Descartes-Passions

Lire ebook Descartes-Passions
Auteur: renee descartes

Descartes-Passions
Descartes
    Les Passions de l’âme
    Premiére partie
    Des passions en général, et par occasion de toute la nature de l’homme (AT, XI, 327) Art. 1. que ce qui est passion au regard d’un sujet est toujours action à quelque autre égard.
    Il n’y a rien en quoi paraisse mieux combien les sciences que nous avons des anciens sont défectueuses qu’en ce qu’ils ont écrit des passions. Car, bien que ce soit une matiére dont la connaissance a toujours été fort recherchée, et qu’elle ne semble pas être des plus difficiles, à
    cause que chacun les sentant en soi-même on n’a point besoin d’emprunter d’ailleurs aucune observation pour en découvrir la nature, toutefois ce que les anciens en ont enseigné est si peu de chose, et pour la plupart si peu croyable, que je ne puis avoir (328) aucune espérance d’approcher de la vérité qu’en m’éloignant des chemins qu’ils ont suivis. C’est pourquoi je serai obligé d’écrire ici en même façon que si je traitais d’une matiére que jamais personne avant moi n’eût touchée. Et pour commencer, je considére que tout ce qui se fait ou qui arrive de nouveau est généralement appelé par les philosophes une passion au regard du sujet auquel il arrive, et une action au regard de celui qui fait qu’il arrive. En sorte que, bien que l’agent et le patient soient souvent fort différents, l’action et la passion ne laissent pas d’être toujours une même chose qui a ces deux noms, à raison des deux divers sujets auxquels on la peut rapporter.
    Art. 2. que pour connaître les passions de l’âme il faut distinguer ses fonctions d’avec celles du corps.
    Puis aussi je considére que nous ne remarquons point qu’il y ait aucun sujet qui agisse plus immédiatement contre notre âme que le corps auquel elle est jointe, et que par conséquent nous devons penser que ce qui est en elle une passion est communément en lui une action ; en sorte qu’il n’y a point de meilleur chemin pour venir à la connaissance de nos passions que d’examiner la différence qui est entre l’âme et le corps, afin de connaître auquel des deux on doit attribuer chacune des fonctions qui sont en nous. (329)
    Art. 3. quelle régle on doit suivre pour cet effet.
    A quoi on ne trouvera pas grande difficulté si on prend garde que tout ce que nous expérimentons être en nous, et que nous voyons aussi pouvoir être en des corps tout à fait inanimés, ne doit être attribué qu’à notre corps ; et, au contraire, que tout ce qui est en nous, et que nous ne concevons en aucune façon pouvoir appartenir à un corps, doit être attribué à notre âme.
    Art. 4. que la chaleur et le mouvement des membres procédent du corps, et les pensées de l’âme.

    Ainsi, à cause que nous ne concevons point que le corps pense en aucune façon, nous avons raison de croire que toutes sortes de pensées qui sont en nous appartiennent à l’âme. Et à cause que nous ne doutons point qu’il y ait des corps

Lire des autres livres

Le tumulte des flots
L’eau reflétait la couleur blanche du ciel de l’aube légèrement couvert. Il fallait environ une heure pour arriver au lieu de pêche. Shinji portait un tablier de caoutchouc noir qui partait de la poitrine de sa veste et descendait jusqu’au haut de ses bottes de caoutchouc montant jusqu’aux genoux&n... Puis...
« Comment es-tu sorti de si bonne heure sans me prévenir ? – Tu dormais, je n’ai pas voulu te réveiller ! – Comme tu es pâle ! Tu es encore souffrant !… Didier ! Didier ! Tu me caches quelque chose !… Tu as reçu une mauvaise nouvelle&nb... Puis...
Je trouvai là une cinquantaine de méchants drôles, montagnards joufflus de douze à quatorze ans, fils de métayers enrichis, que leurs parents envoyaient au collège pour en faire de petits bourgeois, à raison de cent vingt francs par trimestre. Grossiers, insolents, orgueilleux, parlant entre eux un... Puis...
Les Tommyknockers
Modifications   1 Il déposa Bobbi sur le divan et courut au téléphone. Il prit le combiné, prêt à composer le 0 pour que l’opératrice lui indique le numéro du service de secours le plus proche. Il fallait que l’on conduise Bobbi à l’hôpital de Derry, et tout de suite. Gardener se disait qu’elle avai... Puis...
Et tout à coup, c’est de la lumière à flots, dont leurs yeux s’éblouissent. Dehors, le printemps resplendit. Jamais encore ils n’avaient vu, surplombant leur tête, des cimes tellement hautes et proches. Mais le long des pentes feuillues, le long des montagnes garnies d’arbres, le soleil descend pour... Puis...