Claude Gueux

Lire ebook Claude Gueux
Auteur: Victor Hugo
CLAUDE GUEUX
    I l y a sept ou huit ans, un homme nommé Claude Gueux, pauvre ouvrier, vivait à Paris. Il avait avec lui une fille qui était sa maîtresse, et un enfant de cette fille. Je dis les choses comme elles sont, laissant le lecteur ramasser les moralités à mesure que les faits les sèment sur leur chemin. L’ouvrier était capable, habile, intelligent, fort maltraité par l’éducation, fort bien traité par la nature, ne sachant pas lire et sachant penser. Un hiver, l’ouvrage manqua. Pas de feu ni de pain dans le galetas. L’homme, la fille et l’enfant eurent froid et faim. L’homme vola. Je ne sais ce qu’il vola, je ne sais où il vola. Ce que je sais, c’est que de ce vol il résulta trois jours de pain et de feu pour la femme et pour l’enfant, et cinq ans de prison pour l’homme.
    L’homme fut envoyé faire son temps à la maison centrale de Clairvaux. Clairvaux, abbaye dont on a fait une bastille, cellule dont on a fait un cabanon, autel dont on a fait un pilori. Quand nous parlons de progrès, c’est ainsi que certaines gens le comprennent et l’exécutent. Voilà la chose qu’ils mettent sous notre mot.
    Poursuivons.
    Arrivé là, on le mit dans un cachot pour la nuit, et dans un atelier pour le jour. Ce n’est pas l’atelier que je blâme.
    Claude Gueux, honnête ouvrier naguère, voleur désormais, était une figure digne et grave. Il avait le front haut, déjà ridé quoique jeune encore, quelques cheveux gris perdus dans les touffes noires, l’œil doux et fort puissamment enfoncé sous une arcade sourcilière bien modelée, les narines ouvertes, le menton avancé, la lèvre dédaigneuse. C’était une belle tête. On va voir ce que la société en a fait.
    Il avait la parole rare, le geste peu fréquent, quelque chose d’impérieux dans toute sa personne et qui se faisait obéir, l’air pensif, sérieux plutôt que souffrant. Il avait pourtant bien souffert.
    Dans le dépôt où Claude Gueux était enfermé, il y avait un directeur des ateliers, espèce de fonctionnaire propre aux prisons, qui tient tout ensemble du guichetier et du marchand, qui fait en même temps une commande à l’ouvrier et une menace au prisonnier, qui vous met l’outil aux mains et les fers aux pieds. Celui-là était lui-même une variété de l’espèce, un homme bref, tyrannique, obéissant à ses idées, toujours à courte bride sur son autorité   ; d’ailleurs, dans l’occasion, bon compagnon, bon prince, jovial même et raillant avec grâce   ; dur plutôt que ferme   ; ne raisonnant avec personne, pas même avec lui   ; bon père, bon mari sans doute, ce qui est devoir et non vertu   ; en un mot, pas méchant, mauvais. C’était un de ces hommes qui n’ont rien de vibrant ni d’élastique, qui sont composés de molécules inertes, qui ne résonnent au choc d’aucune idée, au contact d’aucun sentiment, qui ont des colères glacées, des haines mornes, des emportements sans émotion, qui prennent feu

Lire des autres livres

Or, il arrivait à Chvéïk de rester des jours entiers sans nouvelles de ce pasteur de brebis militaires. Le feldkurat partageait son temps entre les devoirs de son état et la noce ; il revenait à son domicile sale, non lavé, déconfit comme un chat qui rentre au coin du feu après une excursion no... Puis...
Sac D'Os
demandat-elle, s’adressant de nouveau à moi. On pourrait faire encore un piquenique. - Je ne peux pas aujourd’hui, Ki. J’ai du travail. - Mattie, elle travaille zamais le dimanche. - Vois-tu, quand j’écris un livre, je travaille tous les jours. Je suis obligé, sinon j’oublie mon histoire. Mais on fe... Puis...
Terreur au 3e degré
Ce fut bien après minuit que Cindy regagna ses pénates. Les yeux rougis, le corps engourdi, elle se demandait si elle surmonterait un jour la perte de Jill. Elle savait qu’elle ne réussirait pas à dormir. Le répondeur clignotait. Elle avait été injoignable toute la journée. Il fallait qu’elle consu... Puis...
Le cri de Camaris - La Citadelle Assiègée 2
Le Lac de Verre         Le bruit de leur venue était comme un grand vent, un mugissement de taureaux, un incendie qui se propageait à travers des steppes arides. Bien qu’ils empruntassent des pistes qui n’avaient plus servi depuis des siècles, les chevaux n’hésitaient pas, mais suivaient des brisées... Puis...
Gift of Gold
"You could stop this whole thing." Verity jerked her eyes up in astonishment. "I could stop it? What on earth are you talking about? What could I possibly do to stop her from selling Bloodlust?" "You could take your lover and leave and never come back," Tavi whispered. Verity recoiled from the plea... Puis...