Emma

Lire ebook Emma
Auteur: Jane Austen
Chapitre 1
    E mma Woodhouse, belle, intelligente, douée d’un heureux naturel, disposant de larges revenus, semblait réunir sur sa tête les meilleurs dons de l’existence ; elle allait atteindre sa vingt et unième année sans qu’une souffrance même légère l’eût effleurée.
    Fille cadette d’un père très affectueux et indulgent, elle s’était trouvée de bonne heure, à la suite du mariage de sa sœur aînée, investie du rôle de maîtresse de maison. Encore en bas âge elle avait perdu sa mère et ne conservait d’elle qu’un souvenir indistinct de lointaines caresses ; la place de M me  Woodhouse fut occupée par une gouvernante qui avait entouré l’enfant d’une affection quasi maternelle.
    M lle  Taylor était restée seize ans dans la maison de M. Woodhouse, moins en qualité d’institutrice que d’amie ; très attachée aux deux jeunes filles, elle chérissait particulièrement Emma. Avant même que M lle  Taylor eût cessé de tenir officiellement le rôle de gouvernante, la douceur de son caractère lui permettait difficilement d’inspirer quelque contrainte ; cette ombre d’autorité s’était vite évanouie et les deux femmes vivaient depuis longtemps sur un pied d’égalité. Tout en ayant une grande considération pour le jugement de M lle  Taylor, Emma se reposait exclusivement sur le sien ! Les seuls écueils de la situation de la jeune fille étaient précisément l’absence de toute influence et de tout frein, et une prédisposition à avoir une confiance excessive en soi-même. Néanmoins, pour l’instant, elle n’avait aucunement conscience des désavantages qui menaçaient de ternir un jour son bonheur.
    Le chagrin arriva sous une forme plutôt bénigne : M lle  Taylor se maria. Pour la première fois, le jour du mariage de son amie bien-aimée, Emma fut assaillie de pensées tristes de quelque durée. La cérémonie terminée et les invités partis, son père et elle demeurèrent seuls, sans la perspective d’un tiers pour égayer la longue soirée. M. Woodhouse s’assoupit après le dîner, comme d’habitude, et Emma put mesurer l’étendue de son isolement. Elle évoquait ces seize années d’infatigable affection : elle pensait avec tendresse à celle qui avait dirigé ses jeux et ses études, apportant autant d’ardeur à l’amuser qu’à l’instruire, et qui l’avait soignée avec un dévouement absolu pendant les diverses maladies de l’enfance. De ce fait, elle avait contracté vis-à-vis de M lle  Taylor une grande dette de reconnaissance ; mais Emma conservait de la période de parfaite confiance qui avait succédé, un souvenir encore plus doux.
    Elle se demanda comment elle supporterait ce changement ? Malgré tous ses avantages personnels et sa situation, elle allait se trouver isolée intellectuellement ; son père en effet ne pouvait la suivre sur le terrain d’une conversation sérieuse ou enjouée ; la grande disproportion de leurs âges

Lire des autres livres

La Revanche de Blanche
Molière fera quelques dernières mises au point sur place. Le vendredi 13 septembre, la troupe s’ébranle pour Versailles dans quatre voitures. En chemin, on chante, on blague, on s’embrasse. Juchée sur une banquette, Blanche récite son texte. Des étangs, des buttes, des plateaux et des bois&nbs... Puis...
Stalker's Luck (Solitude Saga Book 1)
the one on the left said. Eddie got the feeling he’d only just started using words like “sir” and hadn’t quite got used to it. “Do you have your token?”Eddie flicked the silver casino chip at him. The man caught it with both hands and examined it. Satisfied, he slipped it into a thin slot above the... Puis...
Du Sang Sur Le Green
—   Il t'a donné son nom ? —          Nan, mec, répondit Matthew Squires. Seulement qu'elle était chop-suey. —   Chop-suey ? —   Ben ouais, chinoise quoi. Bon sang... Myron était assis face à Matthew Squires. L'ado était dans le plus pur style petit bourge puant. Cheveux longs et raides, qui retomba... Puis...
Gombo
Il s’examina ensuite à plusieurs reprises dans les vitrines des boutiques et son image lui donna satisfaction. Ainsi, il se trouvait bien meilleure allure pour aller interroger les commerçants. Un instant, il avait redouté que le vieux Blanc soit depso, homo comme le directeur du centre d’accueil où... Puis...
La Lumière qui s'éteint
Ils étaient trois amis qui parlaient du défunt – Au robuste la lutte, au malade l’adieu – « Ah ! Que ne goûte-t-il encore, disait l’un, Le soleil au visage et le vent dans les yeux ! » Ballade. « L’Antilope », plus gros, plus important, plu... Puis...