Barnabé Rudge - Tome II

Lire ebook Barnabé Rudge - Tome II
Auteur: Charles Dickens
Chapitre 1
    L e lendemain matin, le serrurier resta en proie aux mêmes incertitudes, et le surlendemain, et plusieurs jours de suite encore. Souvent, après la chute du jour, il entrait dans la rue et tournait ses regards vers la maison qu'il connaissait si bien ; et il était sûr d'y voir la lumière solitaire briller encore à travers les fentes du volet de la fenêtre, quand tout paraissait au dedans muet, immobile, triste comme un tombeau. Comme il ne voulait pas risquer de perdre la faveur de M. Haredale en désobéissant à ses injonctions précises, il ne s'aventurait jamais à frapper à la porte ou à trahir sa présence ; mais, chaque fois que l'attrait d'un vif intérêt et d’une curiosité non satisfaite le poussait à venir voir de ce côté, et Dieu sait s'il y venait souvent, la lumière était toujours là.
    Quand il aurait su ce qui se passait au dedans, il n'en aurait guère été plus avancé ; ce n'est pas là ce qui lui aurait donné la clef de ces veilles mystérieuses. A la brune, M. Haredale se renfermait chez lui, et au point du jour il sortait. Il ne manquait jamais une seule nuit le même manège. Il entrait et sortait toujours tout seul, sans varier le moins du monde ses habitudes.
    Voici comment il occupait sa veillée. Le soir, il entrait au logis, absolument comme le jour où le serrurier l'avait accompagné. Il allumait une bougie, parcourait l'appartement, l'examinant avec soin et en détail. Cela fait, il retournait dans la chambre du rez-de-chaussée, posait son épée et ses pistolets sur la table, et s'asseyait devant jusqu'au lendemain matin.
    Il avait presque toujours avec lui un livre que souvent il essayait de lire, mais sans pouvoir jamais y fixer les yeux ou sa pensée cinq minutes de suite. Le plus léger bruit au dehors frappait son oreille : il semblait qu'il ne pouvait pas résonner un pas sur le trottoir qui ne lui fit bondir le cœur.
    Il ne passait pas ces longues heures de solitude sans rien prendre. Il portait généralement dans sa poche un sandwich au jambon, avec un petit flacon de vin, dont il se versait quelques gouttes dans une grande quantité d'eau, et il buvait ce sobre breuvage avec une ardeur fiévreuse, comme s'il avait la gorge desséchée ; mais il était rare qu'il prit une miette de pain pour déjeuner.
    S'il était vrai, comme le serrurier, après mûre réflexion, paraissait disposé à le croire, que ce sacrifice volontaire de sommeil et de bien-être dût être attribué à l'attente superstitieuse de l'accomplissement d'une vision ou d'un rêve en rapport avec l'événement qui l'avait occupé tout entier depuis tant d'années ; s'il était vrai qu'il attendit la visite de quelque revenant qui courait les champs à l'heure où les gens sont tranquillement endormis dans leur lit, il ne montrait toujours aucune trace de crainte ou d'hésitation. Ses traits sombres exprimaient une résolution inflexible ; ses sourcils froncés, ses lèvres serrées, annonçaient

Lire des autres livres

The Living Dead
par Various
He's also written three Spider-Man novels and a pop culture book called My Ox is Broken! about the television show The Amazing Race. His short fiction has appeared in such magazines as The Magazine of Fantasy & Science Fiction, Science Fiction Age, Analog, Cemetery Dance, and in a number of anth... Puis...
Vue de près, la situation d'aujourd'hui me présentait des difficultés aussi insurmontables que les précédentes. Cette situation dura un mois, avec de nouvelles aggravations, des traits particuliers, dont le plus saisissant, qui s'accentua de jour en jour, était l'ironie, consciente et légère, de mes... Puis...
Le Faiseur d'Histoire
— Je crève de faim. — Je t’ai promis PJ, alors allons-y. » Je suivis Steve le long du trottoir, du sidewalk, comme vous voudrez, et je regardai autour de moi. « Ici, c’est Nassau, annonça Steve en suivant mon regard. La rue principale de Princeton. Elle porte le nom du prince Guillaume d’Orange-Nass... Puis...
Il Est Plus Tard Que Tu Ne Penses
Déconcertés par cet accusé auquel on n’avait pas retiré sa cravate et qui ne transportait pas avec lui l’odeur de la prison, les gardes paraissaient seulement lui tenir compagnie, plus gênés que lui-même. L’un d’eux, mal rasé, le front bas, avait l’air du véritable accusé. L’autre adressait à Jean d... Puis...
À la recherche du temps perdu XIII
La fugitive @page { margin-bottom: 5.000000pt; margin-top: 5.000000pt; } @font-face { font-family: Courier; panose-1: 2 7 4 9 2 2 5 2 4 4; mso-font-charset: 0; mso-generic-font-family: modern; mso-font-format: other; mso-font-pitch: fixed; mso-font-signature: 3 0 0 0 1 0 } @font-face { font-family:... Puis...