Aventures de Monsieur Pickwick - Tome II

Lire ebook Aventures de Monsieur Pickwick - Tome II
Auteur: Charles Dickens
les talons de son prédécesseur, tous courant l'un après l'autre avec autant d'ardeur que si le bonheur de toute leur vie avait dépendu de leur vélocité.
    La manière dont M. Pickwick exécutait son rôle dans cette cérémonie, offrait un spectacle du plus haut intérêt. Avec quelle anxiété, avec quelle torture, il s'apercevait que son successeur gagnait sur lui, au risque imminent de le renverser ! Arrivé à la fin de la glissade, avec quelle satisfaction il se relâchait graduellement de la crispation pénible qu'il avait déployée d'abord, et, tournant sur lui-même, dirigeait son visage vers le point d'où il était parti ! Quel jovial sourire se jouait sur ses lèvres quand il avait accompli sa distance, quel empressement pour reprendre son rang et pour courir après son prédécesseur ! Ses guêtres noires trottaient gaiement à travers la neige ; ses yeux rayonnaient de gaieté derrière ses lunettes, et quand il était renversé (ce qui arrivait en moyenne une fois sur trois tours), quel plaisir de lui voir ramasser vivement son chapeau, ses gants, son mouchoir, et reprendre sa place avec une physionomie enflammée, avec une ardeur, un enthousiasme que rien ne pouvait abattre !
    Le jeu s'échauffait de plus en plus ; on glissait de plus en plus vite ; on riait de plus en plus fort, quand un violent craquement se fit entendre. On se précipite vers le bord ; les dames jettent un cri d'horreur ; M. Tupman y répond par un gémissement ; un vaste morceau de glace avait disparu ; l'eau bouillonnait par-dessus ; le chapeau, les gants, le mouchoir de M. Pickwick flottaient sur la surface : c'était tout ce qui restait de ce grand homme.
    La crainte, le désespoir étaient gravés sur tous les visages. Les hommes pâlissaient, les femmes se trouvaient mal ; M. Snodgrass et M. Winkle s'étaient saisis convulsivement par la main, et contemplaient d'un œil effaré la place où avait disparu leur maître ; tandis que M. Tupman, emporté par le désir de secourir efficacement son ami, et de faire connaître, aussi clairement que possible, aux personnes qui pourraient se trouver aux environs, la nature de la catastrophe, courait à travers champs comme un possédé, en criant de toute la force de ses poumons : « Au feu ! au feu ! au feu ! »
    Cependant le vieux Wardle et Sam Weller s'approchaient avec prudence de l'ouverture ; M. Benjamin Allen et M. Bob Sawyer se consultaient sur la convenance qu'il y aurait à saigner généralement toute la compagnie, afin de s'exercer la main, lorsqu'une tête et des épaules sortirent de dessous les flots et offrirent aux regards enchantés des assistants les traits et les lunettes de M. Pickwick.
    « Soutenez-vous sur l'eau un instant, un seul instant, vociféra M. Snodgrass.
    – Oui ! hurla M. Winkle, profondément ému ; je vous en supplie, soutenez-vous sur l'eau, pour l'amour de moi ! »
    Cette adjuration n'était peut-être pas fort nécessaire ; car,

Lire des autres livres

Virgile : oeuvres complètes
Illustre Pollion, soit que tu franchisses déjà les rochers du Timave, soit que tu côtoyes les rivages de la mer Illyrienne, ne viendra-t-il jamais ce jour, où il me sera permis de chanter tes hauts faits ? Me sera-t-il jamais permis de répandre dans le monde entier [10] tes vers, les seuls dignes du... Puis...
Le Frère de Sang
Marcas afficha un large sourire. Le visiteur serra vigoureusement la main d’Antoine et s’assit directement dans le deuxième fauteuil du salon en poussant un soupir de soulagement. — Je suis venu à pied du siège, mine de rien ça fait une trotte. Tu as quelque chose de frais à boire ? Marc... Puis...
Histoire De France 1618-1661 Volume 14
Michelet CHAPITRE XXIII FIN DE LA FRONDE[26]—COMBAT DU FAUBOURG SAINT-ANTOINE 1651 La Fronde est réputée, non sans cause, pour une des périodes les plus amusantes de l'histoire de France, les plus divertissantes, celle où brille d'un inexprimable comique la vivacité légère et spirituelle du caractèr... Puis...
Espace Vital
Pire encore, jamais un extraterrestre ne viendra sur la Terre. Plus jamais, tout au moins. Ce n’est pas simplement du pessimisme. En fait, le voyage dans l’espace est tout à fait possible. Des extraterrestres sont venus nous visiter – et je parle en connaissance de cause. Il y a des astronefs qui si... Puis...
Au second étage, j’attendis, pour heurter à la porte, que l’instrument eût cessé de vibrer. Le désordre de la chambre répondait à l’extérieur singulier du musicien. Schenk venait de coucher sa basse sur le lit. Du papier réglé, des plumes, de l’encre, un diapason, de la colophane, jonchaient le tapi... Puis...