CANTIQUE DE NOËL

Lire ebook CANTIQUE DE NOËL
Auteur: Charles Dickens

CANTIQUE DE NOËL
le fussent pas !
    – Le moulin de discipline et la loi des pauvres sont toujours en pleine vigueur, alors ? dit Scrooge.
    – Toujours ; et ils ont fort à faire tous les deux.
    – Oh ! j’avais craint, d’après ce que vous me disiez d’abord, que quelque circonstance imprévue ne fût venue entraver la marche de ces utiles institutions. Je suis vraiment ravi d’apprendre le contraire, dit Scrooge.
    – Persuadés qu’elles ne peuvent guère fournir une satisfaction chrétienne du corps et de l’âme à la multitude, quelques-uns d’entre nous s’efforcent de réunir une petite somme pour acheter aux pauvres un peu de viande et de bière, avec du charbon pour se chauffer. Nous choisissons cette époque, parce que c’est, de toute l’année, le temps où le besoin se fait le plus vivement sentir, et où l’abondance fait le plus de plaisir. Pour combien vous inscrirai-je ?
    – Pour rien ! répondit Scrooge.
    – Vous désirez garder l’anonyme.
    – Je désire qu’on me laisse en repos. Puisque vous me demandez ce que je désire, messieurs, voilà ma réponse. Je ne me réjouis pas moi-même à Noël, et je ne puis fournir aux paresseux les moyens de se réjouir. J’aide à soutenir les établissements dont je vous parlais tout à l’heure ; ils coûtent assez cher : ceux qui ne se trouvent pas bien ailleurs n’ont qu’à y aller.
    – Il y en a beaucoup qui ne le peuvent pas, et beaucoup d’autres qui aimeraient mieux mourir.
    – S’ils aiment mieux mourir, reprit Scrooge, ils feraient très bien de suivre cette idée et de diminuer l’excédent de la population. Au reste, excusez-moi ; je ne connais pas tout ça.
     
    – Mais il vous serait facile de le connaître, observa l’étranger.
    – Ce n’est pas ma besogne, répliqua Scrooge. Un homme a bien assez de faire ses propres affaires, sans se mêler de celles des autres. Les miennes prennent tout mon temps. Bonsoir, messieurs. »
    Voyant clairement qu’il serait inutile de poursuivre leur requête, les deux étrangers se retirèrent. Scrooge se remit au travail, de plus en plus content de lui, et d’une humeur plus enjouée qu’à son ordinaire.
    Cependant le brouillard et l’obscurité s’épaississaient tellement, que l’on voyait des gens courir çà et là par les rues avec des torches allumées, offrant leurs services aux cochers pour marcher devant les chevaux et les guider dans leur chemin. L’antique tour d’une église, dont la vieille cloche renfrognée avait toujours l’air de regarder Scrooge curieusement à son bureau par une fenêtre gothique pratiquée dans le mur, devint invisible et sonna les heures, les demies et les quarts dans les nuages avec des vibrations tremblantes et prolongées, comme si ses dents eussent claqué là-haut dans sa tête gelée. Le froid devint intense dans la rue même. Au coin de la cour, quelques ouvriers, occupés à réparer les conduits du gaz, avaient allumé un énorme brasier, autour duquel se

Lire des autres livres

Burned
Arsehole, Brogeland thinks. What I wouldn’t like to do to you in a soundproof room one day, when the cameras are turned off. Dreams and reality. Two completely different concepts, sadly. The thought grows even more frustrating because Sergeant Sandland is sitting next to him. Brogeland looks at the... Puis...
Ainsi Parlait Zarathoustra
Ô mon âme, je t’ai délivrée de tous les recoins, j’ai éloigné de toi la poussière, les araignées et le demi-jour. Ô mon âme, j’ai lavé de toit toute petite pudeur et la vertu des recoins et je t’ai persuadé d’être nue devant les yeux du soleil. Avec la tempête qui s’appelle « esprit », j’a... Puis...
Return
Her hands were shaking and knots filled her stomach. “Mom … Tommy was asleep in his crib, and she didn’t want to wake him. Still, talking with Luke’s sister had knocked the wind out of her, and she could hardly walk around the apartment looking for her mother. She put the phone down on the kitchen t... Puis...
Le Maître Des Ombres
L’unité continuait à cliqueter, couvrant les bruits de la pluie. Il retourna devant la machine, déchira la page suivante, il la posa près des autres et les examina. Un son analogue à un grattement lui parvint de la fenêtre, lui sembla-t-il. Il releva brusquement la tête, les narines dilatées.... Puis...
PROFESSIONAL KILLERS (True Crime)
Women, rearranging the flowers on the mound of mud, sobbed and placed pieces of coconut and burning incense sticks on it. They whispered about the man they had just buried, Koose Muniswamy Veerappan, known all over India simply as Veerappan. He was a Tamil bandit commonly thought of by the poor peop... Puis...