La barriere Santaroga

Lire ebook La barriere Santaroga
Auteur: Herbert,Frank

La barriere Santaroga
il se demanda quel pouvait bien être le dieu qu’il
remerciait. Une pensée curieuse, sans queue ni tête, suspendue comme un bout de
ficelle dans les eaux vertes de son esprit.
    Jenny se mit à défaire le colis ; il contenait une part
de fromage doré, deux bouteilles de bière, des galettes de sarrasin, un pot
blanc qui glouglouta lorsqu’elle le prit.
    Il se demanda depuis quand on les avait exposés.
    Dasein eut brusquement l’impression d’être un papillon
enfermé dans une cage de verre, une petite chose qui voletait éperdument contre
ses barrières, abandonnée et confuse.
    — Chéri, je te fatigue. Jenny lui mit une main sur le
front. Cela l’apaisa, le calma. Le papillon de ses émotions se posa sur une
grosse branche verte ; la branche était attachée à un arbre robuste dont
il percevait le tronc comme une part de lui-même – une source de force
inépuisable.
    — Quand te reverrai-je ?
    — Je reviendrai demain dans la matinée.
    Elle lui envoya un baiser, hésita, se pencha vers lui :
souffle au doux parfum de Jaspé, effleurement des lèvres.
    Dasein la contempla jusqu’à ce que la porte d’entrée se
referme sur elle.
    Une brève sensation d’angoisse l’effleura, impression vague
d’avoir perdu contact avec la réalité, illusion que la chambre n’existait plus,
maintenant que Jenny l’avait quittée. Dasein émietta le fromage, l’enfourna
dans sa bouche et sentit la présence apaisante du Jaspé, sentit sa conscience s’épanouir,
devenir ferme et docile.
    Qu’est-ce que la réalité, après tout ? Elle est
aussi finie qu’un morceau de fromage, et comme tout ce qui est limité, tout
aussi corrompue par l’erreur.
    Alors, il fixa fermement ses pensées sur la maison que Jenny
lui avait décrite, s’imagina en train de franchir le seuil en la portant dans
ses bras – sa femme… Il y aurait des cadeaux, du Jaspé offert par « la
bande », des meubles aussi… Santaroga prenait soin des siens.
    Ce sera une existence magnifique, se dit-il.
    Magnifique… magnifique… magnifique…
     
    FIN
    ----
    [1] Variante américaine de
la belote. N.d.T.
    [2] Un
peu plus de 98   000 kilomètres. N.d.T.

Lire des autres livres

Dosadi
Aphorisme humain.   Le troisième jour après son arrivée, McKie avait l’impression d’avoir vécu toute sa vie sur Dosadi. C’était un endroit qui exigeait de lui toute l’attention dont il était capable. Seul dans la chambre de Jedrik, il regardait sans le voir le grand lit défait. Elle voulait qu’il re... Puis...
Ring
Le visage appuyé sur l’article qu’il était en train de rédiger, de la salive coule de sa bouche entrouverte et se mélange à l’encre bleu foncé. Il doit être très fatigué car il tient encore dans la main le stylo de la marque Mont-Blanc dont il se sert habituellement. Il n’utilise pas encore d’ordina... Puis...
Maître des âmes
Il y parvint tant qu’il eut l’horizon pour repère, puis ce fut la nuit. Le coeur au bord des lèvres, il se cramponnait au frêle esquif qui montait à l’assaut des vagues et plongeait dans l’eau noire. Face à la poupe, Gâeth, Gaimredân, Socht et son compagnon ramaient avec aisance. Fidelma et Eadulf a... Puis...
LES FRÈRES KARAMAZOV
Et au grand air «L’air est pur, ici, tandis que dans mes appartements, il ne l’est guère, sous tous les rapports. Marchons un peu, monsieur, je voudrais bien que ma personne vous intéressât. – J’ai une importante communication à vous faire, déclara Aliocha; seulement je ne sais par où commencer. –... Puis...
Panique à la Maison-Blanche
Il chassa le moustique qui avait interrompu son sommeil. Moran bougea dans son coin, les yeux vagues, toujours inconscient. La portière s’ouvrit brusquement et un ballot de vêtements atterrit sur les genoux de l’Américain. « Mettez ça, lui ordonna Souvorov qui s’exprimait sans accent. — Vous ne m’av... Puis...