La griffe du sud

Lire ebook La griffe du sud
La griffe du sud
 
1
    LE DERNIER
LUNDI matin
du mois de mars débuta sous de bons auspices dans la ville historique de
Richmond, en Virginie, où les noms des familles les plus en vue n’avaient pas
changé depuis cette guerre que personne n’avait oubliée. La circulation était
fluide dans les rues du centre, et sur Internet. Les dealers dormaient, les
prostituées étaient fatiguées, les chauffards ivres avaient dessoûlé, les
pédophiles retournaient à leur travail, les alarmes anti cambriolage s’étaient
tues, les disputes conjugales s’étaient interrompues. À la morgue, c’était le
calme plat.
    Bâtie sur
six ou sept collines – les avis sont partagés sur la question –, la
ville de Richmond est un grand centre urbain animé d’une inlassable fierté,
dont l’origine remonte à l’année 1607, lorsqu’un petit groupe d’explorateurs
anglais partis chercher fortune s’égara et revendiqua la possession de la
région en y plantant une croix au nom du roi James. L’inévitable colonie,
installée au point de chute de la James River et baptisée « Les
Chutes », fort à propos, dut endurer les maux prévisibles de tous les
comptoirs commerciaux et des places fortes : le sentiment antibritannique,
la révolution, les terribles épreuves, les flagellations, le supplice du scalp,
les traités inappliqués et les gens qui mouraient jeunes.
    Les
Indiens de la région découvrirent, quant à eux, l’eau de feu et la gueule de
bois ; ils échangèrent des herbes, des minéraux et des fourrures contre
des hachettes, des munitions, du tissu, des bouilloires, et encore de l’eau de
feu. Des bateaux apportèrent des esclaves d’Afrique. Thomas Jefferson fit construire
sa maison de Monticello, le Capitole et le pénitencier. Il fonda l’université
de Virginie, rédigea la Déclaration d’indépendance, et fut accusé d’avoir
engendré des enfants mulâtres. On construisit des voies de chemin de fer.
L’industrie du tabac prospéra sans que personne ne lui intente de procès.
    Dans
l’ensemble, la vie dans cette ville respectable poursuivit son petit bonhomme
de chemin de manière plutôt agréable jusqu’en 1861, quand la Virginie décida de
se séparer de l’Union sans que l’Union soit d’accord. La guerre de Sécession ne
se passa pas très bien pour Richmond. Par la suite, l’ancienne capitale de la
Confédération tenta de se débrouiller au mieux sans esclaves ni argent sale.
Restée farouchement fidèle à sa cause perdue, elle continua de brandir son
étendard, la Croix du Sud, tandis que sa population pénétrait d’un pas décidé
dans le siècle suivant et survivait à d’autres guerres, tout aussi terribles,
mais qui n’étaient pas leur problème, car elles se déroulaient ailleurs.
    À la fin
du XIX e siècle, la situation n’était guère brillante dans la
capitale. Le nombre d’homicides s’était hissé à la deuxième place du classement
national. Le tourisme en pâtissait. Les enfants allaient à

Lire des autres livres

Le Sang de la Déchirure
Impatiente de gagner le sanctuaire – pour annoncer à Anna qu’elle avait quasiment rempli sa mission, rien de moins ! – elle s’arrêta quand même, parce qu’elle n’avait pas vu le jeune soldat depuis des semaines. — Kevin, c’est bien toi ? — Oui, Dame Abbesse, répondit Andellmere en inclina la tête. — ... Puis...
Tyburn: The Story of London's Gallows
It was very likely that the site had been in use for a while, having been established some time after the Norman Conquest. It has been suggested that it was under Henry I (c. 1068/9–1135) that the gallows were instituted here, Henry having established law ‘by which, if any one was taken in theft or... Puis...
La Princesse Rebelle
L’Epée dorée     À bout de souffle et en proie à d’atroces douleurs aux épaules et dans le dos, Jasson courait sur la route de terre qui séparait sa ferme du Château d’Émeraude. Il avait vu se former au-dessus de la forteresse un étrange nuage indigo que zébraient de fulgurants éclairs. Il devina qu... Puis...
Du temps qu'on existait
par Defalvard
Je ne devais plus jamais revoir Sacierges. La fin de mon adolescence, je l’ai passée à Paris. Paris. L’automne 77. L’hiver 78. Le printemps 78. L’été 78.   C’était un soir, autour de la fin septembre 1978 ; je regardais, depuis le balcon de mon appartement, accoudé sur la rambarde noire et décrépite... Puis...
LE PETIT PRINCE
Et les routes vont toutes chez les hommes. – Bonjour, dit-il. C’était un jardin fleuri de roses. – Bonjour, dirent les roses. Le petit prince les regarda. Elles ressemblaient toutes à sa fleur. – Qui êtes-vous ? leur demanda-t-il, stupéfait. – N... Puis...