Aventures de Monsieur Pickwick - Tome II

Lire ebook Aventures de Monsieur Pickwick - Tome II
Auteur: Charles Dickens
répondit M. Sawyer, en s'administrant la moitié d'une volaille. Elle est fort musculeuse pour une jambe d'enfant.
    – Vraiment ? dit négligemment M. Allen.
    – Mais oui, répliqua Bob Sawyer, la bouche pleine.
    – Je me suis inscrit pour un bras à notre école, reprit M. Allen. Nous nous cotisons pour un sujet, et la liste est presque pleine ; mais nous ne trouvons pas d'amateur pour la tête. Vous devriez bien la prendre.
    – Merci, repartit Bob Sawyer ; c'est trop de luxe pour moi.
    – Bah ! bah !
    – Impossible ! une cervelle, je ne dis pas… Mais une tête tout entière, c'est au-dessus de mes moyens.
    – Chut ! chut ! messieurs ! s'écria M. Pickwick ; j'entends les dames. »
    M. Pickwick parlait encore lorsque les dames rentrèrent de leur promenade matinale. Elles avaient été galamment escortées par MM. Snodgrass, Winkle et Tupman.
    « Comment, c'est toi, Ben ? dit Arabelle, d'un ton qui exprimait plus de surprise que de plaisir, à la vue de son frère.
    – Je te ramène demain à la maison, Arabelle, répondit Benjamin. »
    M. Winkle devint pâle.
    « Tu ne vois donc pas Bob Sawyer ? » poursuivit l'étudiant, d'un ton de reproche.
    Arabelle tendit gracieusement la main ; et, comme M. Sawyer la serrait d'une manière visible, M. Winkle sentit dans son cœur un frémissement de haine.
    « Mon cher Ben, dit Arabelle en rougissant, as-tu… as-tu été présenté à M. Winkle ?
    – Non, mais ce sera avec plaisir, » répondit son frère gravement ; puis il salua d'un air roide M. Winkle, tandis que celui-ci et M. Bob Sawyer se dévisageaient du coin de l'œil avec une méfiance mutuelle.
    L'arrivée de deux nouveaux visages, et la contrainte qui en résultait pour Arabelle et pour M. Winkle, auraient, suivant toute apparence, modifié d'une manière déplaisante l'entrain de la compagnie, si l'amabilité de M. Pickwick et la bonne humeur de leur hôte ne s'étaient pas déployées au plus haut degré pour le bonheur commun. M. Winkle s'insinua graduellement dans les bonnes grâces de M. Benjamin Allen, et entama même une conversation amicale avec M. Bob Sawyer, qui, grâce à l'eau-de-vie, au déjeuner et à la causerie, se trouvait dans une situation d'esprit des plus facétieuses. Il raconta avec beaucoup de verve comment il avait enlevé une tumeur sur la tête d'un vieux gentleman, illustrant cette agréable anecdote en faisant, avec son couteau, des incisions sur un pain d'une demi-livre, à la grande édification de son auditoire.
    Après le déjeuner, on se rendit à l'église, où M. Benjamin Allen s'endormit profondément, tandis que M. Bob Sawyer détachait ses pensées des choses terrestres par un ingénieux procédé, qui consistait à graver son nom sur le devant de son banc en lettres corpulentes de quatre pouces de hauteur environ.
    Après un goûter substantiel, arrosé de forte bière et de cerises à l'eau-de-vie, le vieux Wardle dit à ses hôtes :
    « Que

Lire des autres livres

The Good Sister: Part Two
Trinity, love,” Ashton whispered. “Wake up, my beautiful wife.” I’d been sleeping like the dead. “Hi,” I said, scrubbing my eyes before looking up into Ashton’s face. “Hello,” he said, kissing my lips. “As much as I would love to stay in bed with you and snuggle, I cannot, my love. I have much to... Puis...
Le fantôme de Canterville
Il se leva et regarda par la fenêtre. Une vague brume de chaleur était suspendue sur la grande ville, et les toits des maisons étaient semblables à de l’argent terni. Dans la verdure du square qui s’étendait à ses pieds, en luisant par intermittence, des enfants couraient çà et là comme des papillon... Puis...
Le Règne de l'esprit malin
Après qu’ils eurent bu, ils voulurent danser ; la salle à boire se trouva trop petite, tellement ils étaient nombreux. Un des garçons, nommé Labre, avait sorti sa musique à bouche, et il y eut bien un petit air de danse ; seulement, quand les couples se mirent à tourner, on vit qu’ils se cognaient a... Puis...
La chambre des officiers
Je veux dire, la tranchée boueuse, l'humidité qui transperce les os, les gros rats noirs en pelage d'hiver qui se faufilent entre des détritus informes, les odeurs mélangées de tabac gris et d'excréments mal enterrés, avec, pour couvrir le tout, un ciel métallique uniforme qui se déverse à intervall... Puis...
Monck Mason, Robert Holland et Charles Green, cités par ailleurs, étaient, eux, d’authentiques aéronautes, rendus célèbres par un voyage en ballon en 1836. [2] M. Ainsworth n’a pas essayé de se rendre compte de ce phénomène, dont l’explication est cependant bien simple. Une ligne abaissée perpendic... Puis...