Démences

Lire ebook Démences
Démences
CHAPITRE PREMIER
     
    Il quitta la route des yeux un instant seulement, tendant la main vers la boîte à gants pour prendre sa cassette de Santana, lorsque quelque chose d’imprécis et de blanc grisâtre comme un enfant courbé et portant un imperméable traversa brusquement la chaussée juste devant lui.
    Il cria : «  Ah !  » et écrasa la pédale de frein… son pied glissa... il freina à nouveau. La station-wagon (voiture fourgonnette, à arrière vitrée; break) dérapa et fit un tête à queue sur le macadam glissant, dans un crissement de pneus. Puis elle continua de déraper vers l’accotement feuillu, eut un soubresaut et heurta bruyamment le tronc d’un chêne.
    Jack coupa le moteur et resta sur son siège, tout tremblant. Seigneur Dieu ! Dieu tout-puissant ! La bruine commença à piqueter le pare-brise. Il roulait vite, d’accord, faisant du quatre-vingts, ou du quatre-vingt-dix et abordant un virage en côte. Mais la visibilité n’avait pas été aussi mauvaise ; et il avait regardé de côté juste une fraction de seconde. Il ne comprenait pas comment diable il avait fait pour ne pas voir un enfant s’élançant depuis le bas-côté de la route.
    — Seigneur Dieu, répéta-t-il à haute voix.
    Sa voix semblait terne et peu convaincante. Il tremblait toujours, de façon irrépressible.
    Il inspira profondément, détacha sa ceinture de sécurité et descendit de sa voiture. A présent elle était tournée du côté où il était venu, le côté gauche du train arrière encastré dans l’arbre. La route et les bois environnants étaient étrangement silencieux après le grondement du moteur. Rien à part le ruissellement de la pluie sur les arbres en surplomb, et le pee-oo, pee-oo intermittent d’un gobe-mouches dans le lointain.
    Des bois, des bois et encore des bois. Le père de sa mère avait toujours détesté le Wisconsin, à cause des arbres. Le père de sa mère avait été fermier, et pour lui des arbres signifiaient des souches. « Tous ces satanés arbres », avait-il coutume de se plaindre, même après avoir pris sa retraite.
    Jack renifla, frissonna et jeta un regard à la ronde. Aucun enfant ne gisait sur la chaussée, Dieu merci, et aucun signe de quiconque sur le bas-côté proche. Pas d’imperméable gris-blanc maculé de sang. Pas de sneakers tordus.
    Remontant le col de sa veste sport, il revint vers la route, s’avançant prudemment sur l’étendue boueuse creusée d’ornières, essayant de ne pas abîmer ses mocassins havane neufs. Les traces de pneus repoussaient la pluie tombant doucement, aussi pouvait-il voir distinctement l’endroit où il avait freiné brutalement, et l’endroit où il avait commencé à déraper. Quatre motifs en forme de huit s’entrecroisant et se découpant leur chemin sur le macadam. Il s’accroupit pour les examiner de plus près. Rien ne laissait supposer qu’il avait peut-être heurté quelqu’un.
    Il ne pensait pas avoir heurté quelqu’un. Il ne

Lire des autres livres

Echoes of the Heart: Poems
            The urgency in his groin never left him.  Maybe he would go seek Angie.  His thoughts drifted to his life as a loner.  Didn’t he really like it that way?  Only trouble came from getting too close to women.  No, he must have Raeden.  Damn it, I am such an ass.             Cash paced Rabbi... Puis...
LES DÉBUTS DE LA FORGERONNE
Le moment est venu où il va reprendre sa place dans ce récit. Il nous faut donc remonter de quelques mois en arrière. Il vient de fermer la porte avec soin. Il a marché, et chacun se détourne à sa vue. Il va trouver le menuisier et lui commande le cercueil. Il passe devant l’église sans se signer. I... Puis...
L’origine de nos principales rues, telles que les rues Notre-Dame, Saint-Laurent, Saint-Joseph, Saint-Antoine, Saint-Paul et autres remonte à une époque reculée dans le dernier siècle. 1 En feuilletant les archives municipales à l’Hôtel de Ville nous trouvons des renseignements intéressants au sujet... Puis...
Le vaisseau magique
Par le petit hublot de sa cabine, Althéa regardait Terrilville approcher ; les mâts nus des caravelles et des caraques se dressaient au-dessus des quais qui bordaient la paisible baie ; des embarcations de moindre taille faisaient activement la navette entre les navires à l’ancre et la terre. A la m... Puis...
Le complot des Matarèse
Une datcha accueillant ses hôtes en toute saison - au printemps et en été, les berges du lac de montagne offraient au regard un festival de couleurs et de fleurs des champs; à l'automne et l'hiver, c'était un paradis pour les chasseurs. Depuis l'effondrement du Presidium, la maison était tombée dans... Puis...