La Terre de Tom Tiddler

Lire ebook La Terre de Tom Tiddler
Auteur: Charles Dickens

La Terre de Tom Tiddler
fenêtre
fermée par des barreaux. Comme il y avait sous cette fenêtre des
traces de pas encore tout récents, et comme elle était basse et non
vitrée, le voyageur put regarder à l’intérieur. Il s’assura ainsi
qu’il avait devant lui un ermite réellement vivant, et put juger
comment un ermite peut pourtant paraître réellement mort.
    Il était couché sur un amas de suie et de
cendres, par terre, en face d’une sale cheminée.
    Il n’y avait rien autre dans cette noire
petite cuisine, ou cave, ou quel que pût être l’usage primitif de
cet antre, qu’une table recouverte d’un tas de vieilles bouteilles.
Un rat, qui remuait parmi ces bouteilles, sauta à terre, passa, en
allant à son trou, sur l’ermite réellement vivant ; sans cela
l’homme dans son propre trou n’eût pas été aussi facile à
distinguer. Chatouillé à la figure par la queue du rat, le
propriétaire du domaine de Tom Tiddler ouvrit les yeux, vit le
voyageur, et s’élança à la fenêtre.
    – Bon ! pensa le voyageur, en se
reculant des barreaux d’un pas ou deux. Un gibier de potence, un
échappé de Bedlam, un prisonnier pour délits de la pire espèce, un
ramoneur, un mendiant, un véritable sauvage, c’est une ancienne
famille bien délicate que la famille de l’ermite. Ha !
    Telles étaient les pensées du voyageur quand
tout à coup il se trouva en face de cet objet tout couvert de suie
et enveloppé dans une couverture (à la vérité il ne portait pas
autre chose), qui avait les cheveux affreusement mêlés et les yeux
fixes. Ajoutez à cela que ses yeux, comme le remarqua le voyageur,
le suivaient avec une curiosité bien marquée, pour voir l’effet
qu’ils produisaient : « Vanité, vanité, vanité ! En
vérité tout est vanité ! »
    – Quel est votre nom, monsieur, et d’où
venez-vous ? demanda M. Mopes, l’ermite, avec un air
d’autorité, mais dans le langage ordinaire d’un homme qui a été à
l’école.
    Le voyageur répondit à ses questions.
    – Êtes-vous venu ici pour me voir,
monsieur ?
    – Oui. J’ai entendu parler de vous et je
suis venu pour vous voir. – Je sais que vous aimez à être vu.
    Le voyageur appuya avec sang-froid sur ces
derniers mots, comme s’il eût voulu prévenir un sentiment de colère
ou une objection qu’il voyait poindre à travers la graisse et la
saleté de la figure de l’ermite. Ces paroles produisirent leur
effet.
    – Ainsi, dit l’ermite après un moment de
silence en lâchant les barreaux qu’il avait préalablement tenus, et
en s’asseyant sur le bord de la fenêtre, les jambes et les pieds
nus, ainsi vous savez que j’aime à être vu ?
    Le voyageur chercha des yeux quelque chose
pour s’asseoir, et apercevant une bûche de bois dans un coin, il
l’apporta près de la fenêtre et d’un air déterminé s’asseyant
dessus, il répondit :
    – Oui, justement.
    Ils se regardaient l’un l’autre et
paraissaient se donner de la peine pour se

Lire des autres livres

120, Rue de la Gare
Gérard Lafalaise bénéficiait d’un permis de circulation automobile. C’était une veine, par cette nuit de pérégrinations. — Allons chez ce fameux Paul, dis-je. J’ai fait erreur en croyant que votre secrétaire était l’âme du complot. Je ne regrette que plus vivement de ne pouvoir ressusciter mon agres... Puis...
Constantin le Grand
par Max Gallo
Je chevauchais près de Constantin et nous approchions de Milan. Là nous attendait l’empereur Licinius, venu de Nicomédie, avec qui Constantin voulait conclure un pacte d’alliance afin de combattre l’empereur d’Orient – ou qui se prétendait tel –, Maximin Daia. Constantin ne m’avait pas consulté, mai... Puis...
A Game of Thrones
He was still ahorse, dreaming of a long hot soak, a roast fowl, and a featherbed, when the king’s steward told him that Grand Maester Pycelle had convened an urgent meeting of the small council. The honor of the Hand’s presence was requested as soon as it was convenient. “It will be convenient on th... Puis...
Je suis allé promener mes peines et mes remords tardifs dans la campagne, cherchant dans la marche et dans la fatigue l'engourdissement de la pensée, la certitude peut-être pour la nuit suivante d'un sommeil moins funeste. Avec cette idée que je m'étais faite du rêve comme ouvrant à l'homme une comm... Puis...
la question humaine
Cette entreprise, d’origine allemande, détenait une importante filiale dans une ville houillère du nord-est de la France. J’y avais qualité de psychologue, affecté au département dit des ressources humaines. Mon travail était de deux ordres : sélection du personnel et animation de séminaires destiné... Puis...