La Terre de Tom Tiddler

Lire ebook La Terre de Tom Tiddler
Auteur: Charles Dickens
Chapitre 1 Suie et cendres
    E t pourquoi appelle-t-on cela la Terre de Tom Tiddler ? demanda le voyageur.
    – Parce qu’il jette des sous aux mendiants et aux vagabonds qui, naturellement, les ramassent, répondit l’aubergiste. Et comme il fait cette aumône sur sa propre terre qui était, vous le remarquerez, avant d’être à lui, celle de sa famille, vous n’avez qu’à considérer les sous comme de l’or ou de l’argent et à changer le nom de la propriété en celui du propriétaire et vous saurez sur le bout de vos doigts le nom de la plaisanterie des enfants, et cela est juste aussi, dit l’aubergiste, avec son habitude favorite de regarder dans l’espace à travers la table et la croisée, par-dessous la jalousie à moitié tirée. Du moins, cela était considéré ainsi par plusieurs des gentlemen qui ont pris des tasses de thé dans cette humble salle.
    Le voyageur en ce moment prenait le thé avec l’aubergiste qui tirait directement à boulet rouge sur lui.
    – Et vous l’appelez l’ermite ? dit le voyageur.
    – C’est ainsi qu’on l’appelle, reprit l’hôte, évitant de prendre aucune responsabilité personnelle, et on le considère généralement comme tel.
    – Qu’est-ce qu’un ermite ? demanda le voyageur.
    – Ce que c’est, répéta l’hôte, en se passant la main sous le menton.
    – Oui, qu’est-ce que c’est.
    L’hôte se baissa de nouveau pour voir d’une vue plus étendue dans l’espace, par-dessous la jalousie, et, avec l’air embarrassé d’un homme peu accoutumé à une définition, il ne fit point de réponse.
    – Je vais vous dire mon idée à ce sujet, répliqua le voyageur : « C’est une abominable et sale chose. »
    – M. Mopes est sale, on ne saurait le nier, dit l’hôte.
    – Et d’une suffisance insupportable.
    – M. Mopes est, dit-on, infatué de la vie qu’il mène, reprit l’hôte, comme faisant une autre confession.
    – Un stupide et affreux renversement des lois de la nature humaine, riposta le voyageur, et par égard pour ceux qui travaillent à l’œuvre de Dieu d’une manière utile, tout à la fois morale et physique, je mettrais la chose sous la roue d’un moulin, si je le pouvais, et partout où je la trouverais, soit sur une colonne, soit dans un trou, ou sur la Terre de Tom Tiddler, soit dans les Etats du Pape, sur la terre d’un fakir hindou ou sur n’importe quelle terre.
    – Je ne saurais mettre M. Mopes sous la roue d’un moulin, dit l’hôte en secouant la tête très sérieusement, mais il n’y a point de doute qu’il ne possède de riches propriétés.
    – A quelle distance peut être la terre de Tom Tiddler ? demanda le voyageur.
    – On la met à cinq milles, répondit l’hôte.
    – Bien, quand j’aurai déjeuné, je m’y rendrai. Je suis venu ici ce matin pour le trouver et le voir.
    – Il y en a beaucoup qui font ainsi, observa l’hôte.
    La conversation se passait au cœur de l’été d’une année de

Lire des autres livres

Mortimer
— Non ? Je peux t’y ramener et t’y laisser. À mon avis, il te reste pas beaucoup de temps, hein ? HEIN ? — Parle pas comme ça, fit Albert qui avait du mal à supporter son regard. On dirait le maître quand tu parles comme ça. — Je pourrais être bien pire que le maître, dit Morty d’un ton égal. Ysabel... Puis...
La guerre de l'opium
- sur la sacristie des pères jésuites de Shanghai. Elle avait été placée là par le père Giuseppe Giardini, le supérieur de la province de Chine. Ce jésuite natif de Padoue en avait fait venir deux exemplaires à grands frais, celui-ci et un autre, qui se trouvait à Macao dans une chapelle de l’... Puis...
La Loi des mâles
CHAT PERCHÉ Quitter à grand fracas une assemblée politique, pour marquer un désaccord, n’empêcha jamais le protestataire de dîner ensuite à la même table que ses adversaires. En dépit de son éclat du matin, le duc de Bourgogne, dûment prié, accepta de paraître au banquet de famille que le comte de P... Puis...
La Longue Guerre
Debout à côté de Maggie sur le pont d’observation, Joe Mackenzie observait leur nouvelle destination. Vue du ciel, elle dégageait une impression d’aisance : une mairie, des champs bien entretenus et, bien sûr, une grande église. « La Nouvelle-Pureté, hein ? lâcha-t-il. Rappelez-moi le... Puis...
Les Fabliaux du Moyen Âge
Tyl gagna Brême ; il y trouva un seigneur qu’il avait connu dans ses voyages et qui voulut le retenir auprès de lui, dans l’espoir de tirer quelque divertissement de ses plaisanteries. Mais le farceur faisait le sérieux. Il y avait trois jours qu’on s’étonnait de sa tranquillité ; tout son plaisir p... Puis...