Contes à mes petites amies

Lire ebook Contes à mes petites amies
Chapitre  1
Le père Daniel
    C ’est une grande erreur et souvent une grand injustice, que de juger des personnes qu’on rencontre dans le monde d’après leur extérieur. L’être le plus obscur, le plus disgracié de la nature, cache quelquefois, sous des vêtements grossiers et des difformités ridicules, les qualités les plus rares, que ne possèdent pas ceux-là mêmes qui l’accablent de leurs mépris.
    Amélie Dorval habitait, une grande partie de l’année, la jolie terre de la Plaine, située à une lieue et demie de la ville de Tours, sur les délicieux bords de la Loire. Fille unique de la plus tendre mère occupée constamment à diriger son éducation, elle en avait déjà la grâce, l’aménité. Elle était bonne, affable pour tout le monde. Jamais elle ne dédaignait le pauvre qui venait réclamer assistance, ni aucun des gens attachés à son service. On la voyait jouer avec les enfants des jardiniers, avec les petits voisins fils d’agriculteurs ou d’honnêtes ouvriers, sans jamais leur faire sentir qu’ils étaient d’une classe inférieure à la sienne. Elle avait appris de son excellente mère que Dieu dispense, à son gré, les faveurs du rang et de la fortune, et que, tous égaux aux yeux du Créateur, nous ne nous faisons estimer et chérir que par l’élévation de notre âme et la délicatesse de nos sentiments.
    Aussi la jeune Amélie était-elle aimée, considérée de tout le petit peuple qui l’entourait, et pour lequel on la voyait toujours être la même. C’était à qui lui offrirait les meilleurs fruits des vergers, les plus belles fleurs des jardins. Découvrait-on dans le parc un nid de chardonnerets, de linottes, de tourterelles, aussitôt il lui était indiqué. Parvenait-on, en fauchant les fertiles prairies qu’arrose la Loire, à prendre des cailles, de petits lapins, déjà vigoureux à la course, tout était offert à la bonne Amélie. Elle avait formé une espèce de ménagerie de tous les dons qu’elle avait reçus.
    Parmi les personnes attachées au service de madame Dorval était un pauvre vieillard infirme appelé Daniel . À force de bêcher la terre depuis quatre-vingts ans, il avait le dos voûté   ; sa tête, où il ne restait plus que quelques cheveux blancs échappés à l’ardeur du soleil, était penchée vers ses pieds couverts de durillons, qui ralentissaient encore sa marche vacillante. Ses pauvres jambes, affaiblies par la fatigue et par l’âge, supportaient, non sans effort, son corps décharné, et ses mains tremblantes soutenaient à peine le bâton noueux sur lequel il s’appuyait. Toutefois il n’avait aucune autre infirmité. On le rencontrait toujours gai, travaillant autant que ses forces pouvaient le permettre, et chevrotant la vieille chanson du pays.
    Trop fier, quoique pauvre, pour être à charge à ses maîtres, il savait encore se rendre utile, soit en arrachant les herbes parasites qui croissaient dans le parterre, soit en ratissant les

Lire des autres livres

Lost Girl: Part 2
She’s playing with Herbert like nothing had happened at her mom’s earlier today. She looked up at us when we got in, a little tense at first, but then she went straight back to Herbert. I give her a leaf of lettuce from the fridge to feed to the rabbit while I set the table for lunch, we still have... Puis...
Le Cercle du Phénix
Grelottante et hébétée, la foule se dispersait à présent, grappes sombres dans les allées humides et boueuses. Le col de leur manteau relevé, Julian et Jeremy se dirigeaient à pas lents vers le portail de fer forgé. Derrière eux, Nicholas donnait le bras à une Megan pantelante toute de noir vêtue qu... Puis...
Patrouille galactique
quelque distance de la galaxie et cependant rattachée à elle par les liens souples mais irréfragables de la gravitation, la petite et confortable planète qui était la base d’Helmuth, tournait autour de son soleil natal. Cette planète avait été choisie avec le plus grand soin et son emplacement était... Puis...
La gigue du pendu
J’irai à l’Aquarium. Un havre de sécurité. Du baume au cœur, dirait Titus Strong. Une tasse de thé derrière le paravent. Un peu de temps pour réfléchir : le juge ou la police ? Tandis que je me dirige vers elle à grands pas, j’essaie de me représenter ma loge, son calme tiède. Dans ma tête, je com... Puis...
La Femme disparue
fit le magistrat en affectant un air bourru. – Excusez-moi, répondit le survenant avec un affable sourire. J’ai l’honneur, je crois bien, de parler à monsieur le juge d’instruction Dubard… – Après vous être introduit ici sans autorisation… – Je le reconnais, monsieur le juge. J’ai cédé à ma nature,... Puis...