Hamlet

Lire ebook Hamlet
Auteur: Jimmy Rougerie

Hamlet
l'aurai ! Dieu ! quel nom blessé, Horatio, si les choses restent inconnues, vivra après moi !
    Si jamais tu m'as porté dans ton coeur, absente-toi quelque temps encore de la félicité céleste, et exhale ton souffle pénible dans ce monde rigoureux, pour raconter mon histoire. (Marche militaire au loin ; bruit de mousqueterie derrière le thé‚tre.) quel est ce bruit martial ?.
    OSRIC. - C'est le jeune Fortinbras qui arrive vainqueur de Pologne, et qui salue les ambassadeurs d'Angleterre de cette salve guerrière.
    HAMLET. - Oh ! je meurs, Horatio ; le poison puissant étreint mon souffle; je ne pourrai vivre assez pour savoir les nouvelles d'Angleterre; mais je prédis que l'élection s'abattra sur Fortinbras ; il a ma voix mourante ; raconte-lui, avec plus ou moins de détails, ce qui a provoqué... Le reste... c'est silence... (Il meurt.).
    HORATIO. - Voici un noble coeur qui se brise. Bonne nuit, doux prince ! que des essaims d'anges te bercent de leurs chants !... Pour quoi ce bruit de tambours ici ?. (Marche militaire derrière la scène.).
    Entrent Fortinbras, les ambassadeurs d'Angleterre et autres.
    FORTINBRAS. - O˘ est ce spectacle ?.
    HORATIO. - qu'est-ce que vous voulez voir ?. Si c'est un malheur ou un prodige, ne cherchez pas plus loin.
    FORTINBRAS. - Ce monceau crie : Carnage !... ô fière mort ! quel festin prépares-tu dans ton antre éternel, que tu as, d'un seul coup, abattu dans le sang tant de princes ?.
    PREMIER AMBASSADEUR. - Ce spectacle est effrayant ; et nos dépêches arrivent trop tard d'Angleterre. Il a l'oreille insensible celui qui devait nous écouter, à qui nous devions dire que ses ordres sont remplis, que Rosencrantz et Guildenstern sont morts. D'o˘ recevrons-nous nos remerciements ?.
    HORATIO. - Pas de sa bouche, lors même qu'il aurait le vivant pouvoir de vous remercier : il n'a jamais commandé leur mort. Mais puisque vous êtes venus si brusquement au milieu de cette crise sanglante, vous, de la guerre de Pologne, et vous, d'Angleterre, donnez ordre que ces corps soient placés sur une haute estrade à la vue de tous, et laissez-moi dire au monde qui l'ignore encore, comment ceci est arrivé. Alors vous entendrez parler d'actes charnels, sanglants, contre nature ; d'accidents expiatoires ; de meurtres involontaires ; de morts causées par la perfidie ou par une force majeure ; et, pour dénouement, de complots retombés par méprise sur la tête des auteurs. Voilà tout ce que je puis vous raconter sans mentir.

    FORTINBRAS. - H‚tons-nous de l'entendre, et convoquons les plus nobles à
    l'auditoire. Pour moi, c'est avec douleur que j'accepte ma fortune : j'ai sur ce royaume des droits non oubliés, que mon intérêt m'invite à
    revendiquer.
    HORATIO. - J'ai mission de parler sur ce point, au nom de quelqu'un dont la voix en entraînera bien d'autres. Mais agissons immédiatement, tandis que les esprits sont encore étonnés, de peur qu'un complot ou une méprise ne cause de nouveaux

Lire des autres livres

Indomptable
— Mais cela ne s’est pas passé de cette manière, dit-elle tristement. Les deux ont perdu. — Les deux ? — La Druide de la Vallée et John. 332 INDOMPTABLE — Qu’a perdu la Druide de la Vallée ? demanda Dominic. — Le Loup des Druides de la Vallée. Gwyn pensait que ma mère porterait un fils. — À sa place... Puis...
Le Voleur d'enfants
Elle vient de rentrer. Il est huit heures à sa petite montre-bracelet en émail bleu foncé. À son air on voit qu’elle ne sait rien encore. Elle enlève son chapeau. Nous nous demandons qui elle est et d’où elle vient. Elle est là comme sur un écran quand le film est à moitié tourné et qu’on vient seul... Puis...
Les séquestrés de Kappa
20"; panose-1: 2 7 7 4 7 5 5 2 3 3; mso-font-charset: 0; mso-generic-font-family: roman; mso-font-pitch: variable; mso-font-signature: 3 0 0 0 1 0 } @font-face { font-family: "Niagara Engraved"; panose-1: 4 2 5 2 7 7 3 3 2 2; mso-font-charset: 0; mso-generic-font-family: decorative; mso-font-pitch:... Puis...
Agnès Grey
L’église. CHAPITRE X. L’église.  « Que pensez-vous de notre nouveau vicaire ? me demanda miss Murray en revenant de l’église le dimanche, après la reprise de nos exercices. – Je n’en puis pas dire grand’chose, répondis-je, je ne l’ai... Puis...
Le Fou de Bergerac
C’était au bord de la mer. Il faisait excessivement chaud et le sable, que la marée basse découvrait, était d’un roux de blés mûrs. Il y avait plus de sable que de mer. Celle-ci existait, quelque part, très loin, mais, jusqu’à l’horizon, on ne voyait que de petites mares entre les bancs de sable. Es... Puis...