L'Abîme

Lire ebook L'Abîme
Auteur: Charles Dickens
OUVERTURE.
    Q uel jour du mois et de l'année ? Le 13 Novembre 1835. Quelle heure ? Dix heures du soir sonnant à la grande horloge de St. Paul.
    En même temps toutes les églises de la ville ouvrent leurs gosiers de bronze et forcent leurs voix. Quelques-unes ont inconsidérément commencé de chanter avant la Cathédrale ; d'autres n'y vont pas si vite et sont en retard de quatre, de six coups sur la grosse cloche. Cependant toutes se suivent d'assez près pour laisser ensemble dans l'air une même résonance longue et plaintive. On dirait que le père ailé qui dévore ses enfants décrit une courbe retentissante, avec sa faux gigantesque, au-dessus de la Cité.
    Quelle est cette cloche plus sourde et plus triste que toutes les autres, plus proche aussi de notre oreille ?… Ce soir-là elle retarde si fort que ses vibrations persistent seules, longtemps après que tout autre son s'est éteint dans l'air. C'est la cloche de l'Hospice des Enfants Trouvés.
    Jadis les enfants y étaient reçus sans enquête. Un tour pratiqué dans la muraille s'ouvrait et se refermait discrètement. Il n'en est plus ainsi aujourd'hui. On prend des informations sur les pauvres petits hôtes, on les reçoit par faveur des mains de leurs mères. Ces malheureuses mères doivent renoncer à les revoir, à les réclamer même, et cela pour jamais ! Ce soir, la lune est dans son plein, la nuit est assez douce. La journée n'a pourtant pas été belle ; la boue épaissie par les larmes du brouillard recouvre les rues d'une couche noirâtre, et, certes, il faut, pour éviter l'atteinte pénétrante, que la dame voilée qui se promène de long en large soit bien et solidement chaussée.
    Elle marche évitant la place des fiacres ; on la voit s'arrêter de temps en temps dans l'ombre de la partie occidentale de ce grand mur quadrangulaire, le visage tourné vers une petite porte dérobée. Au-dessus de sa tête se déploie le ciel pur, éclairé par cette lune brillante, les souillures du pavé s'étendent sous ses pas, et son esprit est divisé entre des pensées bien différentes, les unes presque heureuses, les autres cruelles. Son cœur ne lui parle point le même langage que l'expérience impitoyable ; l'empreinte de ses pieds se succédant aux mêmes places dans cette boue noire a fini par y tracer comme un labyrinthe : ne serait-ce point là l'image de sa vie, des obstacles que le hasard a dressés devant elle, et du dédale inextricable où ses fautes l'ont engagée ?
    La porte dérobée s'ouvrit alors, et une jeune femme sortit de l'Hospice.
    La dame voilée se tint d'abord à l’ écart, observant de tous ses yeux. Ayant vu la porte se refermer elle se mit à suivre la jeune femme.
    Elles traversèrent ainsi deux rues en silence. La dame voilée, enfin, étendit la main vers celle qu'elle suivait et la toucha. La jaune femme s'arrêta, tout effrayée et se retourna.
    – Vous m'avez déjà touchée hier soir, – s'écria-t-elle, – et, lorsque j'ai

Lire des autres livres

(Shakespeare, Hamlet, Acte V, scène 1) Trois mois se sont écoulés et je reprends ces confidences. Je ne parviens pas à m’habituer à la mort ou à la disparition des malheureux que j’aimai : ils m’entourent, je me sens enveloppé de leur présence comme s’ils étaient encore en vie et plus près de m... Puis...
An Exception to His Rule
He wore jeans, a khaki bush shirt and desert boots, all visible since his feet were up on the desk. His dark hair was ruffled and there were blue shadows on his jaw. The windows were open and the roses in the garden below were in bloom. So was the star jasmine creeper clinging to the house. Beyond... Puis...
Le message
Marie respire à peine. Pour lui parler, il faut utiliser peu de mots : des mots simples, des mots essentiels, qui vont du cœur au cœur. Des mots qui se glissent, petit à petit, avec leurs consonnes, leurs voyelles, dans le corps et la pensée de Marie. Des mots qui deviendront la matière de ce... Puis...
LES CONTEMPLATIONS
– À Aug. V.   Et toi, son frère, sois le frère de mes fils. Cœur fier, qui du destin relèves les défis, Suis à côté de moi la voie inexorable. Que ta mère au front gris soit ma sœur vénérable ! Ton frère dort couché dans le sépulcre noir ; Nous, dans la nuit du sort, dans l&rsqu... Puis...
Les Seigneurs du Nord
Il était un peu plus petit que moi, de dix ans plus âgé, et deux fois plus large, avec une face aplatie comme un groin de sanglier, un nez réduit en bouillie, une barbe noire semée de gris, trois dents et pas de cou. C’était l’un des hommes les plus forts que je connus jamais. Il ne parlait guère. N... Puis...