L'Ami commun - Tome II

Lire ebook L'Ami commun - Tome II
Auteur: Charles Dickens
renoncer qu’en commettant cette bassesse.
    Une autre chose qu’il n’avait pas prévue, c’était l’implication d’un innocent dans le meurtre dont on le croyait victime. Il forcerait l’accusateur à se rétracter, il réparerait autant que possible le tort qu’il avait causé par son silence ; mais évidemment ce tort n’aurait pas eu lieu sans la supercherie à laquelle il avait donné suite. Quel que fût donc le chagrin ou la perte qui dût en résulter pour lui, le secrétaire l’acceptait comme conséquence de la situation qu’il s’était faite, et croyait devoir le supporter sans se plaindre. Ce fut ainsi que le matin John Harmon fut enterré plus profondément encore qu’il ne l’avait été pendant la nuit.
    Sorti plus tôt qu’à l’ordinaire, Rokesmith rencontra Rumty sur le seuil de la porte. Comme ils allaient d’abord dans la même direction, ils firent route ensemble pendent quelques instants. Impossible de ne pas remarquer le changement survenu dans le costume du Chérubin ; celui-ci en avait conscience, et répondant à l’observation dont il se sentait l’objet, il dit avec modestie : « Un présent de ma fille, mister Rokesmith. »
    Le secrétaire, en entendant ces paroles, eut un mouvement de joie ; il se rappelait les cinquante livres, et il aimait toujours Bella ; c’était une faiblesse, une très-grande faiblesse, diront certaines autorités ; mais enfin il l’aimait.
    « Avez-vous jamais lu quelque relation de voyage ? continua Rumty.
    – Plusieurs, répondit le secrétaire.
    – Vous savez qu’il y a toujours un roi quelconque du nom de George, de Sambo, de Kum ou de Junk, suivant le caprice des matelots qui le baptisent.
    – Où cela ? demanda Rokesmith.
    – N’importe où ; en Afrique ou ailleurs, car les rois à peau noire sont très-communs, et fort sales ; du moins je le présume, ajouta Rumty d’un air apologétique.
    – Moi aussi, répliqua le secrétaire. Vous vouliez dire à ce sujet… ?
    – Je voulais dire qu’en général ce roi a pour unique vêtement soit un chapeau venu de Londres, soit des bretelles de Manchester, une épaulette, un habit d’uniforme dont les manches lui servent de pantalon, ou quelque chose d’approchant.
    – Oui, dit Rokesmith.
    – Eh bien ! monsieur, poursuivit le Chérubin (ceci est une confidence), je vous assure qu’à l’époque où j’avais chez moi un grand nombre d’enfants qu’il me fallait pourvoir je pensais énormément à ce roi quelconque. Vous n’avez pas d’idée, vous qui êtes célibataire, de la difficulté que j’avais alors à posséder à la fois deux articles de toilette qui fussent en bon état.
    – Je le crois, monsieur.
    – Je n’en parle que pour montrer ce qu’il y a de délicat et d’affectueux dans cette attention de ma fille, reprit l’excellent homme, chez qui la joie débordait. Quand sa nouvelle existence l’aurait un peu gâtée, je n’en aurais pas été surpris ; mais

Lire des autres livres

Trahison
Dormir occupait une grande partie de mon temps, bien entendu, mais le sommeil ne me reposait guère : impossible de m’allonger de tout mon long. À mesure que le navire faisait voile vers le nord, le froid s’insinua dans ma cellule. Lorsqu’il repartit au sud, elle devint une étuve où mon corps mais au... Puis...
Rose-d'Amour
Quand chacun eut dit son mot et raconté son histoire, le père Bernard hocha la tête et dit à sa femme : « Rose-d’Amour ne sera pas notre fille. – C’est une dévergondée, dit la mère. On m’assurait encore ce matin qu’elle recevait trois ou quatre jeunes gen... Puis...
Des nouvelles de Mary
— Que penser de tout ça ? demanda Van Allsburg à l’assistance avant de se tourner vers moi. Vous êtes parmi nous celui qui possédez le plus d’expérience dans ce genre d’affaires. Selon vous, que peut-on en conclure ? Que manigance-t-elle au juste ? — Elle veut qu’on l’arrêt... Puis...
Ordinator-Labyrinthus
Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les Articles 425 et suivants du Code Pénal. © 1983, « Éditions Fleuve Noir », Paris. Reproduction et traduction, même partielles, interdites. Tous droits réservés pour tous pays,... Puis...
Les papillons du mal
La rue devant la maison de Kyle Lennox était encombrée d'automobiles luxueuses et luisantes - une Ferrari Testarossa jaune, une Lamborghini gris argenté, des Mercedes en pagaÔe. Bonnie n'en avait jamais vu autant dans une rue en même temps. Même depuis la rue elle entendait l'orchestre de samba joue... Puis...