Désirs inavouables: roman

Lire ebook Désirs inavouables: roman
Désirs inavouables: roman
salle. A l'extrémité du bar, o˘ la serveuse comptait ses pourboires, il commanda une cafetière et deux tasses, qu'il paya avec un billet de dix dollars.
    - Gardez tout, dit-il en remettant le reste de la liasse dans sa poche. J'attends quelqu'un. Veillez à ce que nous ne soyons pas dérangés.
    C'était beaucoup d'argent pour deux cafés et la serveuse regarda le billet, puis le client. Elle l'avait déjà vu. Il était passé deux fois au bar la veille, pour boire une bière, repartir et revenir quelques heures plus tard, mais il n'était pas du coin. " Tu ferais bien d'avoir l'úil sur ce type-là, avait-elle dit à Charlie le barman. Il doit mijoter quelque mauvais coup. " Sa figure avait quelque chose de bizarre et ses yeux un regard un peu halluciné, vide, comme les yeux d'un mort. " Il me donne la chair de poule ", avait-elle ajouté.
    Elle mit l'argent dans la poche de son tablier et alla à la cuisine, dans le fond ; Beecham se faufila entre les tables et en choisit une dans un coin, face à la porte. Dès qu'il fut assis sur la banquette, il posa son journal à côté de lui, contre sa hanche, le déplia et en retira un .38 Spécial à
    canon court. Prenant un silencieux dans sa poche de pantalon, il le fixa au canon d'un habile jeu de doigts ; puis il posa le .38 contre sa cuisse droite, à portée immédiate de sa main.
    Il se secoua un peu pour décrisper ses épaules, s'efforça de se détendre et s'adossa à la banquette, les yeux fixés sur la porte. La salle faisait l'effet d'un long tunnel. A l'autre bout du bar obscur, il y avait la grande vitrine éclaboussée de soleil. Dehors, le long du trottoir, les feuilles sèches des palmiers nains pendaient, immobiles dans la chaleur, et de l'autre côté de la rue, au-delà des rochers de la place, le Pacifique ressemblait à du métal guilloché.
    La serveuse lui apporta sa commande sur un plateau tapissé de liège, deux tasses avec des soucoupes blanches, une cafetière chromée, un petit pot à lait et une saupou-dreuse de sucre. En disposant les tasses et les soucoupes sur la table, elle voulut demander s'il désirait autre chose, mais il lui saisit le poignet d'une main dure et froide comme du fer.
    - Laissez, c'est tout, dit-il.
    Elle eut l'impression que quelque chose de mécanique s'était refermé sur son bras et elle recula en rougissant pour retourner à son poste derrière le bar. Beecham ne fit aucun mouvement pour se servir du café et continua de regarder le devant de la salle à travers ses lunettes.
    Derrière lui, dans le couloir des toilettes et du taxiphone, un autre homme les observait. La serveuse le remarqua mais continua de laver des chopes de bière. On dirait qu'il est entré ici par erreur, pensait-elle; il ne semble pas à sa place dans ce quartier perdu. Le fond de la salle étant obscur, sa figure bronzée se perdait dans l'ombre et pourtant il lui paraissait élégant et bel homme. Grand, la quarantaine, en léger imperméable d'été déboutonné

Lire des autres livres

Don't Look Back
Chilton?" Tobias turned a page of the morning newspaper he had brought with him. "They are excellent.""I'll bring some out, sir." Mrs. Chilton chuckled as she backed through the door that led to the kitchen."And another currant biscuit would go very nicely with the eggs," he added. "You do have a wa... Puis...
The Witling
Except for an army escort boat, which had arrived minutes before, the lake was free of traffic. All along the water’s edge, the season’s first ice had been chipped away and the stonework polished. Many ninedays before, the prefect had imported an ornamental jade garden and “planted” it along the wha... Puis...
Le fléau
Une plaque rappelait que ce monument était érigé à la mémoire des fils du comté MORTS POUR LA PATRIE. Nick Andros et Tom Cullen étaient assis à l’ombre du soldat. Ils étaient en train de manger du jambon en boîte, du poulet en boîte et des chips. Deux sparadraps dessinaient une croix sur le front de... Puis...
Un lever de ténèbres
Aucun emblème ne décorait celle-ci, bien entendu. Si chaleureux que fussent leurs sourires, les nobles de Tear accordaient leur aide aux Aes Sedai parce qu’ils ne pouvaient pas faire autrement et ils prenaient toutes les précautions pour que leur nom ou celui de leur maison ne soient pas associés à... Puis...
La cité des mensonges
Il ne portait pas de perruque, arborant sa chevelure naturelle – des cheveux drus, taillés en brosse. Sa tête semblait posée tel un monolithe sur ses épaules, voûtées mais dotées d’une musculature puissante où le cou disparaissait, comme enfoncé dans le torse large et court. Impassible, il se tenait... Puis...