Diamond Dogs, Turquoise Days

Lire ebook Diamond Dogs, Turquoise Days
Diamond Dogs, Turquoise Days
 
AVANT-PROPOS
     
    Le nom de « space opera » a été donné en 1941 par
Wilson Tucker à ce qui était déjà considéré comme des aventures spatiales
irréalistes et rebattues. On devrait toujours se méfier des termes que l’on
invente par dérision : bien pratique, le mot est resté et sa connotation
péjorative s’est peu ou prou effacée, sauf encore chez certains critiques. Le
space opera désigne de nos jours des récits de science-fiction colorés et
épiques se déroulant dans un cadre plus ou moins galactique.
    Si l’on créait les univers de science-fiction de manière
uniquement logique et rationnelle, il faudrait regarder le présent, décider
qu’un de ses aspects revêt une certaine importance et en imaginer les possibles
développements futurs. Pour le space opera, ce sera bien entendu l’espace et
son exploration par l’humanité, rencontre avec la vie extraterrestre comprise.
Mais les êtres humains, et les auteurs de S.-F. ni plus ni moins que les
autres, ne sont pas toujours rationnels : ils trouvent leurs idées dans la
grande boîte du genre où ils œuvrent et sont, consciemment ou non, les
porte-parole de leur société et de leur temps.
    Les récits d’aventures spatiales se sont développés quand il
est devenu extrêmement difficile de faire avaler au lecteur de plus de douze
ans la découverte de mondes oubliés, de cités perdues et autres terres creuses
à la Edgar Rice Burroughs. Dans une certaine mesure, le space opera, ses
empires, ses princesses et ses batailles de titans sur fond d’étoiles est venu
remplacer le récit d’aventures baroque, romantique et surtout exotique que l’on
pouvait écrire du temps où l’Angleterre et la France étaient encore des
puissances coloniales, et les États-Unis un territoire susceptible de s’étendre
indéfiniment. Pour faire vite, Planète interdite a remplacé Tarzan et
les Martiens ont pendant longtemps joué le rôle des Peaux-Rouges.
    Le temps a passé, le programme spatial a pris un coup de
vieux avec la fin de la guerre froide, et il n’est définitivement plus ce qu’il
était depuis la chute du Mur. Déjà, au milieu des années soixante – à la
fin de la décolonisation – J.G. Ballard en décrivait l’agonie. Mais il n’y
a qu’un seul Ballard. Que fait-on si l’on aime raconter des histoires pleines
d’aventures et de héros, explorer de nouveaux mondes et retrouver, pour
soi-même et pour les lecteurs, le fameux sense of wonder sans qui la
science-fiction ne serait pas ce qu’elle est ?
    La situation est d’autant plus ennuyeuse que les lecteurs ne
se soucient pas tant que ça d’extrapolation rationnelle et sont toujours
partants pour l’aventure – les nombreuses rééditions d’Edmond Hamilton,
Jack Williamson ou Jack Vance en témoignent. Les foules sentimentales ont soif
d’idéal et de romance galactique, mais l’on sait désormais qu’il n’y a pas de
canaux sur Mars et que les difficultés de l’époque

Lire des autres livres

The A B C Murders
Poirot, however, merely bowed his head gravely. “A la bonne heure,” he said. “You are intelligent, mademoiselle.” Megan Barnard said, still in the same detached tone: “I was extremely fond of Betty. But my fondness didn't blind me from seeing exactly the kind of silly little fool she was - and eve... Puis...
– Maintenant, on veut aller sans nous, une bêtise ! reprit après une pause ce petit homme devenu si terrible en un moment. A la préfecture, depuis 1830, ils veulent d'honnêtes gens, j'ai donné ma démission, et je me suis fait un petit tran-tran avec les arrestations pour dettes… – C... Puis...
Blue Star Rapture
took all his dirty laundry and dumped it in a pile next to the washing machine. He was so tired he thought briefly about asking his mother to do the laundry for him, but even quicker did he realize what her answer would likely be: Why would I do that? Is your arm broken? Upstairs, it was hot. He ope... Puis...
Je ne puis dire comment je vins à ramer sur les galères du roi, car il y a trop de honte. Mais qu’on choisisse parmi les cinq manières de gens qui écrivent sur l’eau avec des plumes de quinze pieds, Turcs, protestants, faux-saulniers, déserteurs et voleurs : et que chacun prenne le pire ; j’ai peut-... Puis...
Tides of Blood and Steel
© 2014 by Christian Warren Freed. All rights reserved. No part of this book may be reproduced, stored in a retrieval system in any form or by any means without the prior written permission of the publisher. All characters in this book are fictitious, and any resemblance to real persons, living or... Puis...