Kirinyaga: une utopie africaine

Lire ebook Kirinyaga: une utopie africaine
Auteur: Resnick, Mike

Kirinyaga: une utopie africaine
triompher. La cinquième nouvelle-chapitre, «La manamouki»

    — à la fin de laquelle on voit l’utopie de Koriba commencer à s’effriter sur les bords —, m’a rapporté mon second prix Hugo.

    Si la sixième nouvelle-chapitre, «Chant d’une rivière tarie», n’a pas été sélectionnée pour le prix Hugo, je pense que c’est plus pour une raison technique que par manque de qualité. M’ayant choisi comme invité d’honneur, la convention de science-fiction de Boskone devait publier un recueil de mes récits et articles africains, pour lequel il m’avait demandé une nouvelle inédite de Kirinyaga. C’est ainsi que j’ai écrit «Chant d’une rivière tarie», qui a paru dans le recueil en question. J’ai ensuite vendu la nouvelle à Isaac Asimov’s Science Fiction Magazine, qui, par suite de problèmes de programmation, ne l’a pas publiée la même année, si bien que lorsque la majorité des lecteurs l’ont découverte, elle n’avait presque plus aucune chance de remporter l’un des prix principaux.
    La septième nouvelle-chapitre, «Le lotus et la lance», où les solutions de Koriba sont moins élégantes et son avenir à long terme moins rassurant, n’a eu droit qu’à des places de finaliste.
    La huitième nouvelle-chapitre, «De vagues connaissances», traite d’un de mes sujets préférés

    — la différence pour un artiste entre les faits et la vérité —, et je la voyais bien partie pour le Hugo. Cependant, c’est l’année où j’ai écrit «Sept vues de

    la gorge d’Olduvaï[2]», qui a raflé le Hugo, le Nebula et à peu près tous les autres prix du circuit : les votants ont dû se dire qu’on m’avait assez récompensé pour l’année.

    Dans la neuvième nouvelle-chapitre, «Quand meurent les vieux dieux», l’inévitable se produit : Koriba et son utopie se rejettent. Je craignais que les lecteurs ne commencent à se lasser de Kirinyaga, mais ce récit a manifestement touché leur corde sensible. Finaliste des grands prix et prix Locus.
    J’ai attendu neuf ans pour écrire «À l’est d’Éden», dont j’avais établi le plan en 1987. J’y ai passé beaucoup plus de temps que d’habitude, car le feuilleton de Kirinyaga avait déjà reçu plus de récompenses que tous les autres ouvrages de science-fiction de l’histoire du genre, et je savais que la dernière nouvelle — devenue un épilogue pour la même raison que «Une matinée parfaite, en compagnie de chacals» était un prologue : elles se passent toutes les deux au Kenya, et forment des serre-livres littéraires encadrant les huit épisodes qui se passent sur Kirinyaga — serait soumise à un examen minutieux. Ma femme, Carol, qui est ma collaboratrice anonyme depuis près d’un tiers de siècle, pense que c’est la meilleure nouvelle du roman. Je persiste à préférer «Toucher le ciel», mais la dernière aventure de Koriba a répondu exactement à mon attente, et j’en suis très satisfait. Au moment où

Lire des autres livres

La Légende du roi Arthur - Tome IV - Le Saint-Graal La mort d’Arthur
Quand il vit son château assiégé par l’homme du monde qu’il avait le plus aimé, qui lui avait fait le plus d’honneur, et qui était à présent son mortel ennemi, il se sentit plus dolent qu’on ne saurait croire. Il appela une pucelle. – Demoiselle, allez au roi Arthur et dites-lui que je m’étonne qu’i... Puis...
Dark Horse
par Tami Hoag
I remember those lines from a T. S. Eliot poem because at eighteen, as a headstrong freshman at Duke, I had an obsessive crush on my literature professor, Antony Terrell. I remember a passionate discussion of Eliot’s works over cappuccino at a local coffeehouse, and Terrell’s contention that Four Qu... Puis...
Lebensborn - la fabrique des enfants parfaits: Ces Français qui sont nés dans une maternité SS
Autrement dit, retourner aux archives du Service international de recherches de la Croix-Rouge, à Bad Arolsen. Mais, avant de m’y rendre, j’ai demandé à Kathrin Flor, l’attachée de presse du service, d’effectuer quelques vérifications préalables. Sa disponibilité et sa volonté de me simplifier les d... Puis...
Aliénor d'Aquitaine : L'Amour, le pouvoir et la haine
Nos pouvons penser que ni Louis ni Henri ne tenaient à sa présence. Pourtant, Henri ménage Aliénor car il a compris que, sans elle, il n’arrivera jamais à instaurer un semblant de pouvoir Plantagenêt sur les terres de la duchesse. Après Montmirail, le roi « remet de l’ordre » d... Puis...
Double Impact: Never Say Die & No Way Back
Dr. Roland yelled above the organized chaos of the trauma room. “One hundred over sixty-five,” Ami Donovan, R.N., reported. “Pulse is seventy and thready.” “Where the hell is Mason?” Roland demanded. “Dr. Mason’s on his way,” Jane, another R.N. on duty, told him as she shoved the X rays onto the vie... Puis...