La Lame Du Boucher

Lire ebook La Lame Du Boucher
La Lame Du Boucher
Sullivan. (Un grand sourire éclaira de nouveau le visage
de l’étudiante.) On est un peu à l’étroit, non ?
    — Désolée, mais je ne pars pas avec toi.
On se connaît même pas !
    — Je comprends. Jamais je ne me suis dit
que tu partirais avec moi. Ça ne m’a même pas traversé l’esprit.
    — Je te crois. Tu as suffisamment de
savoir-vivre.
    Il l’embrassa une nouvelle fois, plus
intensément. Il n’était pas homme à abandonner facilement, ce qui plaisait bien
à Marianne. De toute manière, elle n’irait nulle part avec lui. Ce n’était pas
son genre. Enfin, elle ne l’avait encore jamais fait…
    — Tu embrasses bien, lui dit-elle. Il
faut le reconnaître.
    — Tu ne te débrouilles pas mal non plus.
Tu embrasses même très, très bien. (Et il ajouta, en plaisantant :) C’était
le meilleur baiser de ma vie.
    Sullivan poussa une porte de l’épaule et,
manquant de trébucher, ils se retrouvèrent dans les toilettes hommes. Jimmy
Hats se mit aussitôt en faction devant la porte. Couvrir le Boucher, c’était
son job.
    — Ah, non ! Ah, non !
    Tout en protestant mollement, Marianne riait.
Les toilettes hommes ? C’était vraiment n’importe quoi. Des conneries d’étudiants,
quoi…
    — Tu crois que tu peux tout te permettre,
hein ? dit-elle.
    — La réponse est oui. À vrai dire, je
fais presque toujours ce que j’ai envie de faire, Marianne.
    Et soudain, un scalpel se matérialisa dans la
main de Sullivan, un scalpel étincelant dont la lame s’arrêta à quelques
centimètres de sa gorge. Tout venait de basculer en une fraction de seconde.
    — Tu as raison, on se connaît même pas.
Ne dis pas un mot, Marianne, ou ce sera le dernier. Je le jure sur la tête de
ma mère.

6.
    — Il y a encore du sang sur ce scalpel,
dit-il dans un souffle rauque destiné à terroriser encore davantage sa victime.
Tu le vois ?
    Il posa la main sur son entrejambe.
    — Ça, ça ne fait pas trop mal.
    Puis brandit le scalpel sous ses yeux.
    — Mais ça, ça fait très, très mal. De
quoi rendre ton joli petit visage méconnaissable jusqu’à la fin de tes jours.
Je ne plaisante pas, belle étudiante.
    Il ouvrit la braguette de son jean et pressa
le scalpel contre la gorge de Marianne, sans aller plus loin. Il souleva la
jupe de la jeune fille, écarta son slip bleu.
    — Je n’ai pas envie de te couper, tu vois ?
    — Je ne sais pas, balbutia-t-elle.
    — Je te donne ma parole, Marianne.
    Et il la pénétra doucement, en essayant de ne
pas lui faire mal. Il savait qu’il n’avait pas intérêt à traîner ici, mais ne
voulait pas renoncer aux délices de son intimité. Elle était bien serrée, c’était
un vrai régal. Je m’en fiche, je ne reverrai jamais Marianne, Marianne.
    La fille eut l’intelligence de ne pas hurler
et de ne pas se débattre. Lorsqu’il eut terminé, il lui montra quelques photos
qu’il avait toujours sur lui. Histoire de bien lui faire comprendre la
situation.
    — Ces

Lire des autres livres

L'Aigle De Sang
Le Nouveau Testa- ment... Une lecture que je vous recommande... qui sait ? Peut-être les Saintes …critures auraient-elles le pouvoir de faire de vous un homme meilleur... - Je me sens très bien tel que je suis ! De quoi parlait-il ? ª Alison ferma les yeux, essayant de rassembler ses souvenirs... ´... Puis...
Des hommes illustres
Cependant c’est bien la preuve, cette pellicule de protection, que la voiture est neuve et non d’occasion – ce qui a souvent un côté plat réchauffé, vêtements déjà portés –, fraîche sortie de l’usine, encore à demi enveloppée dans son papier-cadeau bleu translucide. Après la débâcle de la Dyna rentr... Puis...
Queen Hereafter
—BISHOP TURGOT, Life of Saint Margaret, TWELFTH CENTURY, QUOTING QUEEN MARGARET The cliff-sided hill on which the citadel stood overlooked the sea in one direction, hills to the other. Dun Edin itself, a stone and timber fortress, was sometimes called by its older name, Castellum Puellarum or the Ca... Puis...
La Vengeance De La Pelouse
Il portait des pantoufles en tapisserie tout le temps, et ne parlait plus. Il fumait le cigare et écoutait de temps en temps les disques de Burl Ives. Il vivait avec un de ses fils, qui était déjà lui-même d’un certain âge et qui commençait à se plaindre de vieillir. — Bon Dieu, y a pas à dire, je n... Puis...
Auum, Miirt et Ghaal traversaient à toute vitesse les zones populaires de la périphérie, ignorant les cris des gardes et des patrouilles, sachant que dans les étroits méandres et les ruelles déshéritées, on ne pourrait pas grand-chose pour les arrêter. Au début, la population de Xetesk s’était mass... Puis...