Guêpe

Lire ebook Guêpe
ERIC FRANK RUSSELL, LE GUERRIER NON VIOLENT
par Marcel THAON
    Ignoré parmi les géants, Eric Frank Russell a toujours trouvé en France un intérêt somnolent du public comme des éditeurs – pourtant autrement plus sensibles au ton d’un auteur proche comme Fredric Brown. Alors que Brown trouvait une consécration nationale dès Fantômes et Farfafouilles (Denoël, 1964), Eric Frank Russell reste aujourd’hui largement inconnu de tous, malgré un ruisseau de traductions intéressantes, dont Guêpe reste un des fleurons ici repris. Nous ne savons trop pourquoi. Peut-être faut-il incriminer le ton souvent sarcastique de l’auteur, son amour des situations burlesques ? Ou peut-être le malheur d’appartenir à l’école d’ Astounding , la principale revue américaine de S.F. sans contrepartie française ? Peut-être tout simplement le hasard, dont la main malhabile se trompe quelquefois de destinataire ? La renommée passe souvent par l’heureuse alliance de la préoccupation d’un éditeur avec l’intérêt d’un environnement qui entend soudain sonner l’heure.
    L’œuvre d’E.F. Russell se présente au premier regard comme le prototype du commercial : agitation, héroïsme et répétition s’y côtoient souvent ; mais nous essaierons de montrer dans cet essai qu’il s’agit de percer la barrière du conventionnel pour voir apparaître – derrière la facilité – un véritable écrivain, sensible et personnel. S’il est ainsi possible de repérer des constantes dans les textes de Russell ou même des leitmotive, il faut plutôt y entendre l’insistance d’une voix originale, d’une poussée interne toujours renouvelée, propre à l’écriture que le signe d’une plume assoupie. Nous essaierons de le montrer ici.
    Eric Frank Russell est né le 6 janvier 1905 à Sandhurst ; il mesure 1 m 88, pèse 82 kilos, a les yeux verts ; ses cheveux bruns grisonnent et, comme il se présente lui-même, a « la tête de quelqu’un qu’on aurait dû pendre à Nuremberg ». À l’opposé de cette description autodépréciative, Isaac Asimov donne de lui une image idéalisée. « J’ai rencontré E.F. Russell en 1939 à une réunion d’un fan club . J’avais vendu deux petites histoires et Russell, d’un autre côté, venait tout juste de publier un roman intitulé Guerre aux invisibles (…) qui fut immédiatement reconnu comme un classique du genre.
    « J’essaye maintenant de recréer dans mon esprit l’image de cet homme, tel que je le vis en 1939 – lui l’auteur connu, moi le novice. Je pense pouvoir faire confiance à ma mémoire quasi photographique. Voyons, il mesure deux mètres (quand il est assis), avec un visage anglais long et majestueux. Et aussi, je me le rappelle distinctement, une lumineuse aura dorée baignait sa tête ; on entendait parfois le sifflement des éclairs quand il bougeait brusquement, et de lointains roulements de tonnerre quand il parlait. »
    Son premier récit, Eternal

Lire des autres livres

Odyssée: Chants I à VII
Je ne le laisserai pas sans rien faire, puisqu'il a mangé à ma table, bien qu'il vienne de loin. Il parla ainsi, et sa parole ne fut point vaine. Et Eurykléia ferma les portes des grandes demeures. Puis, Odysseus et son illustre fils se h ‚tèrent de transporter les casques, les boucliers bombés et l... Puis...
Les refuges de pierre
20"; panose-1: 2 7 7 4 7 5 5 2 3 3 } @font-face { font-family: "Niagara Engraved"; panose-1: 4 2 5 2 7 7 3 3 2 2 } @font-face { font-family: "Niagara Solid"; panose-1: 4 2 5 2 7 7 2 2 2 2 } @font-face { font-family: "Old English Text MT"; panose-1: 3 4 9 2 4 5 8 3 8 6 } @font-face { font-family: Ony... Puis...
They Do It With Mirrors
Both Gulbrandsen and Lewis were absent-minded and absorbed in their own thoughts. Walter Hudd glowered even more than usual, and for once Gina and Stephen seemed to have little to say either to each other or to the company at large. Conversation was mostly sustained by Dr Maverick, who had a lengthy... Puis...
3 fois plus loin
Comment les Indiens s'y prirent-ils pour nous soigner ? Ils utilisèrent les plantes qui les entourent. Ils mobilisèrent une connaissance ancestrale, le fruit de milliers d'années d'observations. Tout ce que nous avons perdu, en somme, nous les Européens, et que nous avons pourtant possédé un jour. D... Puis...
L’ALIMENTATION En écrivant les premières lignes de ce chapitre, je songe aux abattoirs de Chicago, les horribles usines à viande où se dépècent dans l’année un million quatre-vingt mille bœufs, un million sept cent cinquante mille porcs, qui, entrés vivants dans la machine, sortent de l’autre bout c... Puis...