Aventures de monsieur Pickwick

Lire ebook Aventures de monsieur Pickwick
Auteur: Charles Dickens

Aventures de monsieur Pickwick
glissant sur les talons de son prédécesseur, tous courant l'un après l'autre avec autant d'ardeur que si le bonheur de toute leur vie avait dépendu de leur vélocité.
    La manière dont M. Pickwick exécutait son rôle dans cette cérémonie, offrait un spectacle du plus haut intérêt. Avec quelle anxiété, avec quelle torture, il s'apercevait que son successeur gagnait sur lui, au risque imminent de le renverser ! Arrivé à la fin de la glissade, avec quelle satisfaction il se relâchait graduellement de la crispation pénible qu'il avait déployée d'abord, et, tournant sur lui-même, dirigeait son visage vers le point d'où il était parti ! Quel jovial sourire se jouait sur ses lèvres quand il avait accompli sa distance, quel empressement pour reprendre son rang et pour courir après son prédécesseur ! Ses guêtres noires trottaient gaiement à travers la neige ; ses yeux rayonnaient de gaieté derrière ses lunettes, et quand il était renversé (ce qui arrivait en moyenne une fois sur trois tours), quel plaisir de lui voir ramasser vivement son chapeau, ses gants, son mouchoir, et reprendre sa place avec une physionomie enflammée, avec une ardeur, un enthousiasme que rien ne pouvait abattre !
    Le jeu s'échauffait de plus en plus ; on glissait de plus en plus vite ; on riait de plus en plus fort, quand un violent craquement se fit entendre. On se précipite vers le bord ; les dames jettent un cri d'horreur ; M. Tupman y répond par un gémissement ; un vaste morceau de glace avait disparu ; l'eau bouillonnait par-dessus ; le chapeau, les gants, le mouchoir de M. Pickwick flottaient sur la surface : c'était tout ce qui restait de ce grand homme.
    La crainte, le désespoir étaient gravés sur tous les visages. Les hommes pâlissaient, les femmes se trouvaient mal ; M. Snodgrass et M. Winkle s'étaient saisis convulsivement par la main, et contemplaient d'un œil effaré la place où avait disparu leur maître ; tandis que M. Tupman, emporté par le désir de secourir efficacement son ami, et de faire connaître, aussi clairement que possible, aux personnes qui pourraient se trouver aux environs, la nature de la catastrophe, courait à travers champs comme un possédé, en criant de toute la force de ses poumons : « Au feu ! au feu ! au feu ! »
    Cependant le vieux Wardle et Sam Weller s'approchaient avec prudence de l'ouverture ; M. Benjamin Allen et M. Bob Sawyer se consultaient sur la convenance qu'il y aurait à saigner généralement toute la compagnie, afin de s'exercer la main, lorsqu'une tête et des épaules sortirent de dessous les flots et offrirent aux regards enchantés des assistants les traits et les lunettes de M. Pickwick.
    « Soutenez-vous sur l'eau un instant, un seul instant, vociféra M. Snodgrass.
    – Oui ! hurla M. Winkle, profondément ému ; je vous en supplie, soutenez-vous sur l'eau, pour l'amour de moi ! »
    Cette adjuration n'était peut-être pas fort

Lire des autres livres

L'héritage d'Hastur
Il avait le visage en feu. Il aurait tué Lew Alton de bon cœur. Puis il se mit à réfléchir. À l’évidence, tous les assistants savaient ce qui allait se passer ; ça devait arriver de temps en temps. C’était tombé sur lui aujourd’hui ; mais ça aurait pu tomber sur n’importe qui. Soudain, il se sentit... Puis...
A Captain's Order - A Duke's Command (Hot Regency Read) (Scandalous Series Book 2)
Yet never had Eloise felt more homeless. England. So different from the dry, barren, and barely civilized colony of New South Wales. Six months it had taken them to travel there, on a brother's whim to visit new climes and enjoy his newly acquired inheritance. An inheritance now solely hers becaus... Puis...
Tu m'appartiens
Janet avait déjà quitté le bureau. Susan aurait aimé rentrer chez elle au moins pour quelques minutes, mais elle avait à peine le temps de se refaire rapidement une beauté sur place avant de sauter dans un taxi. Elle avait tenté de joindre Tiffany chez elle plus tôt dans la journée, elle voulait lui... Puis...
La charette bleue
Je me passais facilement de viande et de pain, mais le café m’a manqué. J’en bois peu, une tasse par jour, le matin, mais tant que je ne l’ai pas bue je ne suis pas un homme vraiment vivant. J’ai mis longtemps à trouver le meilleur filtre individuel : c’est le filtre belge, au fond large, dans leque... Puis...
Leurre de vérité et autres nouvelles
LA UNE Ce samedi-là nous collait à la peau, comme pas mal de samedis depuis quelques mois. On est montés dans la voiture, pour rompre la monotonie. J’ai fait le plein au Mobil du coin et mis le cap sur le périph. Élisa remuait les cartes sans parvenir à décider d’une destination. Les portes des fort... Puis...