Barnabé Rudge - Tome I

Lire ebook Barnabé Rudge - Tome I
Auteur: Charles Dickens

Barnabé Rudge - Tome I
l'entretien.
    – Mais oui, pas mal comme ça, repartit l'autre. Revenons donc à la jeune dame. Est-ce que M. Haredale a une fille ?
    – Non, non, dit le jeune homme impatienté ; il est célibataire… il est… laissez-nous donc un peu tranquilles, mon brave homme, si c'est possible. Ne voyez-vous pas bien qu'on ne goûte pas trop là-bas votre conversation ? »
    Sans tenir compte de cette remontrance chuchotée, et faisant semblant de ne pas l'entendre, le bourreau poursuivit, de manière à pousser Joe à bout :
    « La belle raison ! Ce n'est pas la première fois que des célibataires ont eu des filles. Comme si elle ne pouvait pas être sa fille sans qu'il fût marié !
    – Je ne sais pas ce que vous voulez dire, » répondit Joe, ajoutant d'un ton plus bas et en se rapprochant de lui : « Ah çà ! vous le faites donc exprès, hein ?
    – Ma foi ! je n'ai pas du tout de mauvaise intention. Je ne vois pas de mal à ça. Je fais quelques questions, ainsi que tout étranger peut le faire naturellement, sur les habitants d'une maison remarquable, dans un pays nouveau pour moi, et vous voilà tout troublé, tout effaré, comme si je conspirais contre le roi Georges !… Ne pouvez-vous pas, monsieur, me donner tout bonnement cette explication ? car enfin, je vous le répète, je suis étranger ; et tout ça, c'est de l'hébreu pour moi. »
    La dernière observation était adressée à la personne qui causait évidemment l'embarras de Joe Willet. Elle s'était levée, mettait son manteau de voyage et se préparait à sortir. Ayant répondu d'une manière brève qu'il ne pouvait pas lui donner de renseignements, le jeune homme fit un signe à Joe, lui tendit une pièce de monnaie pour payer sa dépense, et s'élança dehors, accompagné du jeune Willet lui-même, qui prit une chandelle pour le suivre et l'éclairer jusqu'à la porte.
    Pendant que Joe s'absentait pour s'acquitter de cet office, le vieux Willet et ses trois compagnons continuèrent à fumer avec une extrême gravité, dans un profond silence, ayant chacun leurs yeux fixés sur un chaudron de cuivre qui était pendu à la crémaillère sur le feu. Au bout de quelque temps, John Willet secoua lentement la tête, et là-dessus ses amis secouèrent aussi lentement la tête, mais sans que personne détournât ses yeux du chaudron, et sans rien changer à l'expression solennelle de leur physionomie.
    Enfin Joe rentra, fort causeur et fort conciliant, comme un homme qui s'attend à être grondé et qui voudrait esquiver le coup.
    « Ce que c'est que l'amour ! dit-il en avançant une chaise près du feu et jetant à la ronde un regard qui cherchait la sympathie. Il vient de partir pour Londres, tout du long, rien que ça. Son bidet, qu'il a rendu boiteux à le faire galoper ici cette après-midi, venait à peine de se reposer sur une confortable litière dans notre écurie il n'y a qu'un instant ; et lui-même le voilà qui renonce à un bon souper bien chaud et

Lire des autres livres

LA FANEUSE D’AMOUR
Le chirurgien avait fait garder à Sussel ses vêtements de dessous et du bas afin de mieux maintenir l’appareil sur la blessure. Aucune clameur ne réveillait plus la campagne quiète, et seules, au moment de prendre leur vol, les heures vagabondes interrompaient le silence en battant de leurs ta... Puis...
The Legend of Smuggler's Cave
Jenny never left it unlocked. Hair rising on her neck and arms, Briar Blackwood took a careful step backward on the porch and drew her Glock 27. Not her weapon of choice; her Mossberg 835 shotgun was locked in the cabinet inside the cabin. But the Glock would do. She stayed still for a breathless... Puis...
Stalker's Luck (Solitude Saga Book 1)
the one on the left said. Eddie got the feeling he’d only just started using words like “sir” and hadn’t quite got used to it. “Do you have your token?”Eddie flicked the silver casino chip at him. The man caught it with both hands and examined it. Satisfied, he slipped it into a thin slot above the... Puis...
La Magie de la Peur
Chaque soir, je crois, je résolvais de m’en aller au matin, mais chaque nouvelle journée m’apportait quelque menue tâche que je pensais pouvoir achever avant de reprendre la route, et chacune en entraînait d’autres. Je ne restais qu’à cause de ces travaux quotidiens ; jamais je ne m’autorisais à con... Puis...
Ni vue ni connue
New York. Éditions Albin Michel S.A., 1997, pour la traduction française. A mon mari, John Conheeny et nos enfants Marilyn Clark Warren et Sharon Meier Clark David Clark Carol Higgins Clark Patricia Clark Derenzo et Jerry Derenzo John et Debbie Armbruster Conheeny Barbara Conheeny Patricia Conheeny... Puis...