Kirinyaga: une utopie africaine

Lire ebook Kirinyaga: une utopie africaine
Auteur: Resnick, Mike

Kirinyaga: une utopie africaine
lorsque Ses larmes de compassion tombent sur nos champs et nourrissent nos cultures, nous tuons une chèvre pour Le remercier de la récolte.
    Nos plaisirs sont simples : une gourde de pombe à boire, la chaleur d’une borna une fois le soleil couché, le vagissement d’un fils ou d’une fille qui vient de naître, les courses à pied, les jets de lance et autres épreuves, les chants et les danses à la veillée.
    L’Administration surveille discrètement Kirinyaga, apportant de petites corrections orbitales lorsque c’est nécessaire, veillant à la constance de notre climat tropical. Elle nous a parfois subtilement proposé de faire appel à ses connaissances médicales, ou de permettre à nos enfants d’utiliser ses équipements scolaires, mais elle s’est pliée à notre refus de bonne grâce, sans jamais manifester le moindre désir de se mêler de nos affaires.
    Jusqu’à ce que j’étrangle le bébé.
    Ce fut moins d’une heure plus tard que Koinnage, notre chef suprême, vint me trouver.
    «Mal t’en a pris, Koriba, dit-il, mécontent.
    — Je n’avais pas le choix. Tu le sais.
    — Bien sûr que si, tu avais le choix. Tu aurais pu épargner l’enfant.» Il s’interrompit, s’efforçant de dominer sa colère et sa peur. «Les administrateurs n’ont encore jamais posé le pied sur Kirinyaga, mais maintenant ils vont venir.
    — Qu’ils viennent, dis-je en haussant les épaules. Nous n’avons enfreint aucune loi.
    — Nous avons tué un bébé. Ils vont venir, et ils vont révoquer notre charte!»
    Je secouai la tête. «Personne ne va révoquer notre charte.
    — N’en sois pas si sûr, Koriba. Tu peux enterrer une chèvre vive, et ils nous regarderont sur leurs écrans en secouant la tête et parleront de notre religion entre eux avec mépris. Tu peux donner les vieux et les infirmes aux hyènes, et ils porteront sur nous un regard de dégoût et nous traiteront de barbares impies. Mais je te dis que tuer un nouveau-né est autre chose. Ils ne vont pas rester les bras croisés; ils vont venir.
    — S’ils viennent, je leur expliquerai pourquoi je l’ai tué, rétorquai-je, serein.
    — Ils n’accepteront pas tes réponses. Ils ne comprendront pas.
    — Ils n’auront pas le choix. Nous sommes sur Kirinyaga, et ils n’ont pas le droit de se mêler de nos affaires.
    — Ils trouveront un moyen, affirma-t-il, sûr de lui. Nous devons nous excuser et leur promettre de ne pas recommencer.
    — Nous ne nous excuserons pas, dis-je, sévère. Et nous ne pouvons pas non plus leur faire une telle promesse.
    — Dans ce cas, en tant que chef suprême, c’est moi qui m’excuserai.»
    Je le dévisageai un long moment, puis haussai les épaules. «Fais ce que tu voudras.» Tout à coup, je lus de la terreur dans ses yeux. «Que vas-tu me faire ? demanda-t-il, apeuré.
    — Moi ? rien du tout. N’es-tu pas mon chef ?» Tandis qu’il se détendait, j’ajoutai : «Mais si j’étais toi, je me méfierais des

Lire des autres livres

La Belgariade, Tome 4 : La Tour Des Maléfices
Garion n’avait pas la moindre idée de ce que l’on attendait de lui en retour. Devait-il rendre la révérence, incliner légèrement la tête, les ignorer, faire comme s’il ne voyait rien, ou autre chose encore ? Et que fallait-il répondre quand on l’appelait» Votre Majesté » ? La journée de la veille ét... Puis...
La malédiction des templiers
L’attaché juridique du bureau auxiliaire du FBI à Istanbul, un Américain d’origine turque à la panse proéminente, aux joues de trompettiste et aux yeux bordés de cernes impressionnants, les attendait à l’entrée de la passerelle télescopique. Reilly l’avait rencontré brièvement, trois ans auparavant,... Puis...
Au matin, près de la porte de Jaffa, nous montons à cheval par grand vent et pluie glacée. Nous quittons Jérusalem sous des nuages de tourmente. C’est le côté des concessions européennes, des hôtels, des toits en tuiles rouges. — et la ville sainte, derrière nous, s’éloigne avec des aspects de ville... Puis...
La porte du Limbreth
demanda Vandien au destrier noir qui avançait avec aisance aux côtés du chariot. L’animal s’ébroua. Ses oreilles étaient orientées vers l’avant et Vandien perçut le frisson de tension qui agitait soudain ses muscles. Lâchant un hennissement d’impatience, le destrier s’élança au trot. Les chevaux gri... Puis...
The Lost Night
Kidwell is Marcus Lancaster,” Rachel said. “I’m sure of it.” “We can’t be sure of anything yet,” Harry said, “but I agree that’s a likely possibility.” He leaned back in his chair, stretched his legs out under the small café table, folded his arms, and watched Rachel pace the small space. It was not... Puis...