La combe du Nocher

Lire ebook La combe du Nocher
Auteur: Sedley,Kate

La combe du Nocher
CHAPITRE PREMIER
    L’été avait été bon, avec d’assez longues périodes agréables
entre les journées plus nuageuses et plus froides de pluie et de vent. Avec mon
balluchon, j’avais suivi la côte sud de l’Angleterre aussi loin que la cité de
Chichester avant de m’en retourner vers chez moi. J’avais d’abord gagné
Winchester, après quoi j’avais traversé le vaste pays inculte au nord d’Old
Sarum, où j’avais reçu un accueil chaleureux dans les hameaux et villages
isolés qui bordent ces grandes étendues désolées. Je n’étais plus qu’à deux
jours de route de Bristol que déjà je pouvais me remémorer avec un plaisir
grandissant les souvenirs de ces derniers mois : les nuits chaudes où je
dormais sous les étoiles, sauf quand je partageais avec des compagnons de
voyage l’obscurité feutrée d’une grange où nous échangions nos idées sur tous
les sujets possibles, tandis que dans le foin odorant autour de nous
s’affairaient d’intrépides petits animaux nocturnes ; le pépiement joyeux
des oiseaux à l’aube, et la brume pâle montant à hauteur des genoux au-dessus
des prairies, que transperçaient les hachures d’or des premiers rayons du
soleil ; les ombres du soir projetées sur les murs des chaumières et le
miroitement gris nacré des cascades et des cours d’eau.
    J’avais vu et admiré l’énorme géant de Cerne Abbas, gravé
dans le flanc d’une colline du Dorset par nos ancêtres celtes voilà plusieurs milliers
d’années, et, dans la plaine de Salisbury, le cercle de monolithes des premiers
âges m’avait émerveillé. Plus récemment, par pur plaisir, j’avais aidé aux
moissons, et partagé avec les travailleurs leur collation de pain et de
fromage, d’oignons et de bière d’orge, sous l’œil vigilant du seigneur des
moissons veillant à ce que nous n’outrepassions pas le temps qui nous était
imparti pour nous restaurer et faire la sieste au soleil de la mi-journée.
J’avais traversé les dunes au-delà d’Edington, où Alfred, le plus grand de nos
rois saxons, avait mis en déroute, quelque six cents ans plus tôt, l’armée de
Guthrum, sauvant à jamais le Wessex de l’occupation danoise, puis j’avais
descendu ce que l’on appelle encore la « butte sanglante », pour
passer la nuit au prieuré augustinien niché dans son flanc.
    Et maintenant, alors que s’achevait une journée de plus
passée à flâner de village en village, à l’heure où, dans le silence, la
lumière déclinante hésite entre le crépuscule et la pleine obscurité, j’approchais
du château de Farleigh Hungerford, et voyais qu’il était tout illuminé par des
torches projetant leurs flammes haut sur ses murs de pierre grise.
    J’en fus étonné, car j’étais passé par là à bien des
reprises, le château ne se trouvant qu’à quelques milles de Bath, sur les
contreforts méridionaux qui bordent cette ancienne place forte, et chaque fois
il n’était occupé que par les

Lire des autres livres

A Dance with Dragons: A Song of Ice and Fire: Book Five
Winterfell had been awake for hours, its battlements and towers crammed with men in wool and mail and leather awaiting an attack that never came. By the time the sky began to lighten the sound of drums had faded away, though warhorns were heard thrice more, each time a little closer. And still the s... Puis...
Strauss, le propriétaire des plus importantes usines d’appareils électriques et téléphoniques des Etats-Unis, était un grand vieillard de mine hautaine, de mœurs sévères, dont la prestance majestueuse commandait le respect. Fils d’un planteur assassiné pendant la guerre de Sécession, entre les Etat... Puis...
Aux armes, citoyens !
par Max Gallo
20" } @font-face { font-family: "Niagara Engraved" } @font-face { font-family: "Niagara Solid" } @font-face { font-family: "Old English Text MT" } @font-face { font-family: Onyx } @font-face { font-family: Parchment } @font-face { font-family: Playbill } @font-face { font-family: "Poor Richard" } @f... Puis...
L’ÎLE AUX TRENTE CERCUEILS
Rappelons les faits en quelques lignes : Au mois de juin 1902, M. Antoine d’Hergemont, dont on apprécie les études sur les monuments mégalithiques de la Bretagne, se promenait au Bois avec sa fille Véronique, lorsqu’il fut assailli par quatre individus et frappé au visage d’un coup de canne qui l’ab... Puis...
Le soleil d'Austerlitz
Il se laisse aller. Son corps suit durant quelques minutes les mouvements de la berline. Il froisse la lettre que lui a donnée Méneval, assis en face de lui. Il croise son regard et aussitôt le secrétaire baisse les yeux. Napoléon regarde par la fenêtre. La voiture traverse un paysage vallonné que r... Puis...