David Copperfield - Tome II

Lire ebook David Copperfield - Tome II
Auteur: Charles Dickens
Chapitre 1 Une perte plus grave.
    J e n’eus pas de peine à céder aux prières de Peggotty, qui me demanda de rester à Yarmouth jusqu’à ce que les restes du pauvre voiturier eussent fait, pour la dernière fois, le voyage de Blunderstone. Elle avait acheté depuis longtemps, sur ses économies, un petit coin de terre dans notre vieux cimetière, près du tombeau de « sa chérie, » comme elle appelait toujours ma mère, et c’était là que devait reposer le corps de son mari.
    Quand j’y pense à présent, je sens que je ne pouvais pas être plus heureux que je l’étais véritablement alors de tenir compagnie à Peggotty, et de faire pour elle le peu que je pouvais faire. Mais je crains bien d’avoir éprouvé une satisfaction plus grande encore, satisfaction personnelle et professionnelle, à examiner le testament de M. Barkis et à en apprécier le contenu.
    Je revendique l’honneur d’avoir suggéré l’idée que le testament devait se trouver dans le coffre. Après quelques recherches, on l’y découvrit, en effet, au fond d’un sac à picotin, en compagnie d’un peu de foin, d’une vieille montre d’or avec une chaîne et des breloques, que M. Barkis avait portée le jour de son mariage, et qu’on n’avait jamais vue ni avant ni après ; puis d’un bourre-pipe en argent, figurant une jambe ; plus d’un citron en carton, rempli de petites tasses et de petites soucoupes, que M. Barkis avait ; je suppose, acheté quand j’étais enfant, pour m’en faire présent, sans avoir le courage de s’en défaire ensuite ; enfin, nous trouvâmes quatre-vingt sept pièces d’or en guinées et en demi-guinées, cent dix livres sterling en billets de banque tout neufs, des actions sur la banque d’Angleterre, un vieux fer à cheval, un mauvais shilling, un morceau de camphre et une coquille d’huître. Comme ce dernier objet avait été évidemment frotté, et que la nacre de l’intérieur déployait les couleurs du prisme, je serais assez porté à croire que M. Barkis s’était fait une idée confuse qu’on pouvait y trouver des perles, mais sans avoir pu jamais en venir à ses fins.
    Depuis bien des années, M. Barkis avait toujours porté ce coffre avec lui dans tous ses voyages, et, pour mieux tromper l’espion, s’était imaginé d’écrire avec le plus grand soin sur le couvercle, en caractères devenus presque illisibles à la longue, l’adresse de « M. Blackboy, bureau restant, jusqu’à ce qu’il soit réclamé. »
    Je reconnus bientôt qu’il n’avait pas perdu ses peines en économisant depuis tant d’années. Sa fortune, en argent, n’allait pas loin de trois mille livres sterling. Il léguait là-dessus l’usufruit du tiers à M. Peggotty, sa vie durant ; à sa mort, le capital devait être distribué par portions égales entre Peggotty, la petite Emilie et moi, à icelui, icelle ou iceux d’entre nous qui serait survivant. Il laissait à Peggotty tout ce qu’il possédait du

Lire des autres livres

Le Dernier Détective
— Écoutez, Cole, on n'est pas là pour palabrer. Vous êtes d'accord pour y aller, ou vous préférez perdre du temps ? Bien sûr que je suis d'accord. Elle se tourna vers Chen. — Si vous en parlez à qui que ce soit, je vous botte le train. Nous laissâmes Chen contacter la SID pour obtenir le renfort... Puis...
Le Sourire noir
Elle avait mis une vieille casquette des Lakers et des lunettes noires. Elle tenait une carte militaire entre les mains. — Le plus exotique, annonça-t-elle, c’est la vallée de Bumpass, avec ses sources de boue brûlante. Vous voulez y jeter un coup d’œil ? Ils se mirent en marche. David réalisa qu’il... Puis...
Une danse aux abattoirs
Ils l’ont ligoté, lui ont un peu cogné dessus pour que ça fasse vrai et ils ont planté le décor pour simuler un cambriolage bâclé. Ils sont partis et sont rentrés chez eux et, une heure après ou quelque chose comme ça, Thurman a téléphoné à la police. Son histoire était fin prête. Il avait eu tout l... Puis...
Sa décision était prise sur ce sujet et définitivement. « Ce mariage n’aura pas lieu tant que je serai vivant ; au diable ce monsieur Loujine ! »« La chose est claire, marmottait-il en ricanant et en triomphant d’avance avec méchanceté, comme s’il avait été sûr de réussir. Non, maman, non, Dounia, v... Puis...
Trading Secrets
Sabrina Chase considered the man seated beside her. "Was that question directed at me or the universe at large?" "I learned a long time ago that one seldom gets answers from the universe at large. The question was directed at you." "Oh hell," she murmured in disgust. "Four, maybe five available men... Puis...