L'abandon de la mésange

Lire ebook L'abandon de la mésange
L'abandon de la mésange
n’y avait
que lui pour se faire trébucher dans la mort.
    Elle courut en pleurant jusqu’à l’arbre qui
leur avait donné de l’ombre et l’étreignit, la joue collée contre l’écorce.
Wilson, sa chemise blanche tachée de rouge, vint vers elle et, indifférent aux
regards des autres voyageurs, la couvrit de tout son corps, resserrant son
étreinte derrière l’arbre et posant ses mains sur les siennes.
    – C’est fini.
    Elle sanglota, le front toujours collé à
l’arbre. De son bel index d’ébène, Wilson lui caressa le cou, juste sous le
lobe de l’oreille, et lui murmura de laisser sa peine s’accrocher aux branches.
    – Souffle, mademoiselle Élise, souffle ta
vie sur l’arbre et aspire la sienne.
    Elle ferma les yeux en hoquetant, en disant
que cet arbre était plus vivant que son père.

– 1 –
1958
     
     
    Le portier essuya avec un mouchoir à pastilles
rouges sa moustache figée par des glaçons, puis leur sourit de toutes ses dents
propres et droites. Il aida Blanche à s’extirper du taxi tandis qu’Élise se
glissait sur la banquette derrière elle et que Micheline, n’en faisant qu’à sa
tête, sortait du côté de la circulation de la rue Sherbrooke, sous les
invectives du chauffeur.
    – C’est ça, organise-toi pour qu’on
m’arrache une porte ! Des plans pour que je me les gèle !
    Le portier pressa le pas devant les trois
clientes pour ouvrir la porte du Ritz-Carlton. Blanche laissa passer son aînée
devant elle avant de s’engouffrer dans le hall tandis que Micheline échappait à
la tempête par les portes tournantes. Elles secouèrent les paillettes de neige
dont étaient saupoudrés leurs manteaux, qu’elles abandonnèrent au vestiaire.
    L’argenterie de la salle à manger brillait
sous l’éclairage des lustres. Élise et Micheline feignirent toutes deux d’être
de vieilles habituées, sous le regard amusé de leur mère qui connaissait bien
ces lieux pour les avoir fréquentés d’abord avec son amie Marie-Louise au début
des années trente, puis avec Clovis qui avait continué de l’y emmener pour ses
anniversaires. Ils y avaient toujours mangé en tête-à-tête, mais en réservant
invariablement une troisième place pour son amie disparue. Clovis, respectueux
de ce rituel, portait un toast à Blanche, après quoi leurs verres choquaient
celui qui se trouvait devant la place inoccupée de Marie-Louise et qu’ils
avaient rempli.
    Ce soir, les filles s’étaient fait un point
d’honneur d’y souligner son anniversaire en l’invitant à y manger le dessert.
    – Quand Élise sera mariée à un homme
riche, on t’invitera à manger tout un repas.
    – Voyons, Micheline, on parle pas de ça.
    – C’est une très bonne idée de venir ici
manger le gâteau.
    – Même si on t’a fait payer le
taxi ?
    – Micheline !
    Veuve depuis deux ans, Blanche avait accepté
l’invitation même si elle avait secrètement souhaité franchir seule avec ses
fantômes le cap de la

Lire des autres livres

Faux frère
Ils parvinrent enfin au vaste champ de foire de Smithfield. La foule, encore dense, s’agglutinait autour du marché aux chevaux. Des gens fortunés, surtout, se montraient avides d’acquérir aux enchères des juments arabes. De jeunes damoiseaux en pourpoints épais, outrageusement rembourrés aux épaules... Puis...
We Are All Welcome Here
But this time, with Pat Raming and Marianne Raming Burke, you took a real-life experience and made it your own. What was different this time? What about their story spoke to you? Elizabeth Berg: It wasn’t the story that spoke to me, at least at first. Rather it was a photograph Marianne sent to me o... Puis...
La mémoire fantôme
L’homme pénétra sans difficulté dans le couloir de cette maison divisée en quatre appartements, au fond d’une étroite impasse d’où l’on ne distinguait même pas la couleur du ciel. Après vérification de son identité, les deux flics dans leur véhicule, le long de la rue Léonard Danel, l’avaient tout n... Puis...
La Dame en noir - Tome II
À cette occasion, sur le conseil de son amie, Mme Clavière avait pris une jeune bonne appelée Louise, que Me Mabillon lui avait trouvée et qui, ayant les meilleures recommandations, paraissait réunir toutes les qualités désirables. Elle s’était vite attachée à l’enfant, ce qui lui avait valu aussitô... Puis...
Les seigneurs du crime: les nouvelles mafias contre la démocratie
ª FIODOR DOSTOIEVSKI. Jean Ziegler, 1998 Ce livre est dédié à la mémoire de: Luiz Carlos Perreira, mon filleul, assassiné le mardi 14 mai 1991, à l'‚ge de 21 ans, au carrefour des rues Santa Rodriguez et Mzifa Lacerda (Moro de Santa Tereza) par un tueur des escadrons de la mort de la police militair... Puis...