Dune

Lire ebook Dune
Auteur: Herbert,Frank

Dune
1
    C’est à l’heure du commencement qu’il faut tout
particulièrement veiller à ce que les équilibres soient précis. Et cela, chaque
sœur du Bene Gesserit le sait bien. Ainsi, pour entreprendre cette étude de la
vie de Muad’Dib, il convient de le placer tout d’abord en son temps, en la
cinquante-septième année de l’Empereur Padishah, Shaddam IV. Il convient
aussi de bien le situer, sur la planète Arrakis. Et l’on ne devra pas se
laisser abuser par le fait qu’il naquit sur Caladan et y vécut les quinze
premières années de sa vie. Arrakis, la planète connue sous le nom de Dune
restera sienne à jamais.
    Extrait du Manuel de Muad’Dib par la princesse Irulan.
    Durant la semaine qui précéda le départ pour
Arrakis, alors que la frénésie des ultimes préparatifs avait atteint un degré
presque insupportable, une vieille femme vint rendre visite à la mère du
garçon, Paul.
    C’était une douce nuit. Les pierres anciennes
du Castel Caladan qui avaient abrité vingt-six générations d’Atréides étaient
imprégnées de cette fraîcheur humide qui annonçait toujours un changement de
temps.
    La vieille femme fut introduite par une porte
dérobée et conduite jusqu’à la chambre de Paul par le passage voûté. Pendant un
instant, elle put le contempler dans son lit. Il ne dormait pas ; à la
faible lueur de la lampe à suspenseur qui flottait près du sol, il distinguait
à peine cette lourde silhouette immobile sur le seuil et celle de sa mère, un
pas en arrière. La vieille femme était comme l’ombre d’une sorcière ; sa
chevelure était faite de toiles d’araignée qui s’emmêlaient autour de ses
traits obscurs ; ses yeux étaient comme deux pierres ardentes.
    « N’est-il pas bien petit pour son âge,
Jessica ? »
    La voix sifflait et vibrait comme une
balisette mal accordée. Et la douce voix de contralto de la mère de Paul
répondit : « Il est bien connu que, chez les Atréides, la croissance
est tardive, Votre Révérence. »
    « On le dit, on le dit, chuchota la
vieille. Pourtant, il a quinze ans déjà. »
    « Oui, Votre Révérence. »
    « Il est éveillé, il nous écoute. (Elle
eut un rire étouffé.) Le rusé petit démon ! Mais ceux de son rang ont
besoin de ruse. Et s’il est réellement le Kwisatz Haderach… Eh bien…»
    Dans les ténèbres, Paul gardait les yeux
mi-clos, réduits à deux fentes très minces. Mais il voyait les yeux de la
vieille femme, larges et brillants comme ceux d’un oiseau de nuit, de plus en
plus larges, de plus en plus brillants, semblait-il.
    « Dors bien, rusé petit démon. Demain tu
auras besoin de tous tes moyens pour affronter mon gom jabbar. »
    Et la vieille disparut, elle entraîna la mère
de Paul ; la porte se referma avec un bruit sourd. Et Paul se
demanda : Qu’est-ce qu’un gom jabbar ?
    Entre tous les récents bouleversements, la
vieille sorcière était bien la chose la plus étrange qui lui fût apparue.

Lire des autres livres

Santiago
Au début, il était sincèrement embarrassé  – après tout, ce n’était pas lui qui l’avait composée  – mais il avait fini par additionner deux et deux, avait deviné qui l’avait écrite et pourquoi, et décidé de faire comme si de rien n’était, probablement pour dérouter un peu plus les universitaires qui... Puis...
Epiworld
Portal 10. Portal Only I’m not ready to kill him just yet. I want to know a bit more about the portals. I throw the last stick onto the pile, and light the match. I’m not entirely sure I believe what he’s just told me, truth drug or not. My seizures producing enough electricity to induce portals! I... Puis...
Babycakes
20" } @font-face { font-family: "Niagara Engraved" } @font-face { font-family: "Niagara Solid" } @font-face { font-family: "Old English Text MT" } @font-face { font-family: Onyx } @font-face { font-family: Parchment } @font-face { font-family: Playbill } @font-face { font-family: "Poor Richard" } @f... Puis...
L'ange de la mort
Le feu ronflait dans la cheminée et l’âtre était parsemé de débris de bois et de charbon. Corbett fut immédiatement frappé par la chaleur intense qui régnait dans la salle ; de fait, on avait fermé les volets et allumé au moins trois braseros supplémentaires. Les clercs travaillant à de longues tabl... Puis...
Les Sept Jours du talion
Mots sentencieux, que Wagner, dans la grande salle, lâcha avec une sorte de frustration panique, mais Mercure, Ruel et Cabana savaient qu’ils ne devaient pas prendre cela personnel. Il fallait que leur directeur se défoule, sinon ce serait l’explosion atomique et là, tout le monde écoperait. Un peu... Puis...