La rose de Raby

Lire ebook La rose de Raby
Auteur: C.L. Grace

La rose de Raby
PROLOGUE
    « Ô péché maudit de toutes les malédictions ! Ô traîtres homicides ! Ô
    iniquité ! »
    Chaucer, « Le conte du Pardonneur »,
    Les Contes de Cantorbéry
    La Mort était venue pour Roger Atworth, l'ancien soldat maintenant membre de la confrérie de l'ordre du Sac, à Cantorbéry,
    — Ô Jésus, miserere ! murmura le vieil homme.
    Il fixait la lumière qui passait sous la porte étroite. La Mort s'était glissée comme un assassin, se hâtant à pas feutrés le long d'une galerie, rapide à frapper depuis les ténèbres d'une ruelle. La Mort avait armé son piège.
    Atworth en savait long sur la souffrance : les douleurs qui traversaient sa poitrine et descendaient le long de son flanc gauche étaient comme un tocsin l'avertissant qu'il ne lui restait que peu de temps à vivre. Atworth voulut remuer, mais ses jambes, ses mains et ses bras étaient comme coulés dans une chape de plomb. Son esprit divaguait. Quel jour était-on ? Il avait perdu tout sens du temps. Les bons frères se préparaient à célébrer la fête de l'Annonciation, se rappela-t-il, qui avait lieu neuf mois avant Noël. Atworth eut une toux profonde et lécha les mucosités qui se formaient aux coins de sa bouche. Il ne verrait plus un autre Noël. Il ne s'agenouillerait plus en adoration devant la crèche, n'aiderait plus à la décorer avec du houx et du lierre, se demandant comme toujours si les baies rouge vif symbolisaient le sang du Christ. Atworth voulut se concentrer. Il s'y connaissait assez en sciences médicales pour identifier les symptômes de son mal. N'était-ce pas ainsi que frère Simon, l'infirmier, les décrivait? Son corps tout entier était dévasté par la souffrance. Il avait la gorge sèche, n'avait même pas pu manger les maigres restes que lui avait apportés la mystérieuse silhouette encapuchonnée.

    — Qui était-ce? murmura Atworth dans les ténèbres.
    Mais aussi, quelle importance? Il allait mourir et, comme tout bon soldat, il y était préparé. Il tenta de se rappeler les mots du psaume de la mort, le De profundis. Quel était-il, déjà? Le psaume 130?
    Du fond de l'abîme j'ai crié vers vous, Seigneur : Seigneur, écoutez ma voix!
    Que vos oreilles se rendent attentives au cri de ma
    [prière.
    Si vous tenez un compte exact des iniquités,
    [Seigneur...
    Atworth toussa. Il tenta de relever la tête, mais l'effort était trop difficile. Il fixa l'obscurité grandissante. Coupable! Oh, comme il se sentait coupable!
    Impossible d'arrêter les cauchemars qui déversaient leur noirceur, comme des eaux fétides, aigrissant son âme. C'était des cauchemars du temps de sa jeunesse, quand il combattait au nord de la France dans les troupes mercenaires, sous une bannière rouge et or. Un temps de pillages et de rapines : on incendiait des villages entiers ! Des hommes, des femmes et des enfants étaient fauchés comme des lis dans les prés.
    Roger Atworth secoua la tête. Il se rappelait une jeune femme qu'il avait

Lire des autres livres

La Cinquième Femme
Pour Wallander, le contenu se réduisait à une série de fils électriques, de fiches de connexion et de petites boîtes noires dont il ne pouvait déterminer l’usage. Pour Martinsson au contraire, il ne semblait y avoir aucun doute sur ce que Gösta Runfeldt avait commandé et que la police avait, jusqu’à... Puis...
L'Accroc
Publié avec l'accord de Warner Books, Inc., New York © Editions Albin Michel, 1995, pour la traduction française. Pour Marilyn, Warren et Sharon, David, Patty et Jerry. Avec toute mon affection. Accroc : écueil ou obstacle de toutes sortes. Allez de l'avant ! Au galop si besoin est, au pas s'il le... Puis...
Il n’existe pas deux semblables points de vue dans la capitale des idées. On se trouve comme à la poupe de ce vaisseau devenu gigantesque. On y rêve Paris depuis les Romains jusqu’aux Francs, depuis les Normands jusqu’aux Bourguignons, le Moyen-Âge, les Valois, Henri IV et Louis XIV, Napoléon et Lou... Puis...
Tu montreras ma tête au peuple
Vous n’étiez pas né en 93. Vous n’avez connu ni la Révolution ni la guerre. Ni Robespierre ni Napoléon. Peut-être même n’avez-vous jamais vu mourir un homme, ou tout au moins l’avez-vous vu mourir de sa belle mort, dans son lit, entouré des siens – encore qu’accoler l’adjectif « belle » au mot « mor... Puis...
Les 120 journées de Sodome
La fin de ce règne, si sublime d'ailleurs, est peut-être une des époques de l'empire français o˘ l'on vit le plus de ces fortunes obscures qui n'éclatent que par un luxe et des débauches aussi sourdes qu'elles. C'était vers la fin de ce règne et peu avant que le Régent e˚t essayé, par ce fameux trib... Puis...