L'Ami commun - Tome II

Lire ebook L'Ami commun - Tome II
Auteur: Charles Dickens
non ; pas le moins du monde. Et elle est si jolie ! vous le trouvez comme moi, n’est-ce pas ?
    – Assurément ; tout le monde est de votre avis.
    – Je l’espère, continua le Chérubin ; je dirai même que je n’en doute pas. C’est pour elle un grand avantage ; cela lui permet de compter sur un bel avenir.
    – Miss Wilfer a trouvé d’excellents amis dans mister et missis Boffin, dit Rokesmith ; elle ne peut pas en avoir de meilleurs.
    – Impossible, répondit le Chérubin ; je commence à croire que les choses ont bien tourné. Si John Harmon avait vécu…
    – Il vaut mieux qu’il soit mort, interrompit Rokesmith.
    – Non, répliqua Rumty, qui n’approuvait pas le ton décisif et impitoyable de cette réponse ; non, je ne vais pas jusque-là ; mais il aurait pu déplaire à ma fille, qui ne lui aurait peut-être pas convenu ; vous savez, il y a de ces choses… Tandis que maintenant elle pourra choisir.
    – La confiance que vous me témoignez en me parlant de cela, me fait espérer, monsieur, que vous excuserez cette question : n’aurait-elle pas déjà fait son choix ? balbutia le secrétaire.
    – Oh ! ciel non ! répondit le Chérubin.
    – Les jeunes filles, insinua Rokesmith, choisissent quelquefois sans le confier à leurs pères.
    – C’est possible, monsieur mais moi j’ai toute la confiance de ma fille ; il existe même entre nous un pacte en vertu duquel je reçois ses confidences. La ratification de ce traité date précisément du même jour que tout cela, dit le Chérubin en tirant les pans de son habit, et en fourrant ses mains dans les poches de son pantalon. Vous pouvez en être sûr, poursuivit-il, elle n’a encore choisi personne. Il est certain qu’à l’époque où mister John Harmon…
    – Plût au ciel qu’il n’eût jamais vécu ! » dit Rokesmith d’un air sombre.
    Rumty le regarda avec surprise, ne s’expliquant pas cette animosité à l’égard du défunt. « À l’époque où ce malheureux jeune homme apprit la mort de son père, continua Rumty, il est certain que George Sampson faisait la cour à Bella, et qu’elle n’y mettait point d’obstacle. Mais ce n’était pas sérieux ; et aujourd’hui elle y pense moins que jamais ; car elle est ambitieuse. Je crois, monsieur, pouvoir prédire qu’elle épousera de la fortune. Cette fois elle verra la personne, et pourra se décider en connaissance de cause. Je suis désolé de vous quitter, monsieur ; mais il faut que je prenne cette rue ; au plaisir de vous revoir. »
    Satisfait de cet entretien, le secrétaire poursuivit sa route, arriva à l’hôtel Boffin, et y trouva missis Higden.
    « Je vous serais bien obligée, Monsieur, dit la vieille femme, si je pouvais vous dire un mot. » Il l’emmena dans son cabinet, la fit asseoir, et lui dit de parler autant qu’il lui ferait plaisir.
    « C’est au sujet de Salop, reprit-elle ; voilà pourquoi je suis venue moi-même. Je ne voulais pas qu’il

Lire des autres livres

SUPPLÉMENT AU VOYAGE DE BOUGAINVILLE
propos de cette édition électronique À propos de cette édition électronique Texte libre de droits. Corrections, édition, conversion informatique et publication par le groupe : Ebooks libres et gratuits http://fr.groups.yahoo.com/group/ebooksgratuits  Adresse du site web du groupe :&nb... Puis...
Micromegas
par Voltaire
http://www.blackmask.com • Préface de l'Éditeur • CHAPITRE I. • CHAPITRE II. • CHAPITRE III. • CHAPITRE V. • CHAPITRE VI. • CHAPITRE VII. Produced by Carlo Traverso Préface de l'Éditeur L'immense correspondance de Voltaire ne contient pas un mot qui puisse faire connaître l'époque de la publication... Puis...
La Reine des Damnés
par Rice,Anne
l’avait interrogé Daniel tout en le regardant prendre des notes et rédiger des instructions pour de nouvelles acquisitions. — Lorsqu’on est capable de lire dans les pensées, on peut obtenir tout ce qu’on veut, avait répondu patiemment Armand. Ah, cette voix douce et posée, ce visage ouvert d’adolesc... Puis...
“Like heck it is!” “Bunny can’t be the Ax! She’s a space cadet.” “That’s what she’d like us to think. I found out different!” “Really? How?” “By ... well, by talking to her.” I spotted the flaw in my logic as soon as I said it, and Aahz wasn’t far behind. “Skeeve,” he said solemnly, “has it occurred... Puis...
Carry Her Heart
It would be Amanda’s last first day of high school. She was on the cusp of adulthood. The thought brought a mix of emotions and I wondered what she was planning to do when she graduated. Move on to a university somewhere? A year abroad? Straight into the workforce? She was on my mind as I watched... Puis...