un petit bois de châtaigniers de la haute Ardèche, en France, un matin de la Saint-Jean. En mai 68, Henri Saint-Jean Petitbois terminait sa dernière année de médecine. Il ne put aller jusqu’au bout, les examens... Puis...
Tueur de Dragons
D’après ce qu’il pouvait lire sur les indicateurs, ça n’allait pas bien du tout. La moitié des dérives et des moteurs ne répondaient plus, et les deux qui tournaient toujours faisaient un bruit qui laissait présager le pire. Makaisson entra en traînant la jambe. Félix ne l’avait jamais vu l’air aus... Puis...