L'abandon de la mésange

Lire ebook L'abandon de la mésange
L'abandon de la mésange
cinquantaine. Autant elle avait besoin du souffle de ses
absents pour respirer, autant elle ne pouvait vivre sans celui de ses filles.
    Le maître d’hôtel les avait installées à une
table dressée pour cinq personnes.
    – Croyez-vous que vos invités pourront se
joindre à vous malgré la tempête ?
    – Nous l’espérons.
    Élise avait répondu avec un sourire à faire
fondre les glaçons qui flottaient dans le pichet d’eau qu’un jeune serveur
s’était empressé de verser dans leurs verres. Elle le remercia d’un battement
de cils qui fit soupirer Micheline.
    – Maman, jure-moi que mes cils se
prendront jamais pour des ailes d’oiseau. Je veux pas avoir l’air d’une oie à
dix-huit ans, moi.
    Élise prit une petite gorgée tandis que
Blanche s’amusait du propos de sa cadette. On leur versa ensuite du champagne
et Élise insista pour qu’on serve aussi leurs invités, sous le regard torve du
sommelier.
    Blanche et Élise prirent chacune deux coupes
et, avec Micheline, portèrent un toast à cinq verres.
    – À tes cinquante ans, maman !
    – Et à tous nos fantômes ! renchérit
Micheline en ricanant.
    Élise fusilla sa sœur du regard lorsqu’elle
vit se brouiller celui de sa mère. Elle déposa son verre et baissa le front.
Blanche n’était plus avec elles. Sa mère n’avait pas retrouvé son sourire et
Élise avait laissé le sien lui échapper. Blanche n’avait réussi à éteindre que
quarante-huit de ses cinquante bougies et n’avait pas soufflé une seconde fois,
regardant plutôt la paraffine couler comme des larmes sur le glaçage avant de
se ressaisir. Élise vit dans cette maladresse un signe qui confirmait ses
pensées : sa mère aussi avait cessé de vivre depuis deux ans. Blanche
s’agita, fit un rictus qu’elle croyait rassurant et écrasa les deux dernières
mèches entre son pouce et son index. Le temps que le serveur coupe le gâteau,
elles avaient retrouvé leur bonne humeur.
    En sortant de l’hôtel, elles poussèrent toutes
les trois un cri d’étonnement amusé. La tempête avait pris de la force,
accumulant la neige au point de faire disparaître la bordure du trottoir. Le
portier, au paletot de plus en plus blanc, haussa les épaules en ouvrant les
bras d’impuissance.
    – Les taxis ont disparu. Soit qu’ils sont
coincés dans la neige quelque part, soit que leurs chauffeurs sont bien au
chaud dans leurs maisons.
    – Pourquoi est-ce qu’on couche pas à
l’hôtel ?
    – Parce que, ma pauvre petite sœur, on
s’appelle Lauzé, pas Rockefeller !
    Blanche se demandait si elles pourraient
rentrer à la maison à pied.
    – Et des autobus, il y en a ?
    – Oui… si on peut dire. Il y en a un qui
est passé il y a peut-être cinq minutes.
    – Venez, les filles. On peut se rendre à
Park Avenue.
    – Ça, c’est le fun !
    Élise saisit le bras de sa mère après que
toutes trois eurent enfoncé leur toque, monté le col de leur manteau et
recouvert leur nez de leur

Lire des autres livres

La Jeunesse d'un Mage
De splendides créatures, mon garçon… tant que tu les contemples sur une tapisserie, dans les sarabandes, ou à trois royaumes de distance… Astragarl Cornebois, mage d’Elembar, à un apprenti Année de la Défense.     Le soleil écrasait les hauts pâturages. En contrebas, niché dans une forêt,... Puis...
Ma tante Giron
À dix heures elles montaient, au pas traînant des bœufs, la petite côte de l’Oudon, et entraient à Segré. On y laissa la charrette, car la route était carrossable de Segré à Pouancé, et mademoiselle d’Houllins, huit jours d’avance, avait retenu, pour cette seconde partie du trajet, une berline et de... Puis...
LA JOURNÉE D'UN JOURNALISTE AMÉRICAIN EN 2890
Blasés sur les merveilles, ils restent froids devant celles que le progrès leur apporte chaque jour. Avec plus de justice, ils apprécieraient comme ils le méritent les raffinements de notre civilisation. En la comparant au passé ils se rendraient compte du chemin parcouru. Combien leur apparaîtraien... Puis...
Ce brave homme était sourd. A son appétit, il sentait que l’heure de la soupe avait sonné depuis longtemps, et, d’instant en instant, il jurait avec plus d’énergie contre sa femme qui ne lui apportait pas à manger. Ses moutons seuls l’empêchaient de courir jusqu’au village. Voici enfin à quoi il se... Puis...
Dead Town
From a distance of seventy feet, as he approached her, walking the middle of the street, she promised to be extraordinarily beautiful, and when he was still sixty feet from her, he knew that promise would be kept, perhaps more fully than he could imagine. Although it must be but a trick of lamplight... Puis...