Cantique de Noël

Lire ebook Cantique de Noël
Auteur: Charles Dickens
fusil dont jamais l’acier n’a fait jaillir une étincelle généreuse, secret, renfermé en lui-même et solitaire comme une huître. Le froid qui était au dedans de lui gelait son vieux visage, pinçait son nez pointu, ridait sa joue, rendait sa démarche roide et ses yeux rouges, bleuissait ses lèvres minces et se manifestait au dehors par le son aigre de sa voix. Une gelée blanche recouvrait constamment sa tête, ses sourcils et son menton fin et nerveux. Il portait toujours et partout avec lui sa température au-dessous de zéro ; il glaçait son bureau aux jours caniculaires et ne le dégelait pas d’un degré à Noël.
    La chaleur et le froid extérieurs avaient peu d’influence sur Scrooge. Les ardeurs de l’été ne pouvaient le réchauffer, et l’hiver le plus rigoureux ne parvenait pas à le refroidir. Aucun souffle de vent n’était plus âpre que lui. Jamais neige en tombant n’alla plus droit à son but, jamais pluie battante ne fut plus inexorable. Le mauvais temps ne savait par où trouver prise sur lui ; les plus fortes averses, la neige, la grêle, les giboulées ne pouvaient se vanter d’avoir sur lui qu’un avantage : elles tombaient souvent « 
avec profusion
 ». Scrooge ne connut jamais ce mot.
    Personne ne l’arrêta jamais dans la rue pour lui dire d’un air satisfait : « Mon cher Scrooge, comment vous portez-vous ? quand viendrez-vous me voir ? » Aucun mendiant n’implorait de lui le plus léger secours, aucun enfant ne lui demandait l’heure. On ne vit jamais personne, soit homme, soit femme, prier Scrooge, une seule fois dans toute sa vie, de lui indiquer le chemin de tel ou tel endroit. Les chiens d’aveugles eux-mêmes semblaient le connaître, et, quand ils le voyaient venir, ils entraînaient leurs maîtres sous les portes cochères et dans les ruelles, puis remuaient la queue comme pour dire : « Mon pauvre maître aveugle, mieux vaut pas d’œil du tout qu’un mauvais œil ! »
    Mais qu’importait à Scrooge ? C’était là précisément ce qu’il voulait. Se faire un chemin solitaire le long des grands chemins de la vie fréquentés par la foule, en avertissant les passants par un écriteau qu’ils eussent à se tenir à distance, c’était pour Scrooge du vrai
nanan
, comme disent les petits gourmands.
    Un jour, le meilleur de tous les bons jours de l’année, la veille de Noël, le vieux Scrooge était assis, fort occupé, dans son comptoir. Il faisait un froid vif et perçant, le temps était brumeux ; Scrooge pouvait entendre les gens aller et venir dehors, dans la ruelle, soufflant dans leurs doigts, respirant avec bruit, se frappant la poitrine avec les mains et tapant des pieds sur le trottoir pour les réchauffer. Trois heures seulement venaient de sonner aux horloges de la Cité, et cependant il était déjà presque nuit. Il n’avait pas fait clair de tout le jour, et les lumières qui paraissaient derrière les fenêtres des comptoirs voisins ressemblaient

Lire des autres livres

Le Roi des renards
Kaspar, assis sur une chaise, lisait un message qu’il finit par montrer en souriant. — Nos agents à Poste-de-Micel viennent juste de nous faire parvenir la nouvelle. Contre toute attente, la princesse Svetlana a été emportée par une fièvre brutale qui a arrêté son cœur. Le prince Janosh est fo... Puis...
Francesca, Empoisonneuse à la cour des Borgia
Un coup sec frappé à ma porte, celle-ci qui s’ouvre dans un fracas, puis une lumière au-dessus de moi tandis que je me réveille, la tête embrumée et me demandant bien ce qui se passe. — Vous devez venir tout de suite, signorina, m’annonça une voix familière. — Vittoro… ? — Enfilez ça. Il me tendait... Puis...
La confession impériale
Le pape en avait décidé autrement. — Sire, me dit-il d’une voix grave, nous sommes, vous et moi, dans une ville qui fut dans un lointain passé la capitale des Césars. Le temps est venu d’accéder vous-même à la dignité impériale. Le peuple de cette ville et de toute l’Italie vous porte aux nues. Il f... Puis...
Ne me racontez pas d'histoires
– Je jette un coup d’œil, merci. Que suis-je en train de faire ? se demanda Jess en examinant une paire de chaussures en daim vert de chez Bruno Magli. Qu’est-ce qui m’a pris d’entrer dans cette boutique ? Une nouvelle paire de chaussures était bien la de... Puis...
Emperor of Thorns (The Broken Empire, Book 3)
The great bridge back at Honth had leaped the Rhyme in one breath-taking arc, but Chella liked the Tyrol bridge better. She could imagine it being built, see in her mind’s eye the men who laboured here. ‘How does the river look to you, Chella?’ Jorg watched close for her answer. ‘Brown and churning.... Puis...