L'Ami Commun - Tome I

Lire ebook L'Ami Commun - Tome I
Auteur: Charles Dickens
I – A LA DECOUVERTE
    I nutile de préciser la date ; mais de nos jours, vers la fin d’une soirée d’automne, un bateau fangeux et d’aspect équivoque flottait sur la Tamise entre le pont de Southwark, qui est en fonte, et le pont de Londres, qui est en pierre.
    Deux personnes étaient dans ce bateau : un homme vigoureux, à cheveux gris et en désordre, au teint bronzé par le soleil, et une jeune fille de dix-neuf à vingt ans qui lui ressemblait assez pour que l’on reconnût qu’il était son père.
    La jeune fille ramait, et maniait ses avirons avec une grande aisance. L’homme aux cheveux gris, les cordes lâches du gouvernail entre les mains, et les mains dans la ceinture, fouillait la rivière d’un œil avide. Il n’avait pas de filet, pas d’hameçons, pas de ligne ; ce ne pouvait pas être un pêcheur. Ce n’était pas non plus un batelier ; son bateau n’offrait ni inscription, ni peinture, ni siége où un passager pût s’asseoir ; nul autre objet qu’un rouleau de corde, plus une gaffe couverte de rouille ; et ce bateau n’était ni assez grand, ni assez solide pour servir au transport des marchandises.
    Rien dans cet homme, ni dans son entourage, ne laissait deviner ce qu’il cherchait ; mais il cherchait quelque chose, et du regard le plus attentif. Depuis une heure que la marée descendait, le moindre courant, la moindre ride qui se produisait sur sa large nappe, était guettée par l’homme, tandis que le bateau présentait au reflux soit la proue, soit la poupe, suivant la direction que lui imprimait la fille sur un signe de tête du père.
    La rameuse épiait le visage du guetteur non moins attentivement que celui-ci épiait l’eau du fleuve ; mais il y avait dans la fixité du regard de la jeune fille une nuance de crainte ou d’horreur. Ce bateau moussu, plus en rapport avec le fond de la Tamise qu’avec la surface de l’eau, en raison de la bourbe dont il était couvert, servait évidemment à son usage habituel ; et, non moins évidemment, ceux qu’il portait faisaient une chose qu’ils avaient souvent faite, et cherchaient ce qu’ils avaient souvent cherché.
    Sa barbe et ses cheveux incultes, sa tête nue, ses bras fauves, ses manches relevées au-dessus du coude, le mouchoir au nœud lâche qui pendait sur sa poitrine découverte ; ses vêtements, qu’on eût dit formés de la boue dont sa barque était souillée, donnaient à l’homme un air à demi sauvage ; mais la constance et la fermeté de son regard annonçaient une occupation familière. De même pour la jeune fille : la souplesse de ses mouvements, le jeu de ses poignets, peut-être plus encore l’effroi ou l’horreur qu’on lisait dans ses yeux, tout cela était affaire d’habitude.
    « Détourne le bateau, Lizzie ; le courant est fort à cette place. Tiens ferme devant la marée. »
    Se fiant à l’adresse de sa fille, il n’usa même pas du gouvernail, et se pencha vers le flot avec une attention qui

Lire des autres livres

Bourses de voyage
Le lendemain, le soleil, ce ponctuel factotum de l’univers, – a dit Charles Dickens, – se leva sur un horizon épuré par une jolie brise. L’Alert n’avait plus aucune terre en vue.Ainsi donc, Harry Markel s’était décidé à retarder l’exécution de ses criminels projets.À tout prendre, il lui avait été f... Puis...
Royal Assassin
His warships had been his dream. He had founded all his hopes on them. He had believed he could rid his own coast of Raiders, and be so successful at it that he could send forth raiders against the hostile Outisland coasts even during the worst of the winter storms. Despite early victories, the ship... Puis...
L’assassin de la Tour de Londres
– Le Spectre m’a échappé, avoua l’ex-inspecteur-chef. Mais vous tremblez, mon cher Marlow ! – Le froid, expliqua le superintendant en se levant. Je ne suis pas mécontent de quitter cet endroit. Higgins consulta son oignon. – Il n’est pas loin de dix-neuf heures. Allons faire le point dans ma chambre... Puis...
Je vous ai mené bride abattue à travers tous les événements de mon histoire et, désireux de vous plaire jusqu’à me gêner moi-même, je ne vous ai arrêté dans le récit, en vous disant : « Regardez ceci, considérez cela ! » qu’aux passages où votre curiosité devait être, à coup sûr,... Puis...
Le scandale Modigliani
Il retira les pinces autour de ses chevilles et secoua les jambes l’une après l’autre pour redonner un aspect présentable aux plis de son pantalon. Il vérifia sa tenue dans la vitre : son costume à rayures anthracite bon marché était chiffonné, mais sa chemise blanche, sa large cravate et son gilet... Puis...