La barriere Santaroga

Lire ebook La barriere Santaroga
Auteur: Herbert,Frank

La barriere Santaroga
grise et aux yeux injectés de sang. Il s’appelait Barstow ; une
vieille famille californienne.
    L’opinion de Barstow : « Santaroga est l’ultime
bastion de l’individualisme américain. Ce sont des Yankees, des Hommes de l’Est
installés en Californie. Rien de bien mystérieux là-dedans. Ils ne quémandent
pas de faveurs spéciales et ne me rebattent pas les oreilles de questions
stupides. J’aimerais bien que tous mes administrés soient aussi francs et
honnêtes. »
    L’opinion d’un seul homme, songea Dasein.
    Une opinion isolée.
    Dasein était maintenant dans la vallée proprement dite. La
route à deux voies s’étirait sur le plat, entre des arbres gigantesques :
c’était l’Avenue des Géants, tracée parmi des rangées de Séquoia Gigantea.
    On discernait des maisons derrière les arbres. D’après les
rapports, certaines dataient de la Ruée vers l’Or. Avec leur avant-toit
chantourné de volutes gothiques. Certaines avaient deux étages et la lumière
découpait en jaune leurs fenêtres.
    Dasein prit conscience d’une absence, d’un fait négatif en
observant les maisons : aucun clignotement de téléviseur, aucun salon
cathodique, pas un mur baigné dans le gris-bleu laiteux de l’omniprésent tube.
    La route formait un embranchement devant lui. Une flèche
indiquait sur la gauche « centre ville », deux autres indiquaient,
vers la droite « La Maison de Santaroga » et « Coopérative
Fromagère de Jaspé ».
    Dasein prit à droite.
    La route passait sous une arche : « Santaroga, la
Cité du Fromage. » Un taillis de chênes s’était substitué aux séquoias. La
Coopérative surgit, blanc-grisâtre, pleine de lumière et de mouvement, derrière
une clôture grillagée sur la droite. De l’autre côté de la route, à gauche, se
dressait le premier objectif de Dasein, le long bâtiment à deux étages de l’auberge,
construite dans le style tourmenté 1900, avec un porche sur toute sa largeur.
Des alignements de fenêtres à petits carreaux (la plupart étaient obscures)
donnaient sur une aire de stationnement. À l’entrée, un panonceau annonçait :
« Maison de Santaroga – Musée de la Ruée vers l’Or – Ouvert de 9 h
à 17 h. »
    La plupart des véhicules garés en bataille contre la bordure
de pierre parallèle au porche étaient des modèles anciens en excellent état.
Quelques voitures flambant neuves s’alignaient sur une seconde rangée, comme
mises à l’écart.
    Dasein se gara près d’une Chevrolet 1939 dont la carrosserie
avait le brillant lustré de la laque. Par les vitres, on pouvait voir les
sièges garnis de cuir véritable brun-rouge.
    Un joujou d’homme riche, songea Dasein.
    Sa mallette à la main, il se dirigea vers l’auberge. L’air
embaumait de l’odeur du gazon fraîchement coupé ; on entendait le bruit de
l’eau : Gilbert revit son enfance, le jardin de sa tante traversé d’un
ruisseau. Un immense sentiment de nostalgie l’envahit.
    Puis

Lire des autres livres

Le Testament Des Templiers
Cet appel lui coûtait ; ce n’était pas du tout dans ses habitudes, mais les circonstances étaient exceptionnelles. Il avait besoin de réunir les meilleurs éléments, et personne n’était plus compétent qu’elle dans sa spécialité. Il se refusait simplement à faire des compromis. De son bureau sur le ca... Puis...
par Matisk
Il dit tout haut – Eh ben, qu’est il arrivé à ce perroquet ? – Je suis né comme ça, dit le perroquet. – Eh, on dirait qu’il a compris ce que je disais et qu’il a répondu. – Je comprends chaque mot. Je suis terriblement intelligent... Puis...
Le Maréchal Jourdan
Il apprit ainsi la défaite de Vandamme à Kulm, le 30 août, la capitulation de Gouvion-Satit-Cyr à Dresde, en novembre, précédée de la catastrophe de Leipzig où Napoléon lui-même avait été battu, puis l’évacuation de l’Allemagne qui avait suivi. Au début de novembre, l’empereur était rentré en France... Puis...
La Reine des Damnés
par Rice,Anne
l’avait interrogé Daniel tout en le regardant prendre des notes et rédiger des instructions pour de nouvelles acquisitions. — Lorsqu’on est capable de lire dans les pensées, on peut obtenir tout ce qu’on veut, avait répondu patiemment Armand. Ah, cette voix douce et posée, ce visage ouvert d’adolesc... Puis...
Lettre à Un Jeune Artiste
. . a ·un Jeune artIste Traduit de l'allemand par Edmond Beaujon Avec une postface de Lionel Richard Illustrations de. Laurent Parient y tDITIONS MILLE ET UNE NUITS Text.e intégral. Titre original: Br;"! an einenjunge .. Künstler. Lettrè extraite de Ausgewiihlte Briefe @Suf!rkamp Verlag, Frandort-su... Puis...