Danger De Mort

Lire ebook Danger De Mort
Auteur: Ruth Rendell

Danger De Mort
avions grandi. Ou peut-être, pour reprendre la formule de nos parents, nous nous étions mutuellement dépravés. Nos parents ont opéré un retour très rapide - dans les deux sens du terme. Nous étions pardonnés et recevions leur visite, de temps à autre. J'ai achevé mes études cet été-là, je suis allée travailler pour une entreprise d'ingénierie électrique jouissant d'une bonne réputation, et je prévoyais de créer ma propre entreprise. quand je lui ai certifié que je me montrerais stoÔque et que j'apprendrais à supporter son absence du pays durant plusieurs mois d'affilée s'il le fallait, Silver a changé de métier et a intégré Famaid.
    Et nous n'arrêtions pas de chercher Wim.
    L'ennui, c'est que nous ne savions guère par o˘ commencer.
    ¿ cette époque, on ne comptait plus les " et si seulement ".
    Si seulement nous avions trouvé o˘ se situait cette " chambre au sud-ouest de Londres mais au nord de la rivière ", dans quel bar à sandwiches il travaillait, ou même le nom de famille de sa mère ou de ses autres parents.
    Si seulement nous le lui avions demandé quand il nous avait raconté son histoire. Parfois, nous caressions le fantasme de retourner sur les toits et nous rêvions de le rencontrer là-haut, escaladant les hauteurs, toute son agilité et sa gr‚ce ancienne retrouvées. Mais nous en avions fini avec les toits, ils recelaient des souvenirs malheureux qui les g‚chaient à nos yeux. Nous regardions moins en l'air qu'autrefois, et nous avions tourné le dos à Maida Vale. C'est pourquoi, à notre mariage, nous avons choisi Highgate.
    Nous nous rappelions trop bien les derniers mots de Wim quand il avait menacé de se tuer. Mais l'état de sa jambe avait pu s'améliorer, elle avait pu complètement guérir, recouvrer sa force et sa souplesse. Liv (ou du moins c'était ce que nous croyions alors) avait pu le retrouver, ou inversement. Silver s'était lancé à la recherche des Smith ou des Van de Smith dans les listes électorales de Londres, mais les premiers étaient légion et les autres n'existaient pas.
    Nous nous répétions qu'un jour nous le retrouverions. Nous refusions de le croire mort. qui sait, s'il voit mes encarts publicitaires ou s'il lit le nom de Silver dans un article sur Famaid, si ce n'est pas lui qui nous retrouvera? Toutefois, quand le taxi de Silver va arriver, d'une minute à
    l'autre maintenant, et quand l'ascenseur va me l'amener, je n'aurai pas de nouvelles de Wim pour Silver.
    ¿ la minute présente, je regarde en bas, du haut de mon jardin sur les toits. Le taxi vient de s'engager dans la rue.
    Avant de payer le chauffeur ou de sortir ses bagages, il lève les yeux droit dans le soleil et me fait signe. Et je lui fais signe en retour, et je cours lui ouvrir la porte.
    FIN

Lire des autres livres

Lune Froide
" Aujourd'hui, au boulot, les gars parlaient des surnoms qu'on donne à Los Angeles, qui en a plus que n'importe quelle autre ville des Etats-Unis. Pour New York, c'est la Grosse Pomme, et c'est tout. Mais L.A. a un tas d'autres noms, et aucun ne lui convient plus, désormais. Par exemple, la Grosse O... Puis...
Le soleil sortait étincelant de l’horizon, et couvrait de lames d’or les plaines d’euphorbes et d’aloès qui entourent la ville de Calcutta ; des myriades d’oiseaux couleur de rubis chantaient dans les bouquets de bananiers ; toute la nature enfin semblait s’éveiller amoureuse sous les fraî... Puis...
L'Esprit du Chaos
J.-C. L’homme connu sous le nom d’Aristote se trouvait assis, seul, dans le jardin désert de l’école. Le regard tourné vers le nord, il contemplait les nuages noirs perchés au-dessus des monts Bora. Une brise fraîche le fit frissonner et il resserra les pans de sa cape de laine grise autour de lui.... Puis...
La Thébaïde ou Les Frères ennemis
Nous verrons ce qu’il veut ; mais je répondrais bien Que par cette entrevue on n’avancera rien. Je connais Polynice et son humeur altière : Je sais bien que sa haine est encor toute entière, Je ne crois pas qu’on puisse en arrêter le cours, Et pour moi, je sens bien que je le hais toujours.   Créon... Puis...
A Shard of Sun
Shard had told her his tale, and she appeared unsurprised by any of it. “Why are all the other dragons repulsed by gryfons, without even knowing me?” “Ah, well it has to do with Kajar,” she said dryly, looking away toward a distant end of the cavern. “And the Great Betrayal.” “I’ve heard two version... Puis...