CANTIQUE DE NOËL

Lire ebook CANTIQUE DE NOËL
Auteur: Charles Dickens

CANTIQUE DE NOËL
pressait une foule d’hommes et d’enfants déguenillés, se chauffant les mains et clignant les yeux devant la flamme avec un air de ravissement. Le robinet de la fontaine était délaissé et les eaux refoulées qui s’étaient congelées tout autour de lui formaient comme un cadre de glace misanthropique, qui faisait horreur à voir.
    Les lumières brillantes des magasins, où les branches et les baies de houx pétillaient à la chaleur des becs de gaz placés derrière les fenêtres, jetaient sur les visages pâles des passants un reflet rougeâtre. Les boutiques de marchands de volailles et d’épiciers étaient devenues comme un décor splendide, un glorieux spectacle, qui ne permettait pas de croire que la vulgaire pensée de négoce et de trafic eût rien à démêler avec ce luxe inusité. Le lord-maire, dans sa puissante forteresse de Mansion-House, donnait ses ordres à ses cinquante cuisiniers et à ses cinquante sommeliers pour fêter Noël, comme doit le faire la maison d’un lord-maire ; et même le petit tailleur qu’il avait condamné, le lundi précédent, à une amende de cinq schellings pour s’être laissé arrêter dans les rues ivre et faisant un tapage infernal, préparait tout dans son galetas pour le pouding du lendemain, tandis que sa maigre moitié sortait, avec son maigre nourrisson dans les bras, pour aller acheter à la boucherie le morceau de bœuf indispensable.
    Cependant le brouillard redouble, le froid redouble ! un froid vif, âpre, pénétrant. Si le bon saint Dunstan avait seulement pincé le nez du diable avec un temps pareil, au lieu de se servir de ses armes familières, c’est pour le coup que le malin esprit n’aurait pas manqué de pousser des hurlements. Le propriétaire d’un jeune nez, petit, rongé, mâché par le froid affamé, comme les os sont rongés par les chiens, se baissa devant le trou de la serrure de Scrooge pour le régaler d’un chant de Noël ; mais au premier mot de
    Dieu vous aide, mon gai monsieur !
    Que rien ne trouble votre cœur !
    Scrooge saisit sa règle avec un geste si énergique que le chanteur s’enfuit épouvanté, abandonnant le trou de la serrure au brouillard et aux frimas qui semblèrent s’y précipiter vers Scrooge par sympathie.
    Enfin l’heure de fermer le comptoir arriva. Scrooge descendit de son tabouret d’un air bourru, paraissant donner ainsi le signal tacite du départ au commis qui attendait dans la citerne et qui, éteignant aussitôt sa chandelle, mit son chapeau sur sa tête.
    « Vous voudriez avoir toute la journée de demain, je suppose ? dit Scrooge.
    – Si cela vous convenait, monsieur.
    – Cela ne me convient nullement, et ce n’est point juste. Si je vous retenais une demi-couronne pour ce jour-là, vous vous croiriez lésé, j’en suis sûr. »
    Le commis sourit légèrement.
    « Et cependant, dit Scrooge, vous ne me regardez pas comme lésé, moi, si je vous paye une journée pour ne rien faire. »
    Le commis observa

Lire des autres livres

Pickwick d’assister à une élection, et renfermant un manuscrit donné par le vieil ecclésiastique. Une nuit de repos et de tranquillité dans le profond silence de Dingley-Dell, et, le lendemain matin, une heure d’immersion dans l’air frais et parfumé de la campagne, effacèrent complètement, chez M.&... Puis...
La Révolution des Fourmis
UNE BELLE NUIT   103e n’arrive pas à dormir. Encore une insomnie de sexuée, pense-t-elle. Les asexuées ont au moins l’avantage de dormir facilement. Elle lève les antennes, se redresse et distingue une lueur rouge. C’est ça qui l’a réveillée. Ce n’est pas un lever de soleil, le reflet provient de l’... Puis...
Les eaux troubles de Javel
(C’est plein de grilles, dans ce coin-là.) Je m’en fus la récupérer et mis le cap sur le carrefour Convention-Vaugirard. Hélène, ma secrétaire, qui doit fréquenter les bistrots plus qu’elle ne l’avoue, m’avait appris le jour même, alors que je me disposais à répondre à l’appel de la compagne de Dem... Puis...
Projet miracle
Quoique forte, la pluie matinale ne parvient pas à traverser son plumage.Après avoir marché une bonne partie de la nuit, ils arrivent en vue de la clairière qui abrite l’enclos. Celui-ci est entouré d’une grossière palissade d’environ trois mètres de haut qui empêche de voir l’intérieur.« Je trouve... Puis...
L'ours et le dragon  T1
Les dures leçons du métier.         LA piste commençait à l’appartement de Nomuri et, de là, se dirigeait vers un site Web installé à Pékin, en théorie pour la Nippon Electric Company, mais en fait conçu pour la NEC par un citoyen américain qui travaillait pour plusieurs employeurs, l’un d’eux étant... Puis...