Aventures de Monsieur Pickwick - Tome II

Lire ebook Aventures de Monsieur Pickwick - Tome II
Auteur: Charles Dickens
s'occupèrent très-assidûment des comestibles, ce qui donna au philosophe la facilité de les examiner.
    M. Benjamin Allen était un jeune homme épais, ramassé, dont les cheveux noirs avaient été taillés trop courts, dont la face blanche était taillée trop longue. Il s'était embelli d'une paire de lunettes, et portait une cravate blanche. Au-dessous de son habit noir, qui était boutonné jusqu'au menton, apparaissait le nombre ordinaire de jambes, revêtues d'un pantalon couleur de poivre, terminé par une paire de bottes imparfaitement cirées. Quoique les manches de son habit fussent courtes, elles ne laissaient voir aucun vestige de manchettes ; et quoique son visage fût assez large pour admettre l'encadrement d'un col de chemise, il n'était orné d'aucun appendice de ce genre. Au total, son costume avait l'air un peu moisi, et il répandait autour de lui une pénétrante odeur de cigares à bon marché.
    M. Bob Sawyer, couvert d'un gras vêtement bleu moitié paletot, moitié redingote, d'un large pantalon écossais, d'un grossier gilet à doubles revers, avait cet air de prétention mal propre, cette tournure fanfaronne, particulière aux jeunes gentlemen qui fument dans la rue durant le jour, y chantent et y crient durant la nuit, appellent les garçons des tavernes par leur nom de baptême, et accomplissent dans la rue divers autres exploits non moins facétieux ; il portait un gros bâton, orné d'une grosse pomme, se gardait de mettre des gants, et ressemblait en somme à un Robinson Crusoé, tombé dans la débauche.
    Telles étaient les deux notabilités auxquelles M. Pickwick fut présenté, dans la matinée du jour de Noël.
    « Superbe matinée, messieurs, » dit-il. M. Bob Sawyer fit un léger signe d'assentiment à cette proposition, et demanda la moutarde à M. Benjamin Allen.
    – Etes-vous venus de loin ce matin, messieurs ? poursuivit M. Pickwick.
    – De l'auberge du
Lion-Bleu
, à Muggleton, répondit brièvement M. Allen.
    – Vous auriez dû arriver hier au soir, continua M. Pickwick.
    – Et c'est ce que nous aurions fait, répliqua Bob Sawyer, mais l'eau-de-vie du
Lion-Bleu
était trop bonne pour la quitter si vite ; pas vrai, Ben ?
    – Certainement, répondit celui-ci, et les cigares n'étaient pas mauvais, ni les côtelettes de porc frais non plus, hein Bob ?
    – Assurément, repartit Bob ; » et les amis intimes recommencèrent plus vigoureusement leur attaque sur le déjeuner, comme si le souvenir du souper de la veille leur avait donné un nouvel appétit.
    « Mastique, Bob, dit Allen à son compagnon, d'un air encourageant.
    – C'est ce que je fais, répondit M. Bob ; et, pour lui rendre justice, il faut convenir qu'il s'en acquittait joliment.
    – Vive la dissection pour donner de l'appétit, reprit M. Bob Sawyer, en regardant autour de la table. »
    M. Pickwick frissonna légèrement.
    « A propos, Bob, dit M. Allen, avez-vous fini cette jambe ?
    – A peu près,

Lire des autres livres

LA FRANCE ET L'EUROPE DE NAPOLÉON
Le Premier consul a été porté à la tête de l'État pour ses qualités militaires. Mais l'opinion fait aussi confiance au général victorieux pour mener à bien la paix. Bonaparte le sait, qui flatte ce sentiment dans les jours qui suivent son arrivée au pouvoir. Il a fort bien perçu que le jeu diplomati... Puis...
Le Journal D'Anne Frank
Vendredi 12 juin, j’étais déjà réveillée à six heures, et c’est bien compréhensible puisque c’était mon anniversaire. Mais à six heures, je n’avais pas le droit de me lever, alors j’ai dû contenir ma curiosité jusqu’à sept heures moins le quart. Là je n’y tenais plus, je suis allée dans la salle à m... Puis...
Le Pourquoi du comment Tome 2
@page { margin-bottom: 5.000000pt; margin-top: 5.000000pt; } Qu’est-ce qu’un trou noir ? Le champ gravitationnel d’un trou noir possède une telle intensité qu’aucun rayonnement ne peut s’extraire de ce mystérieux objet céleste. Par nature, il ne peut donc émettre la moindre information (qu’elle soit... Puis...
One, Two, Buckle My Shoe
The weather was perfect and he retraced his steps of last night. The herbaceous borders were in full beauty and though Poirot himself leaned to a more orderly type of flower arrangement - a neat arrangement of beds of scarlet geraniums such as are seen at Ostend - he nevertheless realized that here... Puis...
Celui dont Pelo Rouan avait aperçu la figure était dans toute la force de la jeunesse, beau visage et merveilleusement tourné. L’autre avait sous son feutre une chevelure grise, et plus de soixante ans sur les épaules. – Qui que vous soyez, dit Simonnet employant la digne formule armoric... Puis...