Killdozer - Le viol cosmique

Lire ebook Killdozer - Le viol cosmique
Killdozer - Le viol cosmique
 
    Avant la race humaine, il y eut le déluge, et avant le déluge, une autre race, dont l’humanité ne peut comprendre la nature. Elle n’était pas surnaturelle ni étrangère, car cette terre était sienne et c’était sa patrie.
    Il y eut une guerre entre cette race, qui était une grande race, et une autre. Celle-ci était vraiment étrangère : une forme nuageuse douée de conscience, un groupement intelligent d’électrons tangibles. Elle prit naissance dans de prodigieuses machines par quelque accident d’une science au-delà de notre conception primitive de la technologie. Et ces machines, servantes de nos prédécesseurs, en devinrent alors les rivales. Les batailles qui s’ensuivirent furent gigantesques. Les êtres électroniques avaient le pouvoir de fausser les équilibres délicats de la structure atomique et leur milieu vital était le métal dans lequel ils s’introduisaient et qu’ils utilisaient à leurs propres fins. Chaque arme que nos prédécesseurs réalisaient, en était possédée et se retournait contre eux, jusqu’au moment où les survivants de cette grande civilisation trouvèrent une défense…
    Un isolant. L’ultime produit ou sous-produit de toute la recherche sur l’énergie – le neutronium.
    Sous sa protection, ils réalisèrent une arme nouvelle. Ce qu’elle était, nous ne le saurons jamais et notre propre race vivra – ou nous le saurons et notre race périra comme périt la leur. Après qu’ils eurent lancé leur arme pour détruire l’ennemi, elle ne leur obéit plus, et sa puissance incommensurable les détruisit avec lui, ainsi que leurs cités et leurs machines possédées. La Terre elle-même s’embrasa, sa croûte fut ébranlée et trembla, les océans bouillirent. Rien n’y échappa, rien de ce que nous connaissons comme vie et rien non plus de la pseudo-vie qui s’était développée dans les mystérieux champs de force de leurs incompréhensibles machines. Sauf un mutant très vigoureux.
    C’était, en effet, un mutant et, ironiquement, ce mutant isolé aurait pu être supprimé par les premières mesures simples utilisées contre son espèce – mais le temps des simples expédients était passé. C’était un champ électronique organisé, doué d’intelligence, de mobilité, et d’une volonté de détruire, et guère autre chose. Paralysé par le cataclysme, il flotta au-dessus du globe grondant et, dans une accalmie de la violence des forces déchaînées sur la Terre, il se laissa descendre, dans son état d’épuisement à demi conscient, vers le sol fumant. Là, il trouva un asile, un abri construit par et pour ses ennemis disparus. Une enveloppe de neutronium. Il y pénétra et sa conscience tomba finalement à son niveau le plus bas. Il resta là, inerte tandis que le neutronium, dans son étrange flux continuel, son interminable tendance à un parfait équilibre, s’étendait et fermait l’ouverture. Après quoi, durant les âges tourmentés qui suivirent,

Lire des autres livres

Funérarium
Et un meurtrier en puissance, en témoignait la blessure dans sa propre chair. Il entreprit de dresser une liste des faits annexes et ouÔ-dire : FAITS ANNEXES OUI-DIRE - Charles a eu des rapports avec Costa. - Andrieu est au courant. - Paul Labarrière a eu une liaison avec Clotilde Osmond. - Winnie s... Puis...
par Molière
Sganarelle Je n’ai pas le loisir, monsieur Gorgibus : il faut aller à mes malades. Je ne prendrai pas la droite avec vous, Monsieur. L’Avocat Monsieur, après ce que m’a dit M. Gorgibus de votre mérite et de votre savoir, j’ai eu la plus grande passion du monde d’avoir l’honneur de votre connaissance... Puis...
The Love Shack
For six months before she was referred to the Chapterhouse Centre, she’d been living on a friend’s sofa. Recently, after I’d found accommodation of her own for her, she’d been making good progress. Until tonight.The accident had happened after Jennifer tried to make herself some proper, deep-fried c... Puis...
King, Queen, Knave
It all began one Wednesday in mid-November when he received a visit from a nondescript stranger with a cosmopolitan name and no determinable origin. He might have been Czech, Jewish, Bavarian, Irish—it was entirely a matter of personal evaluation.Dreyer was sitting in his office (a huge quiet place... Puis...
Les hommes entraient comme dans une église, et les femmes faisaient le signe de la croix en sortant. Je me glissai dans la chambre de mes parents, et je fus bien étonnée de voir que ma mère avait une grande bougie allumée près de son lit. Mon père se penchait sur le pied du lit, pour regarder ma mèr... Puis...