Kirinyaga: une utopie africaine

Lire ebook Kirinyaga: une utopie africaine
Auteur: Resnick, Mike

Kirinyaga: une utopie africaine
sentais proche d’eux.
    Nous les avons observés dans un silence absolu pendant peut-être cinq minutes. Puis Edward consulta sa montre et annonça qu’il nous fallait repartir vers le spatioport.
    «Ça t’a plu ? s’enquit-il en rattrapant la route.
    — Beaucoup.
    — Je l’espérais.
    — On va les transférer dans une réserve, as-tu dit ?»
    Il opina. «A quelques centaines de kilomètres au nord, je crois.
    — Les chacals ont foulé cette terre bien avant l’arrivée des fermiers, soulignai-je.
    — Mais ils sont anachroniques. Ils n’ont plus leur place ici.»
    Je hochai la tête. «C’est dans l’ordre des choses.
    — Que les chacals aillent dans une réserve ?
    — Que les Kikuyus, qui ont précédé les Kenyans, partent pour un nouveau monde. Car nous aussi, nous sommes anachroniques, et nous n’avons plus notre place ici.»
    Il accéléra; bientôt, nous quittions la zone agricole pour entrer dans la banlieue de Nairobi.
    «Que vas-tu faire sur Kirinyaga ? demanda-t-il, rompant un long silence.
    — Je vais y mener-la vie pour laquelle sont faits les Kikuyus.
    — Comme travail, je voulais dire.»
    Je souris, prévoyant sa réaction. «Je serai le mundumugu.
    — Le sorcier ? traduisit-il, incrédule.
    — Tout à fait.
    — Je n’en reviens pas! Tu es un homme instruit. Comment peux-tu rester assis en tailleur par terre à jeter les os et à lire les présages ?
    — Le mundumugu est aussi un enseignant, et c’est le gardien des coutumes de la tribu. Sa profession est honorable.»
    Il secoua la tête d’un air consterné. «Il faut donc que j’explique aux gens que mon père est devenu sorcier.
    — Tu n’as aucune gêne à craindre. Tu n’auras qu’à leur dire que le mundumugu de Kirinyaga s’appelle Koriba.
    — Mais c’est mon nom!
    — Un nouveau monde demande un nouveau nom. Tu l’as abandonné pour prendre un nom européen. Je vais maintenant le reprendre et en faire bon usage.
    — Tu es sérieux, n’est-ce pas ? dit-il en pénétrant dans le spatioport.

    — A compter de ce jour, je m’appelle Koriba.» La voiture s’arrêta.

    «J’espère que tu l’honoreras mieux que je n’en ai été capable, mon père, dit-il dans un dernier geste de conciliation.
    — Tu as honoré le nom que tu as choisi. C’est bien assez pour une vie.
    — Tu le penses vraiment ?
    — Bien sûr.
    — Alors pourquoi as-tu attendu aujourd’hui pour me le dire ?

    — Je ne te l’ai jamais dit ?» m’étonnai-je. Nous descendîmes de voiture, et il m’accompagna à la zone de départ. Il finit par s’arrêter. «Je n’ai pas le droit d’aller plus loin, dit-il.
    — Je te remercie de m’avoir amené.» Il hocha la tête.

    «Et de m’avoir montré les chacals, ajoutai-je. C’était vraiment une matinée parfaite.
    — Tu me manqueras, mon père.
    — Je sais.»
    Il semblait attendre que je dise autre chose, mais je ne voyais rien à dire de plus.
    L’espace d’un instant, je crus qu’il allait me

Lire des autres livres

Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants
lâcha Malicia en se débarrassant des cordes. Je croyais tout de même que des rats rongeraient plus vite. — Ils se sont servis d’un couteau, lui rappela Keith. Et tu pourrais dire merci, non ? — Oui, oui, dis-leur que je leur en suis très reconnaissante, fit Malicia en se relevant d’une poussée. — Di... Puis...
Night Watch
said Vimes. “As you said in your statement…what was it, Fred? Something about just obeying orders? All that stuff about mixing with the mobs and throwing things at coppers and soldiers, you didn’t want to do that, I know. You didn’t like being round in Cable Street watching people being beaten up an... Puis...
Sixième colonne
Allô ? Jeff, vous êtes là ? Vous m’entendez ? — Oui, je vous entends, major. Ne criez pas. — J’aurais préféré que ces satanés appareils soient équipés comme des téléphones ordinaires. J’aime voir l’homme à qui je parle. — Si c’étaient des téléphones ordinaires, nos petits copains asiatiques pourraie... Puis...
Le sens du vent
~ Les leurs sont plus rapides. ~ Toujours ? ~ Je crois bien. ~ En plus, j’ai horreur de voyager par tranches et de changer tout le temps. On prend un vaisseau, on en prend un autre, et puis encore un autre, et puis un quatrième. J’ai l’impression d’être un colis en cours de livraison. ~ Ça ne serait... Puis...
Code zéro
    C’était un plaisir de conduire la Lincoln Continental de Bern : mince comme un lévrier, elle roulait à cent soixante, dévorant sans effort les routes désertes de la Virginie endormie. Luke quitta Washington avec le sentiment de laisser le cauchemar derrière lui. Ce trajet matinal avait un grisan... Puis...